A peine a-t-on mis en place une organisation opérationnelle à la CNC que des voix discordantes dont celle de Doumbia Major et ses camarades crient au péril «ivoiritaires»

A peine a-t-on mis en place une organisation opérationnelle à la CNC que des voix discordantes dont celle de Doumbia Major et ses camarades crient au péril «ivoiritaires»

Par voie de presse, ce mercredi 22 juillet 2015, nous apprenions qu’à l’issue de la Réunion extraordinaire de la Conférence des présidents de la CNC ( Coalition Nationale pour le changement), Charles Konan Banny en a été désigné le Président. Par la même occasion, un nouvel organigramme présentant plusieurs vice-présidents en a été dressé. Si certains ironisent en disant : «Banny a réalisé un rêve : se faire appeler Président. Président de la CNC», plusieurs membres du Directoire de cette Alliance politique que d’autres ont qualifié de mort-née au lendemain de sa cérémonie de signature, désapprouvent les conditions dans lesquelles cette nouvelle équipe dirigeante a vu le jour.

M. Sanou Sebastien, le représentant de Doumbia Soumaila (dit Doumbia Major) pour le compte du CPR ( Congrès panafricain pour le renouveau), refuse la manière cavalière de faire de Banny le Président de la CNC.

Lebantou.net (Lbn) : Avez-vous été associé à la formation de cette nouvelle équipe dirigeante ?

Sanou Sebastien : Non, nous n’avons pas été associé, nous avons été mis devant une situation de fait accomplis et c’est vraiment regrettable cette façon de procéder. Voila, avant hier , on nous annonce que le premier ministre l’ex-premier ministre Charles Konan Banny est désigné le président de la CNC et par la même occasion, on nous présente un bureau. Une nomination que nous « félicitons » si elle peut faire avancer la CNC. Sinon, je tiens tout de suite à révéler que nous ( CPR) n’avons pas été associé à la rencontre qui donna lieu à cette désignation que je qualifie d’unilatérale. Ni moi , ni Doumbia Major notre Président. Et c’est pourquoi, hier ( jeudi 23 juillet, NDLR) à notre réunion de la conférence des présidents, j’ai solennellement demandé que le nom du CPR et celui de son Président ne figurent pas sur cette liste que certains désignent par abus comme étant le Bureau de la CNC. Il n’en est rien, ce sont des fonctions qu’un certain nombre de personne se sont attribués par je ne sais quel procédé, mais ces fonctions n’ont rien à avoir avec la conférence des présidents dont nous sommes membres.

Lbn : Qu’est-ce qui pourrait expliquer la précipitation avec laquelle ce bureau est formé ?

S.S. : Je pense qu’il revient à ceux qui ont formé ce bureau litigieux de pouvoir répondre à cette question. Certainement, Il leur faut répondre à cette question, surtout qu’ils n’ont aucune légitimité pour le faire. Les présidents et partis signataires de la CNC sont au même niveau, au nom de quoi l’un d’eux pourrait nommer un autre sans l’avis ni l’accord de ce dernier. C’est rocambolesque et drôle, on croit avoir affaire à des amateurs politiques, ou peut-être qu’on a simplement affaire à des personnes qui s’octroient des pouvoirs qu’ils n’ont pas!

Lbn : Pourrions-nous savoir la raison principale pour laquelle vous désapprouvez ce bureau ?

S.S. : La raison principale pour laquelle nous récusons ce bureau est procédurale. Comme je l’ai dit, la CNC est un rassemblement de partis et de candidats qui ont décidé de se mettre ensemble et au même niveau pour se battre pour les conditions d’élections libres , démocratiques et transparentes. Donc il n’y a aucun individu ou parti qui est au dessus de ses partenaires, au sein de la coalition. Si quelqu’un veut être chef, il est chef dans son parti et non au sein de la coalition. Dès lors, au nom de quel légitimité un président ou représentant de parti peut en nommer un autre à une fonction sans le consulter? Ce serait un manque de respect ! Les désignations dans une pareille structure se font par consultation et par consensus. D’autres part on a mis en place des fonctions comme celle de chargé de la rédaction d’un programme commun que s’est octroyé Ahipeaud. C’est absurde, parce que pour mettre en place une telle fonction, il aurait fallu que le directoire s’accorde pour dire que nous sommes arrivés au stade où il faut mettre en place un programme commun de gouvernement et choisir un candidat unique pour aller aux élections. Ce qui n’est pas actuellement le cas. il est donc évident que c’est une façon de mettre la charrue avant les boeufs. La procédure impose de dissoudre ce poste et qu’on s’entende d’abord sur la nécessité de mettre en place un programme commun, avant de le confier à quelqu’un ou à une équipe.

