07 mars 2016 : MacDonald était en peine. Mais Sam l’Africain dédouanera le Pésident Gbagbo et enfoncera Charles Blé Goudé

07 mars 2016 : MacDonald était en peine. Mais Sam l’Africain dédouanera le Pésident Gbagbo et enfoncera Charles Blé Goudé

Ça faisait bizarre de se sentir soumis à des sentiments aussi contradictoires que ceux que l’on pouvait ressentir en ce jour du 07 mars 2016 devant la force des évènements qui se déroulaient en face de moi, sur l’écran de la CPI. C’était incroyable, mais en même temps on était emporté par le spectacle qui se déroulait à l’élan et dont les acteurs principaux sont le substitute du procureur, Macdonald et le témoin à charge Mohamed Jichi Sam alias Sam l’Africain.

Dans les principes de l’art, un témoin à charge dépose pour confondre l’accusé. C’est peut-être ce que Sam l’Africain a fait en 2011. Mais aujourd’hui 07 mars 2016, Sam l’Africain a décidé de contrarier l’accusation en dédouannant pratiquement le Président Laurent Gbagbo.

En effet, Sam l’Africain a choisi d’entrée de jeu de passer outre l’interdiction du juge central Cuno de nier à Laurent Gbagbo le titre de Président. Sam l’Africain lui, a insisté pour appeler Laurent Gbagbo, Président. Ensuite, Sam l’Africain a proprement accuse la rebellion en ces termes:

«Dans un pays, des gens prennent des armes pour faire un coup d’état qui échoue et qui se transforme en rébellion, cela a engendré la mort et la misère, moi-même Sam jai été victime avec ma famille, les enseignants ont été tués, car Laurent Gbagbo était un enseignant, ils ont tués les enseignants.»

Mieux Sam l’Africain insiste pour dédouanner le president Gbagbo dans la crise qui a commence dès sap rise de pouvoir : «le président Gbagbo a accepté de s’humilier pour sauver la Côte d’Ivoire», informe-t-il . mais soutient-il ceux à qui le president Gbagbo a fait appel pour l’aider la crise ont pris position pour la rebellion pour plus tard lui regler son compte: «Le président Laurent Gbagbo voulait toujours négocier pour le bien-être des Ivoiriens. C’est à ce moment que la France est intervenue en tant qu’arbitre alors que tout le monde savait que ce pays était le père fondateur de la crise en Côte d’Ivoire.»

Apparemment, Sam l’Africain semble contrarier ses mandants et principalement l’accusation. D’où la tentative du sbstitut du procureur d’essayer de lui rafraîchir la mémoire. Chose à laquelle la défense s’oppose par une objection de maître Oshe’a. Car une telle procedure reviendrait à faire un contre-interrogatoire à Sam l’Africain, ce qui est de fait du seul resort de la defense.

Faut-il pour autant crier victoire et affirmer que Sam l’Africain est subitement devenu un témoin à décharge contre les accuses?

Il faut penser que non! Personne ne doit croire cela. Le procureur Fatou Bensouda n’aurait pas maintenu Sam l’Africain sur la liste de ses témoins à charge pour rien.

Tous ceux qui sont un peu au fait du dossier nous ont soufflé que Sam l’Africain allait faire une deposition à décharge contre le president Laurent Gbagbo. Par contre Sam l’Africain fera tout pour enfoncer Charles Blé Goudé. La première partie de son intervention d’aujourd’hui nous confirme ce qu’on nous a dit.

En effet, à la question du substitute du procureur de savoir ce que la chanson “devant c’est maïs” veut dire, Sam l’Africain ne s’est pas contenté de dire que c’est une simple chanson de campagne. Sam l’Africain a précisé celui qui parle au debut de la chanson s’appelle Blé Goudé. Et ce n’est pas la seule indication que nous avons retenue. Sam l’Africain a également insisté pour mentionné le movement appelé “la galaxie patriotique”. Le procureur Macdonald a décidé d’y revenir…

Eburnienews.net

About Tjefin

One comment

  1. Ecoutez
    je ne vois pas en quoi Sam Kéhi a enfoncé le ministre Blé Goudé!

    Dire ”y a rien face c’est maïs, ” ou on gagne ou on gagne” dans un simple slogan de campagne n’est pas signe d’intentions violentes. C’est un simple slogan de campagne.

    d’ailleurs celui qui a dit on gagne ou on gagne c’est Affi N’guessan. Pourquoi il n’est pas cité?

    par ailleurs Sam Kéhi n’a pas retourné sa veste. Il a été accusé de coauteur et exfiltrer de la Pergola par les enquêteurs de la CPI pour témoigner dans des conditions de liberté qui ne sont pas celles requises pour un prisonnier
    Dire qu’il a une version différente de celle de l’époque de la crise électorale est un non événement.

    J’espère que la défense va aller dans ce sens.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.