30.000 compatriotes de Compaoré refusent de quitter le Mont Péko

30.000 compatriotes de Compaoré refusent de quitter le Mont Péko

Le projet gouvernemental relatif au plan d’évacuation du parc national du mont Peko, sanctuaire d’amadé ouérémi, va-t-il réellement être exécuté ? Sur le terrain, à bangolo, département abritant les 30.000 Burkinabé de l’antre fétiche de l’ex-chef de guerre pro-Ouattara, concernés par le projet d’Anne-Désirée Ouloto, demandent un sursis de 3 ans. Avant de répondre favorablement au projet de ce plan d’évacuation. En clair, ceux qui occupent illicitement le parc national en question depuis plus d’une décennie, opposent une fin de non recevoir.

Selon des sources bien introduites au sein des occupants illicites. tout comme au niveau des populations autochtones wê, à duékoué et bangolo, deux des villes de l’ouest, victimes du génocide lors de la crise post-électorale. «Le conseil des occupants du mont Peko, s’est réuni et a demandé 3ans avant de quitter la zone. Cela après la réunion du gouvernement et des financiers dudit projet du vendredi 27 juin dernier », soutient un habitant de duékoué.

Ces informations qui, on peut le dire, constituent un véritable pavé dans la marre, étant entendu que les concernés sont supposés pro-ouattara, sont même confirmées par des sources gouvernementales. Le gouvernement qui, justement, par le biais du ministère de la solidarité, de la famille, de la femme et de l’enfant, entend finir l’opération de déguerpissement au plus tard à la fin du mois de novembre prochain, se voit du coup contrarié.

Source: Notre Voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.