Affaire “Koua Justin empêché par la JFPI d’Agboville d’y mettre les pieds pour un meeting”: Koua Justin à “Notre Voie” «je n avais pas de meeting a Agoville et Yamoussoukro»

Affaire “Koua Justin empêché par la JFPI d’Agboville d’y mettre les pieds pour un meeting”: Koua Justin à “Notre Voie” «je n avais pas de meeting a Agoville et Yamoussoukro»

Enfin, qu’est-ce que vous devenez ?

Hier dans votre parution, vous avez mentionné que j’aurais été empêché par la JFPI d’Agboville d’y mettre les pieds pour un meeting.

En réalité, je n’avais pas réagi parce que je n’avais aucun programme sur Agboville, Mais surtout j’ai cru qu’après vos attaques contre SANGARE, DOUATY, AKOUN, MARIE-ODETTE LOROUGNON, c’était à mon tour d’être attaqué.

J’en étais fier car les attaques me renforcent et me rendent d’attaque.

En réalité, pour qui connaît notre fonctionnement, mon programme est établi par mon cabinet après validation de mon Directeur de cabinet un mois avant.

Or, dans mon programme mensuel ne figure nulle part une activité en Agboville.

Après recherche, les camarades d’Agboville nous informaient que c’est le Ministre N’DORI Raymond qui vous a fait parvenir un texte en mentionnant au bas du texte le nom de notre responsable de jeunesse. Lui-même surpris par ledit texte.

Aujourd’hui encore dans votre parution, vous écrivez que la jeunesse FPI de Yamoussoukro dit non à ma venue dans cette localité.

Je ne sais pas comment vous prenez plaisir à m’inventer des programmes alors que je ne vous ai rien communiqué.

Selon mon Directeur de Cabinet, le Docteur Wazi Guipié, le cabinet n’a aucunement sollicité votre organe vu que vous vous évertuez à ternir l’image du Président GBAGBO Laurent.

Alors, à cette allure, d’inventions en inventions, vous finirez sans doute par écrire que vos employés me réclament pour diriger NOTRE VOIE pour redéfinir sa ligne éditoriale.

Non, chers amis, arrêtez le ridicule, cela vous fait 97% d’invendus chaque jours.

Et vous peinez à honorer vos engagements vis-à-vis de ces jeunes qui y travaillent avec le cœur et l’honnêteté professionnelle.

Vous parlez de la JFPI, ne soyez pas pressés. Chez nous, on a pour coutume de dire ” Le cadavre qu’on vient exposer à ton domicile, on ne court pas pour aller le regarder “.

Votre professionnalisme m’obligerait.

DIEU aime GBAGBO !

Koua Justin

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE