Affaire Awa Fadiga un mois déjà, l’enquête toujours en cours

Affaire Awa Fadiga un mois déjà, l’enquête toujours en cours

Voilà un mois qu’Awa Fadiga a est décédée mais les résultats de l’enquête promis en trois jours par le procureur de la république se font encore attendre, comme constaté ce vendredi par koaci.com auprès de sa mère.

Dans une note qu’elle nous a fait parvenir ce vendredi 25 avril 2014, soit un mois jour pour jour que sa progéniture a quitté le monde des vivants , faute du système médical ivoirien , Dame Sirakoné Fadiga , remerciant la mobilisation exceptionnelle de tous, dénonce une fois de plus le comportement des hommes en blouse qui ont troqué leur serment d’Hippocrate contre l’argent avant de nous souligner au téléphone les raisons de son silence qui contrairement aux rumeurs ne seraient pas liées à un achat de conscience.

« Je voudrais adresser mes sincères remerciements à ceux qui se sont engagés volontairement, auprès de ma famille pour dénoncer les conditions dans lesquelles Awa a perdu la vie. Grâce à vous, le monde entier a pleuré Awa et dénoncé les comportements inhumains de certaines personnes (médecins) qui ont prêté le Serment d’Hippocrate», a indiqué la fondatrice de l’ONG femme de Côte d’Ivoire avant d’inviter les gouvernements africains à mettre fin à cette pratique.

« Les gouvernants de nos pays africains n’hésiteront pas à aller en guerre contre cette pratique honteuse dans nos hôpitaux qui consiste à attendre de l’argent avant de toucher les malades même dans les services des urgences ».

Concernant la rumeur d’une politisation de l’affaire où le pouvoir aurait acheté sa conscience pour abandonner son combat à la mémoire de sa fille, car les agissements déshonoraient la Côte d’Ivoire vis-à-vis de l’extérieur, la mère éplorée tout en se sentant indignée nous confiera quelle avait toujours le regard tourné vers la justice qui avait ouvert une enquête.

« Je m’en remets d’abord aux résultats de l’enquête. Je n’ai pas abandonnée le combat. Comme je vous avais promis je mènerai le combat pour sa mémoire enfin que pareille situation ne se répété plus dans les hôpitaux. Mais chez nous les musulmans, après un décès, la célébration du 40è jour est très importante avant toute action. Donc, si je ne parle pas c’est pour le respect de ce principe », a clarifié Madame Fadiga.

Rappelons que, Awa Fadiga est morte le 25 mars dernier après avoir été agressée dans un taxi compteur et n’ayant pas eu d’assistance médicale à temps de la part du chu de Cocody. Le gouvernement a pris des mesures en relevant le DG et deux membres du personnel de l’établissement hospitalier de leur fonction en attendant la suite des enquête.

Notons pour finir, que la police Rechercherpolice par le biais de la télévision nationale a annoncé avoir arrêté le présumé assassin du jeune mannequin, pris selon elle, avec un gourdin dans son taxi.

Affaire à suivre …

Donatien Kautcha

Source: koaci.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.