A propos d’une ambassade qui n’en fut jamais vraiment une (Par Marcel Amondji)

A propos d’une ambassade qui n’en fut jamais vraiment une (Par Marcel Amondji)

Le 31 octobre, sur Facebook, notre ami Bally Ferro demandait :

« Qui peut m’expliquer l’activisme de l’ambassade des États-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire ?

Le 2 décembre 2010, l’ambassadeur des USA, se substituant aux commissaires centraux de la CEI, accompagnait Youssouf Bakayoko à l’hôtel du Golf, QG de campagne du candidat Ouattara, pour proclamer des résultats provisoires-définitifs.

Cette année, l’ambassade américaine s’est évertuée à demeurer discrète, mais elle n’a pas tenu. Le 26 octobre, lendemain du scrutin présidentiel, le représentant des USA en Côte d’Ivoire a organisé une conférence de presse, en compagnie d’une Secrétaire adjointe américaine, pour donner son quitus au processus électoral. Et depuis quarante-huit heures, il parcourt QG de campagne et siège pour féliciter les candidats malheureux qui ont reconnu leur défaite électorale et félicité, à leur tour, le vainqueur Ouattara. Bizarre tout ça. »

Une quarantaine d’autres compatriotes ont répondu à cette question. Nous ignorons si Bally Ferro y a trouvé son compte. Ce serait étonnant car ce ne sont point des vraies réponses mais des prolongements sous différentes formes de la question posée, un peu comme les variations que les musiciens font à partir d’un thème donné. Mais si ce ne sont pas des réponses à l’interrogation de Bally Ferro, elles ont au moins l’intérêt d’en souligner la pertinence. Et ce sont aussi autant de preuves que Bally Ferro n’était pas le seul Ivoirien à s’interroger sur les tenants et les aboutissants de l’hyperactivité de l’ambassadeur McCulley.

Eh bien, s’il faut en croire l’officieux bimensuel parisien « La Lettre du Continent » (N°678, 12 mars 2014), il n’y a pas de mystère ! En effet, nous apprend ce journal généralement très bien au fait des arcanes de la Françafrique,

« A la veille de prendre leur poste, les diplomates américains nommés dans un pays du pré carré français font systématiquement escale à Paris pour être éveillés auxmystères de ce continent. Enquête sur un rite initiatique.

De Tulinabo S. Mushingi, actuel ambassadeur au Burkina Faso, à Terence P.McCulley, en poste à Abidjan, les ambassadeurs des Etats-Unis en Afrique de l’Ouest et centrale rencontrent systématiquement les officiels français chargés de ce continent avant de prendre leur fonction. Ce rituel répond à un parcours bien balisé. La journée des diplomates débute à 9 heures par un petit-déjeuner avec lesAfrica Watchers de l’ambassade américaine à Paris. Ce briefing permet d’aborder les derniers développements de la politique africaine de la France. Peu avant 10 heures, ils quittent le 2 avenue Gabriel pour rejoindre à pied le 2 rue de l’Elysée, où ils s’entretiennent avec Hélène Le Gai, la conseillère Afrique de François Hollande, parfois assistée de son adjoint Thomas Mélonio.

Les diplomates américains retournent ensuite à leur chancellerie pour une pause, avant de traverser la place de la Concorde pour gagner le Quai d’Orsay. Là, ils sont reçus par le directeur Afrique et océan Indien, Jean-Christophe Belliard,accompagné de ses sous-directeurs chargés de l’Afrique de l’Ouest et du centre, respectivement Laurent Viguié et Sébastien Minot. La rencontre, généralement plus décontractée qu’à l’Elysée, se termine souvent par un déjeuner dans une bonne table du quartier. Le repas terminé, nos ambassadeurs se rendent ensuite à la Délé­gation aux affaires stratégiques (DAS) du ministère de la défense, où ils rencontrent le coordonnateur du bureau Afrique subsaharienne, le colonel Xavier Collignon. Cette étape est très prisée, l’officier français ayant été par le passé détaché auprès de l’Africa Center for Stratégie Studies (ACSS) à Washington. En fin d’après-midi, les ambassadeurs s’entretiennent autour d’un verre avec des chercheurs et universi­taires africanistes. Il leur arrive également de rendre nuitamment une visite à un chef d’Etat africain en séjour dans un palace parisien ou, plus rarement, à des opposants de passage en France – ce fut le cas pour l’un d’eux avec l’opposant guinéen Cellou Dalein Diallo. Mais ces rencontres ne figurent jamais à l’agenda officiel.

