Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy renvoyé en correctionnelle

Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy renvoyé en correctionnelle

L e juge Serge Tournaire a ordonné le renvoi en procès de Nicolas Sarkozy et de treize autres protagonistes dans l’enquête sur ses dépenses de campagne lors de la présidentielle de 2012 et les fausses factures de la société Bygmalion, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

L’ancien chef de l’Etat a été renvoyé en procès pour financement illégal de campagne électorale, le juge lui reprochant d’avoir dépassé sciemment le plafond des dépenses électorales, alors fixé à 22,5 millions d’euros. Après Jacques Chirac, condamné en 2011 à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, c’est la deuxième fois qu’un ancien chef de l’Etat est renvoyé en procès sous la Ve République.

C’est “le magistrat instructeur premier saisi” du dossier, Serge Tournaire, qui a “le 3 février 2017 ordonné le renvoi devant le tribunal correctionnel”, selon la source judiciaire. Cela signifie que l’autre juge saisi, Renaud van Ruymbeke, n’a pas signé cette ordonnance, un élément dont les mis en examen pourraient se saisir pour contester leur renvoi.

Fausses factures

L’enquête, ouverte en 2014, a porté sur un vaste système de fausses factures destiné à dissimuler le dépassement du plafond des dépenses autorisées. Outre Nicolas Sarkozy, le juge a ordonné le renvoi en procès de treize autres protagonistes, en visant les délits de faux ou usage de faux, abus de confiance ou recel, escroquerie ou complicité et complicité de financement illégal de campagne.

Parmi eux, d’anciens cadres de l’ex-UMP, comme Eric Cesari, des responsables de la campagne présidentielle, comme son directeur Guillaume Lambert ou Jérôme Lavrilleux, et les responsables de la société de communication Bygmalion, dont la filiale Event and Cie organisait les meetings de la campagne sarkozyste. Tous sont soupçonnés d’avoir participé à la mise en place d’un système de fausses factures pour imputer à l’UMP environ 15 millions d’euros de dépenses de meetings qui auraient dû figurer dans le budget de campagne du candidat. Jérôme Lavrilleux et plusieurs cadres de Bygmalion avaient révélé cette fraude.

Lire la suite sur midilibre.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE