Affaire “Gbagbo a cassé le canari”: Le collectif des cadres de Gagnoa s’insurge contre le discours de Joseph Gadji

Affaire “Gbagbo a cassé le canari”: Le collectif des cadres de Gagnoa s’insurge contre le discours de Joseph Gadji

Le discours prononcé par Monsieur Joseph Gadji au nom du peuple Bhété de la région du Gôh n’a pas fini de susciter l’indignation des populations originaires de cette région.

En effet, quelques jours seulement après avoir lu son discours dans lequel il a indiqué que le peuple Bhété reconnaissait être comptable des “torts” que le président Laurent Gbagbo aurait fait au peuple de Côte d’Ivoire lorsqu’il était au pouvoir et demandait par conséquent pardon à la Nation, plusieurs cadres de Gagnoa réunis au sein d’un collectif ont décidé de faire entendre leur position.

Dans une déclaration qui est parvenue à notre Rédaction, ce collectif a, sur la base d’une analyse historique, sociale et politique de la déclaration du sieur Joseph Gadji, indiqué ne pas se reconnaître «dans l’aveu de culpabilité du peuple Bhété en général, du président Laurent Gbagbo en particulier dans la tragédie ivoirienne».

Le collectif des cadres de Gagnoa rappelle dans son analyse que «la déclaration de Monsieur Gadji Dagbo Joseph se situe dans une tradition d’instrumentalisation de l’ethnicité par le pouvoir politique depuis l’ère du parti unique. La diabolisation du peuple Bhété en général, et du peuple Bhété de Gagnoa en particulier, a toujours été à la fois le moyen et le résultat de cette instrumentalisation à laquelle, sans discernement aucun, certains fils de Gagnoa se sont livrés au préjudice de leurs propres frères et sœurs.»

Pour rappel le département de Gagnoa a accueilli Alassane Ouattara le 28 septembre 2015. A l’occasion de cette visite, il a eu une séance de travail avec le Conseil des Chefs de village. Aucours de cette séance de travail, monsieur Joseph Dagbo Gadji a, en sa qualité de porte-parole, fait la déclaration suivant  :

«  Vous avez devant vous, Monsieur le président de la République, les parents de tous ceux qui, originaires de Gagnoa, ont de près ou de loin, par action ou par omission, semé la désolation, la peine, la souffrance dans notre pays au cours de la triste période qui est désormais derrière nous. Nous nous prosternons devant vous. Mais, surtout devant la République. Devant la nation, tout entière et tous ceux qui aiment notre pays, la communauté internationale. Monsieur le Président de la République, nous demandons pardon à la nation, aux Ivoiriens… Un de nos fils a dirigé la Côte d’Ivoire. A l’arrivée, les choses ne se sont pas passées comme nous aurions désiré pour lui. Le canari que le peuple lui a confié s’est cassé, brisant la multitude de bonheur qu’il espérait. Les pères que nous sommes, collectivement assumons la responsabilité des torts causés par les enfants de Gagnoa à la nation. Ici, en pays bété, le père n’exige rien devant la cause du fils qu’il ménage… ».

Ci-dessous la déclaration complète du collectif des cadres de Gagnoa

Gustave Sémaho, pour Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.