Affaire de “mandat d’arrêt international”: Pour Compaoré, le vrai ennemi n’est pas son allié familial Roch mais plutôt son allié, Salif Diallo

Affaire de “mandat d’arrêt international”: Pour Compaoré, le vrai ennemi n’est pas son allié familial Roch mais plutôt son allié, Salif Diallo

Il s’y attendait. Depuis sa villa cossue du quartier chic de Cocody-Ambassades, à Abidjan, Blaise Compaoré a suivi à distance l’élection de Roch Marc Christian Kaboré.

Les deux hommes ont évidemment eu des relations tendues à l’époque où Kaboré a basculé dans l’opposition, en janvier 2014, mais l’ex-président burkinabè n’a jamais nourri d’animosité particulière envers son successeur. Pour Compaoré, le vrai ennemi n’est pas Roch mais son allié, Salif Diallo, qu’il considère plus que jamais comme le principal responsable de sa chute.

S’il ne se gêne pas pour dire tout le mal qu’il pense de ce dernier – qui fut son plus proche collaborateur pendant des années -, Blaise Compaoré a au contraire gardé un avis plutôt bienveillant sur le nouveau chef de l’État. L’ancien taulier et celui qui a longtemps été considéré comme son dauphin se connaissent parfaitement, et se respectent. Leurs familles sont même liées, le petit frère de Roch ayant épousé la nièce de Blaise. « Compaoré considère qu’il vaut mieux une personne qu’il connaît bien au pouvoir. Kaboré n’est pas un va-t-en-guerre et sera probablement moins radical que les autorités de transition », glisse un ponte du régime déchu, qui croit savoir que Roch est dans un « esprit d’apaisement » vis-à-vis de ses vieux camarades du clan Compaoré.

La nouvelle vie de Compaoré

L’entourage de Blaise craint principalement que le tranchant Salif Diallo influence les choix du nouveau président, réputé pour sa pondération et son sens du consensus. Car même s’il fait mine de ne pas s’en soucier en privé, son prédécesseur reste sous la menace d’éventuelles poursuites dans son pays. Une perspective qui préoccupe son hôte ivoirien, Alassane Dramane Ouattara (ADO), soucieux de l’avenir judiciaire de son « frère » burkinabè.

Compaoré, qui s’efforce de rester le plus discret possible, suit toujours attentivement la situation politique à Ouagadougou. Il reçoit beaucoup de visiteurs, notamment Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, et ADO. Remis de son hospitalisation au Maroc, en juillet, pour une fracture du col du fémur, il vit avec son épouse Chantal et a repris le sport, alternant entre vélo d’appartement, légers footings et parties de football avec le nombreux personnel de sa villa – une vaste demeure bien gardée, qui appartient à Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien de l’Intérieur par ailleurs ami intime de Roch Kaboré. Pour tuer le temps, Blaise s’adonne aussi au dessin architectural, comme le faisait Félix Houphouët-Boigny avant lui. Il s’accorde également des escapades régulières à Assinie, station balnéaire huppée appréciée des riches Abidjanais.

Baudelaire Mieu et Benjamin Roger

Source: Jeune Afrique

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*