Affaire Michel Gbagbo : Voici la vraie histoire de la convocation de Soro à Paris

Affaire Michel Gbagbo : Voici la vraie histoire de la convocation de Soro à Paris

Exaspérée. Selon nos informations, la juge d’instruction française Sabine Kheris serait en train de perdre patience face aux manœuvres dilatoires employées par Guillaume Soro, ancien figure de la rébellion anti-Gbagbo et président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Convoqué dans le cadre de l’enquête sur la séquestration extrajudiciaire de Michel Gbagbo, fils de l’ancien président ivoirien, après la prise de pouvoir d’Alassane Ouattara, Soro s’est plusieurs fois dérobé aux juges, souvent avec la complicité de l’exécutif ivoirien.

Tout a commencé par une commission rogatoire lancée alors que Michel Gbagbo était encore incarcéré à Bouna, dans le nord du pays. Une commission rogatoire dans le cadre de laquelle Guillaume Soro, les comzones mais aussi Alassane Ouattara devaient répondre aux questions de la magistrate. L’Etat ivoirien n’a pas donné suite, à deux reprises. Le même Etat a empêché, à trois reprises, Michel Gbagbo de venir à Paris s’entretenir avec la juge de son dossier, allant jusqu’à confisquer son passeport.

Face à ce blocus, la juge française a profité du fait que Guillaume Soro possède, via une société civile immobilière, un pavillon en région parisienne, dans lequel vit sa famille. Elle a envoyé une convocation à sa résidence privée. La première fois, il a fait le mort, en dépit de l’accusé de réception retourné suite à la lettre recommandée à lui adressée. La deuxième fois, avant la dernière présidentielle, il a fait intervenir son avocat, Jean-Paul Benoît (également avocat de l’Etat de Côte d’Ivoire dans la procédure contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale). Ce dernier a sollicité un report, invoquant le rôle de Soro dans la campagne de Ouattara. Un report accordé par la juge, qui a fixé la date du 24 novembre d’un commun accord avec lui.

Le hic, c’est que la famille de Soro a refusé de réceptionner le dernier courrier recommandé de la justice française, au prétexte qu’il n’habiterait plus à l’adresse indiquée. Malgré tout, Jean-Paul Benoît a rappliqué auprès de la juge pour lui demander d’annuler la convocation. Guillaume Soro, a-t-il argumenté, devait rester au pays en tant que seconde personnalité de l’Etat en l’absence du président Ouattara. Ce qui ne l’a pas empêché d’organiser à la va-vite une visite en Grande-Bretagne, histoire de montrer à ses aficionados qu’il demeure dans les bonnes grâces de l’Occident.

De toute façon, le discours de Benoît s’est désormais clarifié. Soro, a expliqué Benoît, ne répondra pas à la convocation de la juge Kheris parce que ce serait un précédent qui créerait une jurisprudence. Et pourtant, il n’y a pas de précédent. Dans le cadre de l’affaire Guy-André Kieffer, Simone Gbagbo (à l’époque Première Dame et présidente du groupe parlementaire FPI) et Paul-Antoine Bohoun Bouabré (ministre d’Etat) avaient répondu aux convocations du juge Patrick Ramaël. Et le ciel ne leur était pas tombé sur la tête.

Théophile Kouamouo

Source: Mondafrique

About Tjefin

One comment

  1. Théo

    Merci de nous faire un bon briefing à chaque fois que c’est nécessaire. Ta mission est noble.

    Soro DOIT répondre au juge français. Il ne peut pas se dérober continuellement comme un lâche qui fuit ses responsabilités et qui fait semblant d’ignorer. D’autres plaintes l’attendent.

    Et il y aura des plaintes le moment venu pour juger ses crimes. On va voir si à la fin il va se déplacer quelque part en Occident…

    C’est ce qui arrive quand on pense comme Soro, que tout est permis du moment qu’on prend les armes avec du mensonge et que, on a la France avec soit pour détruire et humilier des nègres parce qu’ils sont Fils filles et militants du FPI

    On le regarde…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.