Par ailleurs, Normalement et logiquement, quand un Président est choisi par élection, c’est à ce dernier qu’il revient de mettre en place son équipe après consultation des personnes avec qui il souhaite travailler, et ceci parce que son élection lui confère une certaine légitimité. Hormis le fait que nous n’ayons pas été associé à ce choix, le CPR que je représente au sein de la CNC, lance le défi à quiconque de prouver que c’est M. Charles Konan Banny qui a formé son équipe. Et aucun texte de la Charte de la CNC ne fait référence à ce mode de désignation de l’Equipe dirigeante de notre Coalition. Ce n’est pas Banny qui a formé ce bureau. Ce bureau lui a été imposé comme une sorte de menu indissociable de sa désignation, par ceux qui ont goupillé cette affaire, pour des raisons qu’eux seuls savent.

Lbn : Svp, où la réunion relative à la formation de ce bureau eut lieu?

S.S. : Je vous dis tout de suite qu’il n’y a pas eu de réunion du Directoire de la CNC, pour définir les modalités de désignation du président de la CNC et ses vices-Présidents. C’est quelque chose qui a été goupillé par un groupuscule qui est venu faire passer cela dans le vacarme d’une acclamation en en profitant pour imposer un bureau qu’ils ont composé du même coup sans même consulter ceux qu’ils nommaient. La nomination ou l’omission de certains était un simple règlement de compte de la part de ces personnes qui ont voulu mettre les gens devant le fait accompli, en publiant leur forfaiture dans la presse.

Lbn : Tout comme Major , KKB et Vous, Mamadou Koulibaly ne se reconnait pas dans cette équipe dirigeante . Que devient donc la CNC?

S.S. : Pour le CPR que je représente, nous ne nous reconnaissons pas dans ce bureau. Nous tenons à rappeler que nous sommes un Membre de la Conférence des Présidents et membre fondateur de la CNC. La Bienséance veut que les uns aient un minimum de considération pour les autres.

Lbn : Selon vous, à quelle logique obéit la précipitation avec laquelle ce bureau est formé?

S.S. : Souffrez que je n’expose pas de jugement de valeur sur les actes posés par ceux qui on monté ce bureau. Il leur appartient de se justifier pour que tous sachions leurs réelles motivations. Comment comprendre et accepter la désignation du président de la CNC, Coalition aussi prestigieuse, sans l’avis de tous les membres de son Directoire? Personne ne s’est opposé à une consultation préalable à la formation de cette équipe dirigeante. C’est juste quelques personnes qui confondent ruse et stratégie, et tout ça crée un climat de crise de confiance, car on voit qu’il y a certains de nos partenaires ne sont pas honnêtes.

Lbn : La formation de ce bureau n’est-elle pas en réaction à la Conférence de presse au cours de laquelle Samba et vous aviez appelé les ivoiriens à descendre dans les rues pour exiger une CEI consensuelle ?

S.S. : Je ne pense, cet appel a été une action allant dans le sens de notre charte, mais dès que les camarades ont relevé le vice de procédure, Samba David a décidé de la suspension du mot d’ordre. Aussi quand on prétend être rigoureux sur le plan méthodologique et procédural, il faut s’appliquer à soi-même cette rigueur. On ne peut pas désigner des gens sans en avoir le pouvoir et la légitimité, et de surcroît sans les consulter en avance. D’ailleurs KKB, n’était pas avec nous lors de ce mot d’ordre que nous avons suspendu, pour nous plier à la procédure, mais tout comme nous il dénonce le fait qu’il n’ait pas été associé.

Lbn : Considérant qu’au sein de la CNC, Mamadou Koulibaly et Charles Konan Banny sont les personnalités politiques qui ont servi l’Etat au plus haut point, ne leur revient-il pas de prendre leurs responsabilités?