J. C. Simon et P. CarterIII les deux stratèges du coup dEtat 1024x650 A propos d’une ambassade qui n’en fut jamais vraiment une (Par Marcel Amondji)

J.-C. Simon et P. CarterIII, les deux stratèges du coup d’Etat
du 11 avril 2011, pendant leur forfait

Les discussions en matière de défense se prolongent une seconde journée à l’occasion d’une visite éclair au siège de l’Africom à Stuttgart, en Allemagne. Pour s’y rendre, les ambassadeurs américains empruntent le vol AF 1408 de 7h55. Sur place, ils s’entretiennent avec le général David Rodriguez,commandant en chef d’Africom, et son nouvel adjoint chargé des opérations civiles-militaires, l’ancien ambassadeur US en poste à Abidjan Phillip Carter III. Retour dans la capitale française par le vol AF 1809 de 18h05, pour une ultime soirée avant de s’envoler le lendemain, selon le cas, pour Ouagadougou, Abidjan, Cotonou ou Libreville. »

En somme, comme on dit chez nous, le très entreprenant ambassadeur Terence McCulley, c’est le « deux » de l’ambassadeur Georges Serre… Lequel était fort discret ces dernières semaines. Aussi discret que son homologue – ou faut-il dire : son collègue, ou son coéquipier – était voyant et bruyant. Mais il est tout de même étrange qu’on fasse tout ce foin à propos de l’agitation de l’un alors que c’est le calme apparent de l’autre qui devait inquiéter le plus. Ne dit-on pas : « Méfiez-vous de l’eau qui dort ! » ? On peut dormir sur ses deux oreilles, ou jouer les saintes nitouches, quand on a le contrôle de fait de toutes les forces armées disponibles sur le territoire ivoirien.

général Didier lhôte et général Hafiz Masroor Ahmed A propos d’une ambassade qui n’en fut jamais vraiment une (Par Marcel Amondji)

Les généraux Didier L’Hôte, nouveau patron de l’ONUCI,
à gauche, et Hafiz Masroor Ahmed, son prédécesseur

Peu de gens semblent avoir remarqué l’événement ou compris ce qu’il signifiait mais, à la veille du récent scrutin présidentiel, le commandement suprême de l’ONUCI a été confié à un général français. C’était jusqu’alors la seule troupe dont le commandement leur échappait – même si le général Didier L’Hote, l’actuel patron des casques bleus, était déjà l’adjoint de son prédécesseur. En effet, outre leur propre corps expéditionnaire protéiforme désormais dénommée « forces françaises en Côte d’Ivoire » après avoir été le « 43e bima » puis la « force licorne »les Français « conseillent » les soi-disant forces républicaines des Ouattara, ce qui veut dire qu’en fait, sous les masques du ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi dit Rodomont, et du chef d’état-major des FRCI, Soumaïla Bakayoko dit le repêché, ce sont eux qui commandent. Ainsi, au moment où tout le monde appréhendait une nouvelle crise postélectorale, les anges gardiens du régime fantoche s’étaient précautionneusement postés partout, prêts à tout, ni vus ni connus…

Et, pendant ce temps, Compère McCulley se dévouait pour amuser la galerie.

Marcel Amondji

(A suivre)

Source: Cerce Victor Biaka Boda

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.