Accusé par un journal d’être un témoin à charge contre Gbagbo, Gervais Coulibaly dément et porte plainte en justice

Cité parmi les témoins à charge contre l’ancien Président ivoirien dont le procès se déroule en ce moment à la Haye, par un quotidien local, Gervais Coulibaly, l’ex porte-parole de Laurent Gbagbo donne de la voix.

A l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animé ce mercredi, celui qui était également porte-parole et conseiller spécial de Laurent Gbagbo dément cette information et annonce des poursuites judiciaires contre l’auteur de cet article.

«Je n’ai jamais été contacté par qui que ce soit, surtout pas par la procureure de la CPI. De toutes les façons, je n’aurais jamais donné mon accord pour témoigner contre le Président Laurent Gbagbo avec qui j’ai travaillé et qui est mon ami. Et, je mets quiconque au défi de m’apporter les preuves de ce que j’aurais accepté de clouer mon patron et ami au pilori. Cela est contraire à mon éducation, à mes convictions religieuses et aux valeurs qu’impose l’amitié», s’est justifié Gervais Coulibaly.

Affirmant qu’il n’a rien dit et il ne dira jamais rien, (ni en privé, ni en public) contre le Président Laurent Gbagbo, l’ancien porte-parole du Président déchu rassure ses détracteurs qu’il est un homme qui se respecte.

«C’est pour cela que je n’accepte pas et je n’accepterai jamais que quiconque se permette d’insinuer une telle possibilité me concernant. Non ! Jamais. J’ai instruit mon avocat de porter plainte contre tous ceux qui se sont cru autorisé à écrire, à diffuser ou à publier de tels mensonges. Le juge nous entendra, ils apporteront les preuves de leurs accusations ou laveront mon honneur de toute suspicion. Je profite de cette occasion pour mettre en garde tous ces amuseurs publics et ces personnes au caractère diabolique qui ne trouvent leur bonheur qu’en rependant des propos aussi légers que faux», a -t-il expliqué.

L’ex porte-parole de Laurent Gbagbo soutient que sa démarche était cohérente et constante; car elle est ancrée sur ses convictions religieuses et politiques.

«J’ai travaillé avec le président Laurent Gbagbo et j’en suis fier. On est en train de m’accuser d’avoir accepté d’être témoin à charge contre le Président Laurent Gbagbo. Il n’en est rien. Car pour être témoin dans ce genre de procès, il faut : avoir accepté de témoigner à charge ; avoir été entendu par l’accusation, ici la procureure de la CPI ou par ses services et y avoir fait une déposition (la comparution ne servant qu’à confirmer la déposition)», a expliqué Coulibaly.

Selon lui, les écrits qui ne sont que des accusations à peine voilées, revêtent une gravité qui n’a d’égale que la méchanceté gratuite qu’ils renferment.

Il estime que l’objectif réel poursuivi ici, n’est rien d’autre que celui de salir sa réputation en l’assimilant à un personnage qu’ils savent bien qu’il ne l’est pas. «Les auteurs de ces écrits veulent mettre en doute mon honnêteté, mon intégrité tout en essayant de me livrer par la même occasion à la vindicte populaire», a déploré l’ami de Laurent Gbagbo.

Gervais Coulibaly reste convaincu qu’au-delà de sa personne, ces propos portent atteinte à l’honorabilité de sa famille biologique (mes frères et sœurs, mes enfants et petits-enfants) aux grandes familles Coulibaly, Koné, et Touré de Katiola, ses amis et toutes les personnes qui lui sont proches ainsi qu’à sa famille politique.

«Oui, chez nous, dans ma famille tant biologique que politique on ne plaisante pas avec ces choses-là. L’amitié est sacrée, la confiance, l’abnégation, le don de soi, la loyauté à l’endroit d’un ami sont sacrés. Plus qu’un supérieur hiérarchique, le Président Laurent GBAGBO est mon ami, car il m’a honoré de son amitié», a-t-il soutenu.

L’ex porte-parole de Laurent a également rappelé qu’il est resté au service de son patron loyalement jusqu’au 11 Avril 2011, date à laquelle, il a été arrêté, même absent du pays.

Gervais Coulibaly a révélé qu’il a toujours respecté le choix de ceux qui ne partagent pas sa démarche dans la grande famille pro-Gbagbo.

En retour, il avait voulu et il veut toujours qu’ils respectent ses choix.

Le Président du parti d’opposition Cap-unir pour la démocratie et le développement (CAP-UDD) souligne que certains de ceux qui ont joui des fruits de sa démarche n’ont eu de cesse de trainer son nom et celui de sa famille dans la boue en le faisant passer pour ce qu’il n’est pas.

Wassimagnon

Source: Koaci.com

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.