S.S. : Au regard de la somme d’expériences qu’ils capitalisent, il est tout a fait évident et normal que Koulibaly et Banny prennent toutes leurs responsabilités pour sauvé la CNC pendant qu’il est encore temps. Ce qui s’est passé ces deux derniers jours à la CNC nous met devant nos responsabilités, surtout face au Peuple. Il faut bien savoir que le CPR n’acceptera plus d’être pris au dépourvu par ses Alliés de la CNC dont certains font montre d’une malhonnêteté regrettable, qu’ils confondent avec de la stratégie. Nous tenons tout de même à un minimum de respect.

Lbn : Il se trouve des adversaires à la CNC pour affirmer que cette équipe est l’expression de la résurgence de l’ivoirité, autrement dit du repli identitaire.

S.S. : Pour le CPR, il ne faut pas rentrer dans cette logique de repli identitaire. Un bureau a été constitué, nous ne savons pas sur quelle base. le CPR se limite a décrier la méthode employée pour mettre en place un tel bureau. Nous nous comprenons bien aussi à présent quand le CPR dit qu’il ne se reconnaît pas dans ce bureau. le CPR n’est pas contre la désignation de Banny en tant que Président de la CNC, mais est contre le mode opératoire de sa désignation et totalement opposé à l’acte malhonnête qui s’est opéré concomitamment à cette désignation, à savoir nous imposer un bureau non consensuel et sans consultation préalable des présidents de partis et candidats. Nous demandons que le Président désigné, après consultation des uns et des autres, ait la liberté de choisir ses collaborateurs et que tout se fasse dans le consensus.

Lbn : Devra-t-on considérer que la CNC est certainement une coalition mort-née?

S.S. : Non! Je ne le pense pas. Au contraire, la CNC sortira plus engagée de ces réglages et de cette épreuve d’exercice et d’apprentissage de la démocratie qu’on retrouve dans toutes les grandes alliances politiques. La CNC en sortira plus forte que jamais. Elle donne à tort l’image d’une Alliance divisée, mais ce sont des contradictions normale, pour des gens qui ne se sont mis ensemble qu’il y a moins de deux mois. Au sein de cette Coalition, vous avez des personnes de conviction telles que le professeur Mamadou Koulibaly, le Premier Ministre Charles Konan banny, le Dr doumbia major et bien d’autres. La CNC ira loin. A condition que les Uns tiennent compte de l’avis des Autres et que l’humilité guide chacun d’entre nous.

LBN : Ce qui veut dire qu’un compromis est toujours possible ?

S.S.: Oui, hier, j’ai formellement dit que le CPR EST OUVERT AU DIALOGUE après avoir fait la précision selon laquelle nous refusons de participer à ce bureau pour lequel nous n’avons pas été associé à la formation. C’est une question de procédure et de principe et cela fera l’objet d’un préalable.

Lbn : Quelles sont vos exigences, du moins vos conditions ?

S.S. : Nous ne fonctionnons pas en termes d’exigences, ni de conditions. Nous maintenons que le Président désigné après consultation doit librement former son Equipe de Combat au profit du peuple.

Interview réalisée par Blessig C. Dessahua

Source: Lebantou.net

_____________

Doumbia Major soutient la position de Sébastien Sanou, son représentant à la CNC.

Le CPR ne se sent pas concerné par le bureau de la CNC mis en place par quelques individus qui ont profité de la désignation de Banny comme président de la conférence des présidents de la CNC, pour imposer un bureau que nous considérons comme nul et non avenu car le mode de désignation viole les procédures internes de fonctionnement de la CNC.

Doumbia Major 2 A peine a t on mis en place une organisation opérationnelle à la CNC que des voix discordantes dont celle de Doumbia Major et ses camarades crient au péril «ivoiritaires»

Nous ramenons ceux qui ont publié ce bureau à leur copie et leur demandons de se plier à la procédure que nous nous sommes imposés comme méthode de travail.

Je soutiens donc notre représentant, le camarade Sébastien Sanou qui, à travers cette interview, apporte un éclairage sur les manœuvres qui ont prévalues. Je soutiens, sa position qui est la nôtre et celle du CPR.

Le CPR n’a jamais fait de la course à des titres ou à des postes de nomination sa préoccupation principale. Ce qui compte pour le CPR, c’est le respect des règles et principes que nous nous imposons, c’est pourquoi le CPR décline le poste de vice-président de la CNC chargé de l’Asie.

Nous félicitons le premier ministre Banny pour sa désignation comme président de la conférence des présidents de la CNC.

Doumbia Major

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE