Affaire «je suis candidat pour honorer la mémoire du Président Laurent Gbagbo ». Le FPI réagit aux propos de l’ex militant Pascal Affi N’Guessan

Affaire «je suis candidat pour honorer la mémoire du Président Laurent Gbagbo ». Le FPI réagit aux propos de l’ex militant Pascal Affi N’Guessan

Déclaration du Porte-parole du FPI suite aux propos macabres de M. Affi N’Guessan à l’encontre du Président Laurent Gbagbo

L’opinion nationale et internationale a appris, par voie de presse, que M. Pascal Affi N’Guessan s’est fait investir, le samedi 8 août 2015, comme « candidat du Front populaire ivoirien (FPI) » à l’élection présidentielle ivoirienne annoncée pour octobre 2015.

Selon ses propos rapportés fidèlement par la presse internationale, notamment Radio France internationale (RFI), M. Affi a déclaré qu’il est candidat, selon ses propres termes, « pour honorer la mémoire du Président Laurent Gbagbo ».

En attendant que les instances du Parti ne se prononcent sur la forfaiture permanente et inacceptable du sieur Affi N’Guessan qui continue de se présenter comme militant du FPI, forfaiture désormais doublée de ces propos d’une répugnante gravité, il est urgent de rappeler que :

1- Depuis le 3ème Congrès extraordinaire du 30 avril 2015 à Mama (Gagnoa), M. Affi N’Guessan est exclu du FPI et les actes qu’il pose n’engagent que sa propre personne ;

2- Le camarade président Laurent Gbagbo, réélu président du FPI par ledit Congrès mais injustement détenu, depuis novembre 2011 à la prison de la Cour pénale internationale (CPI), à la Haye, aux Pays Bas, est bel et bien vivant !

3- Même s’il lui plaît de cultiver son ingratitude et sa méchanceté envers le Président ivoirien renversé par la France de Nicolas Sarkozy, au profit de ses nouveaux alliés du régime Ouattara, rien n’autorise Affi N’Guessan ni à déclarer le Président Gbagbo mort et enterré, ni à se donner le luxe macabre « d’honorer sa mémoire » par une pitoyable candidature, car Dieu merci, Gbagbo est bel et bien vivant !

4- Mieux, c’est pour son retour sur la scène politique ivoirienne que le FPI, l’instrument de lutte pacifique qu’il a créé, continue de se battre.

Fait à Abidjan, le 9 août 2015

Koné Boubakar

1er Secrétaire Général Adjoint,

Porte-parole par intérim du FPI

About admin

One comment

  1. Je pense d’abord que c’est lapsus
    Mais à y regarder de près l’oraison funèbres de Affi traduit une pensée profonde: le non retour de Gbagbo! Qu’il crève et c’est déjà le cas là où il est. Car son retour serait extrêmement gênant pour lui Affi.

    On n’honore pas la ”mémoire” d’un vivant comme Gbagbo. Du reste sa mémoire est immortelle pour NOUS qu’il a éduqué à la liberté de conscience, et aux nécessités des libertés publiques et du multipartisme avec des élections crédibles.

    Connaissant Affi et ses contradictions vs à vis de Gbagbo je pense que sa parole ”honorer la mémoire de Gbagbo” est une véritable confession de foi. son projet pour tuer toujours le père et prendre est vif en lui!

    Mais il est vaincu d’avance! Sincèrement comment peut-on faire confiance en un tel type? Supposons par miracle qu’il devienne Président de Ci, mais Affi est plus à craindre que Ouatara; mais Affi il va faire pire que Ouatara Dramane et pourchasser ses propres partisans pour les détruire sans aucun ménagement! comme il le fiat actuellement avec Ouatara.

    Pauvre Affi N’guessan !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*