24 % des personnes interrogées dans le monde estiment que les USA menacent le plus la paix dans le monde, a révélé une enquête

24 % des personnes interrogées dans le monde estiment que les USA menacent le plus la paix dans le monde, a révélé une enquête

C’est la conclusion d’un sondage mené par l’institut Gallup dans 65 pays. Dans le détail, les réponses varient selon les continents. Instructif…

Dimanche, le compte Twitter du site d’infographie Amazing Maps a publié une carte réalisée à partir d’une étude datant de 2013 et signée Gallup. L’institut de sondage américain avait alors interrogé 64 000 personnes dans 65 pays en leur posant la question suivante : quelle nation, selon vous, menace le plus la paix dans le monde ? 

Sur le planisphère, chaque pays interrogé se pare du drapeau du pays qui pour les sondés est le plus menaçant pour la paix mondiale. Et de manière assez surprenante, c’est la bannière étoilée qui recouvre nombre de parties du monde. À l’époque de l’enquête, l’organisation de l’État islamique (EI) n’a alors pas remplacé son ancêtre l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) et ne constitue pas encore le danger qu’il représente aujourd’hui.

En revanche, la guerre civile secoue la Syrie dirigée par Bachar el-Assad qui réprime dans le sang la vague de contestation populaire née en 2011 lors du Printemps arabe. Ce pays fragile, en proie à une guerre intestine de plus en plus religieuse et dont on ne semble pas voir la fin, est désigné première menace par les Français.

Mais il y a un peu plus d’un an, c’est encore l’Iran que les Américains désignent comme leur “grand Satan”, et ce, même si les négociations sur le nucléaire iranien sont déjà en cours à Genève. Même réponse pour le Canada qui désigne l’Iran chiite plutôt que les djihadistes sunnites irakiens ou syriens.

L’Amérique latine unanime

Les sondés latino-américains sont unanimes. L’Argentine, le Pérou, la Colombie, le Mexique et le Brésil s’accordent à penser que la principale menace vient de leur puissant voisin du Nord. Un sentiment partagé par certains des alliés des États-Unis, comme l’Australie, l’Allemagne, la Suède et la Finlande. Et, sans grande surprise, par la Chine et la Russie.

Lire la suite sur lepoint.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*