Affaire “des 7 comptes bancaires du cardinal de Bamako dans des banques européennes”: Les deux journalistes de “Le Monde” inquiétés

Affaire “des 7 comptes bancaires du cardinal de Bamako dans des banques européennes”: Les deux journalistes de “Le Monde” inquiétés

L’enquête menée par les journalistes de Le Monde, sur les avoirs des prélats dans les banques étrangères n’est pas sans conséquences.

Sept comptes bancaires rassemblant une somme d’environ 12 millions euros (7 milliards 871 millions 484 milles francs cfa), logés en Suisse et appartenant à trois prêtres voilà qui fait problème. Les comptes ouverts en 2002 au crédit lyonnais de Monaco ont finalement atterri chez HSBC de Genève.

La découverte survient après une enquête des «Swissleaks» qui dévoilait en février 2015, l’existence d’un système international de fraude, mis en place par la banque britannique.

L’affaire qui met en cause des personnalités religieuses fait beaucoup de remous au sein de la communauté catholique. Les journalistes David Dembélé et Aboubacar Dicko, travaillant pour le quotidien Le Monde version Afrique, ne sont pas allés du dos de la cuillère dans leurs écrits.

S’il est avéré qu’ils ont protégé leurs sources, ils n’ont pas caché à leurs lecteurs les noms des propriétaires desdits comptes. Parmi les nommés, le nom de Monseigneur Zerbo, l’archevêque de Bamako qui est d’ailleurs, sur le point d’être ordonné cardinal.

Malheureusement, les révélations des deux journalistes n’ont pas reçu l’assentiment de tous. Conséquence, ils sont menacés depuis plusieurs jours, d’où l’option de la protection policière. De quoi inquiéter les responsables du quotidien français.

Selon ces derniers, leurs collaborateurs, hormis les appels nocturnes, ils sont aussi l’objet de menaces verbales dans les rues. Les réseaux sociaux n’étant pas des restes. Face à ces menaces, Serge Michel, rédacteur en chef du quotidien Le monde Afrique, a saisi l’archevêque de Bamako : «Nous serons très attentifs à toute atteinte physique et morale à nos journalistes à Bamako».

Il a également précisé que : «L’exercice de la presse y compris quand il s’agit des révélations désagréables, fait partie de la démocratie et des principes auxquelles a souscrit le Mali». C’est donc parti pour une série à plusieurs episodes.

Source: africtelegraph.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*