Abus de pouvoir: Un militant du RDR injustement incarcéré par la petite sœur du président Alassane Ouattara depuis 10 mois

Abus de pouvoir: Un militant du RDR injustement incarcéré par la petite sœur du président Alassane Ouattara depuis 10 mois

Dix (10) mois que Sangaré Lanciné, homme d’affaires canadien d’origine ivoirienne croupit dans les géoles de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), accusé de plusieurs infractions par Rokeyatou Ouattara, sœur cadette du chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

A trois reprises, la plaignante a refusé de répondre aux convocations de la Justice en vue d’une confrontation avec l’inculpé dont toutes les demandes de liberté provisoire ont été rejetées. Selon l’avocat de l’homme d’Affaires. Faux et usages de faux et de complicité, abus de biens sociaux et blanchiment de capitaux. Tels sont les faits pour lesquels, depuis lundi 29 janvier 2018, Sangaré Lanciné, par ailleurs membre du RDR (Rassemblement des Républicains) au Canada, ex-membre de la Jeunesse du RDR est en prison.

C’est un fait, l’inculpé est bien connu de Rokeyatou Ouattara. Revenu en Côte d’Ivoire en 2016 en vue de s’y établir et développer des affaires notamment la création de sa société Greens Transit, Sangaré Lanciné se laisse convaincre par Rokeyatou Ouattara qui lui demande de renoncer à son projet personnel et de s’associer à elle dans le cadre d’une autre Société : Rama Transit au capital de 25 millions Frs Cfa. Une entreprise dont elle est la gérante avec 1500 parts avec les associés Ouattara Oumou (250 parts), Diawara Mahamadou (375 parts) et Magassa Kaka (375 parts).
Sangaré Lanciné n’y voit aucun inconvénient. Mieux, Ouattara Rokeyatou accorde à son nouvel associé 500 parts de la Société Rama Transit, la totalité des parts de Ouattara Oumou et une partie des siennes. Et ce, sous les yeux du notaire, Me Kouamé Ashanty. Par ailleurs, Rokeyatou Ouattara souhaite passer d’une SARL à une Société Anonyme avec un capital de 50 millions Frs Cfa. Cela passe par l’entrée de l’une de ses connaissances, le nommé Yatassaye. Ces décisions sont prises par l’Assemblée générale du 27 mars 2017 dont les actes portent les signatures de tous les associés, sous la diligence de Me Fofana Moussa, toujours désigné par Rokeyatou Ouattara.

La nouvelle configuration de la Société Anonyme confère à Yatassaye le statut d’associé majoritaire à hauteur de 25 millions Frs Cfa dans le capital social avec 2500 actions à raison de 10000 Frs Cfa l’action. Rokeyatou Ouattara s’en tire avec 1250 actions tandis que Sangaré Lanciné en détient 1000 et Amara Touré, fils de la sœur cadette du Président détient 250. Yatassaye étant le PDG et Sangaré Lanciné le DGA. Fort de son expertise dans le secteur du transit, le DGA se saigne aux quatre veines pour obtenir un agrément pour ladite Société non sans la doter de bureaux et de matériels de travail sans le moindre apport de ses associés.

Le pavé dans la mare

Tandis que la Société, à peine une année d’existence, est portée vers la recherche de marchés porteurs, Rokeyatou Ouattara fait irruption dans les locaux et accuse Sangaré Lanciné de malversation et de faux sans aucune expertise ou vérification comptable. Il s’en suivra une plainte, une enquête préliminaire menée par la Police économique. Sangaré Lanciné sera inculpé et placé, sur réquisition du procureur de la République, sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du 5ème cabinet d’instruction du Tribunal de Première instance d’Abidjan.
Depuis 10 mois, il est détenu à la Maca.

Abus de pouvoir ou règlement de comptes ?

De cette inculpation soudaine, difficile de savoir ce qui a mis le feu aux poudres entre Rokeyatou et Lanciné. Dans son courrier du 13 octobre 2018, adressé au président de la République pour la deuxième fois, l’inculpé semble privilégier la piste de l’abus de pouvoir. Il révèle que dame Rokeyatou Ouattara voulait s’approprier l’entièreté de Rama Transit. «Elle persiste et dit à qui veut l’entendre que tant qu’elle sera là, je vais pourrir en prison…Lorsqu’elle a su que j’étais admis au bâtiment assimilé cadre (MACA), elle a exigé qu’on m’envoie au bâtiment C pour séjourner avec les bandits de grands chemins… », a-t-il écrit. Sangaré Lanciné poursuit pour dire que Rama Transit a fait faillite sous la gestion de Amara Touré, fils de Rokeyatou Ouattara. Amara Touré qu’il accuse également de s’être approprié son entreprise personnelle de lavage autos située en zone portuaire. En somme, l’inculpé reste campé sur sa ligne de défense. Son inculpation, il la qualifie d’abus de pouvoir car, dit-il, les faits ne reposent sur aucune preuve.

« On n’a pas à se défendre »

Jointe par téléphone, lundi 19 novembre 2018, Rokeyatou Ouattara, désireuse de nous rencontrer en vue de donner sa version, finit par nous renvoyer, mercredi 21 novembre, à son avocat, Me Samassi. Le Pachyderme s’entendra dire par l’avocat que l’affaire étant sur le bureau du juge d’instruction du 5ème Cabinet d’instruction au Tribunal de Première instance d’Abidjan-Plateau, il refuse de se prononcer.

« Je ne savais pas qu’il avait une société de lavage autos. C’est lui (Sangaré Lanciné Ndlr) qui fait de l’acharnement. Après Facebook, il s’étale dans la presse, qu’il le fasse. L’affaire est en Justice. Nous avons toutes les preuves, tous les documents. On n’a pas à se défendre », rétorque, pour sa part, Amara Touré. Ils ont « toutes les preuves, tous les documents », mais 10 mois plus tard, la justice, elle, n’est manifestement pas prête à trancher l’affaire. Voilà qui encouragera les Ivoiriens de la diaspora à rentrer au pays pour y faire des affaires.

L’ambassade du Canada en Côte d’Ivoire et l’Union européenne, saisis par les proches de l’infortuné Sangaré, suivent de près cette affaire.

S. Carmone

Source: L’Eléphant Dechaîné N°622

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.