70e anniversaire de “Orphée noir” (Par Jean-Claude Djereke) | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France 70e anniversaire de “Orphée noir”
70e anniversaire de “Orphée noir” (Par Jean-Claude Djereke)

70e anniversaire de “Orphée noir” (Par Jean-Claude Djereke)

En 1948, Jean-Paul Sartre (1905-1980) préfaçait “L’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française” de Léopold Sédar Senghor. Cette préface, le philosophe et écrivain français l’avait intitulée “Orphée noir” en référence au héros de la légende grecque qui serait descendu aux Enfers pour en ramener son épouse Eurypide.

Pour Sartre, le poète noir descend, non pas dans le royaume de Hadès comme le Grec Orphée, mais en lui-même pour récupérer, assumer et affirmer son identité à la face du monde. Une identité dont il n’a plus honte comme ces Nègres souffrant d’un grave complexe d’infériorité et ne rêvant que d’être et de faire comme le Blanc dans “Peau noire, masques blancs” du Martiniquais Frantz Fanon, comme ces Africains qui, quoiqu’ayant étudié et séjourné en Occident, continuent de penser que seul le Blanc est à même de créer le beau, le bon et le vrai et que rien de bon ne peut sortir de leur continent.

Si Sartre accepta d’écrire cette préface, ce n’était pas seulement parce qu’il se réjouissait de la prise de conscience, par le poète noir et par le Noir en général, de son identité. L’auteur de “Les chemins de la liberté” voulait également dire à ses frères blancs qu’était révolu le temps où “le Blanc a joui du privilège de voir sans qu’on le voie”, le temps où “l’homme blanc était blanc comme le jour, blanc comme la vérité, blanc comme la vertu”. En un mot, Sartre désirait partager avec ses frères occidentaux l’idée que les Noirs s’étaient mis debout et que “leurs bouches n’allaient plus chanter les louanges du Blanc”.

70 ans plus tard, peut-on affirmer que tous les Noirs sont debout ? Ma réponse est “oui” et “non”. Oui, parce que des hommes et des femmes, marchant dans les pas des Victor Biaka Boda, Um Nyobè, Mamadou Dia, Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Anne-Marie Raggi, Marie Koré, Joseph Ki-Zerbo, Harris Mémel-Fotê, Mongo Beti, n’ont jamais songé à courber l’échine, ni à baisser les yeux, ni à faire le pitre afin de bénéficier des miettes qui tombent de la table du Blanc. À côté de ces Noirs dignes et libres, il y a malheureusement les éternels complexés, la cohorte des “oui, patron”, des “oui, mon Père”. Ces derniers ne se contentent pas de se faire manipuler par le Blanc, ni de prendre systématiquement fait et cause pour lui. Ils sont prêts à accomplir les besognes sales et odieuses: ôter la vie à leurs propres frères que l’Occident trouve gênants pour ses intérêts, détruire le pays qui les a vu naître, pourvu que le Blanc leur concède un semblant de pouvoir.

Pour ces adeptes de l’adoration du Blanc et de l’agenouillement devant lui, le Blanc reste toujours “blanc comme le jour, blanc comme la vérité, blanc comme la vertu”, même s’il est de notoriété publique que des soldats français ont violé et sodomisé des mineurs au Burkina Faso et en Centrafrique, que ces soldats ont eu leur part de l’argent volé par les rebelles de Ouattara à la BCEAO de Bouaké, Man et Korhogo en 2003, qu’ils ont tiré à bout portant en novembre 2004 sur des jeunes manifestant pacifiquement devant l’hôtel Ivoire d’Abidjan pour la souveraineté de leur pays, qu’ils sont au Mali, non pour combattre les terroristes, mais pour piller l’or et l’uranium de ce pays, que plusieurs de leurs prêtres et religieux pratiquent tranquillement l’homosexualité ou la pédophilie tout en jugeant leurs confrères africains incapables de vivre la chasteté.

Dans quel camp peut-on placer Senghor, dont l’Anthologie fut préfacée par Sartre? Était-il un Africain debout? Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le premier président du Sénégal contribua à la prise de conscience et à l’affirmation de notre identité mais, en décidant de passer ses vieux jours en France, ne transmettait-il pas le message que l’Occident vaut mieux que l’Afrique et que, quoi qu’on dise, le Blanc est supérieur au Noir? Une des choses que je reproche à Senghor, c’est précisément cette incohérence. Si nos chemins avaient pu se croiser, je lui aurais dit, gentiment mais fermement, que le tout n’est pas de vanter l’identité noire, qu’il ne suffit pas de proclamer sa négritude mais qu’il importe aussi de la valoriser concrètement en construisant chez soi des hôpitaux, écoles, centres de recherche, bibliothèques, routes, ponts et maisons de retraite dignes de ce nom.

Car aimer l’Afrique et être digne, c’est, entre autres choses, ne pas “dormir sur la natte des autres” (Ki Zerbo). Un principe qu’Abdou Diouf et Abdoulaye Wade semblent ignorer, eux qui n’ont pas hésité à emprunter le même chemin que l’enfant de Joal en choisissant de passer leur retraite en France, ce qui est bien dommage pour le Sénégal qui compte quand même des fils dignes et sérieux comme Sembène Ousmane et Cheikh Anta Diop. Ceux-là et d’autres n’ont jamais eu honte de l’Afrique, de ce qu’ils sont ni de ce qu’ils ont. Et c’est d’abord à eux que je veux penser à l’occasion des 70 ans de “Orphée noir”.

Jean-Claude DJEREKE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.