Affaire déchets toxiques: Charles Koffi, président du Réseau national pour la défense des droits des victimes parle de ce que les victimes réservent à Adama Bictogo et à Koné Cheick Oumar ». | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Affaire déchets toxiques: Charles Koffi, président du Réseau national pour la défense des droits des victimes parle de ce que les victimes réservent à Adama Bictogo et à Koné Cheick Oumar ».
Affaire déchets toxiques: Charles Koffi, président du Réseau national pour la défense des droits des victimes parle de ce que les victimes réservent à Adama Bictogo et à Koné Cheick Oumar ».

Affaire déchets toxiques: Charles Koffi, président du Réseau national pour la défense des droits des victimes parle de ce que les victimes réservent à Adama Bictogo et à Koné Cheick Oumar ».

Charles Koffi, président du Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (RENADVIDET-CI) donne ici les raisons pour lesquelles, ses camarades et lui, occupent les rues depuis quelques semaines tout en levant un coin de voile sur leur agenda.

M. Charles Koffi, le dossier des victimes des déchets toxiques est pendant devant la justice, alors qu’est-ce qui justifie ces manifestations de rue ?

Ce qui justifie ces récentes manifestations de rue que nous allons poursuivre jusqu’à nouvel ordre, c’est qu’il y a un nondroit qui est dit. Cela, à travers les différentes tergiversations observées de la part de la justice.A titre d’exemple, lors de l’audience du 1er juillet dernier,la 5ème du genre, Mme N’Dri Bertine présidente de la chambre des délits économiques du tribunal correctionnel de 1ère instance d’Abidjan-Plateau, a contraint tous les avocats à faire comparaître leurs clients pour éplucher définitivement ce dossier.

Curieusement, ces derniers ont brillé par leur absence.A la suite du débat contradictoire observé entre la partie civile que je suis, et le conseil d’Accès Bank, et alors que le procureur de la République avait infligé une amende de 21 milliards de Fcfa pour blanchiment des 4,658 milliards f Cfa destinés aux victimes des déchets toxiques, et condamné tous les prévenus, à savoir Koné Cheick Oumar, Gohourou Claude et autres, voilà que, contre toute attente, le délibéré est rabattu au mardi 11novembre prochain par la présidente du tribunal sur la base de deux arguments complaisants, à savoir, l’intervention d’un avocat burkinabé pour plaider à nouveau la cause d’Accès Bank et la comparution de Moto Esaïe qui n’est même pas mis en cause dans cette procédure.
S’agissant du premier nommé, il est bon de noter qu’Accès Bank a eu droit à un avocat lors de l’audience du 1er juillet dernier. Ce dernier est même cité comme témoin dans la procédure. C’est donc au vu de toutes ces manigances que nous avons décidé de prendre la rue pour dénoncer la mascarade qui se déroule sous nos yeux.

Vous étiez récemment au siège du RDR. Que vient chercher ce parti dans votre affaire?

C’est suite aux réquisitions du procureur de la République et le fait que Koné Cheick Oumar apparaît de façon récurrente à la télévision ivoirienne comme membre du RDR lors des cérémonies organisées par ce parti que nous avons jugé utile de faire un sit-in au siège de ce parti pour interpeller la direction.Aussi, lorsque Koné Cheick été fait coordonnateur du tournoi de football ‘’ADO le bâtisseur’’par Legré Philippe, nous avons estimé qu’il était utile d’organiser une manifestation de protestation pour condamner cette prime à l’impunité.Après les échanges avec la direction du RDR, Koné Cheick Oumar a été démis de ses fonctions, dans le comité d’organisation de cette compétition.

Jusqu’où êtes-vous prêt à aller dans cette affaire?

Tant que nous ne verrons pas la concrétisation de cette mesure par des actes tangibles tel que la comparution de Koné Cheick devant les juridictions, nous continuerons de crier partout où besoin sera pour réclamer justice.

Vous accusez également le ministre Gnénéma Coulibaly de protéger Koné Cheick Oumar. Avez-vous déjà rencontré le ministre sur le sujet ?

Nous allons solliciter une audience auprès du ministre Gnénéma Coulibaly pour qu’il nous éclaire sur les tergiversations de la justice depuis 2009 à ce jour. Nous l’avons mis en cause parce que nous avons appris qu’il serait à la base de ce dilatoire pour protéger Koné Cheick Oumar et Adama Bictogo.

S’agissant d’Adama Bictogo, vous savez qu’en tant que député,il jouit de l’immunité parlementaire. Comment comptez-vous l’emmener à payer votre dû?

L’immunité parlementaire n’est pas une couverture permanente. Elle peut être levée à tout moment. Nous avons sollicité le tribunal à l’effet de saisir l’Assemblée Nationale pour que Bictogo soit mis à la disposition de la justice. Mais, il nous est revenu que le Parlement a refusé de satisfaire cette demande.Mais nous ne perdons pas espoir pour autant car nous allons l’attaquer sur les intérêts civils. Aussi, allons-nous continuer de manifester devant les bureaux et au domicile d’Adama Bictogo pour l’obliger à restituer les 600 millions de F CFA des victimes, dont nombreux sont décédés en raison de leur état de santé précaire, quand les autres vivent dans l’indigence totale.

Lorsque vous occupez les rues, vous ne craignez pas d’être arrêté pour trouble à l’ordre public?

Nous ne craignons pas d’être arrêtés parce que nous sommes dans nos droits. Nous avons déjà été privés de nos droits. En plus, avant de manifester, nous saisissons toujours le ministère d’Etat, ministère de la Sécurité et de l’Intérieur. Toutes les manifestations que nous avons organisées ont été faites de façon régulière. Autrement, elles seraient frappées d’interdiction si le ministère estime que nos manifestations constituent une menace à l’ordre public. Et il nous le signifiera bien auparavant

Réalisée par Ahoussi Aka

Source: Aujourd’hui

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.