Affi et le logo du FPI: Cessons donc de rêver. AFFI n’abandonnera jamais volontairement le logo du FPI!

Affi et le logo du FPI: Cessons donc de rêver. AFFI n’abandonnera jamais volontairement le logo du FPI!

Je lis ou j’entends çà et là dire que AFFI N’Guessan doit laisser enfin le logo du FPI à son vrai propriétaire : le FPI !

Et qu’il doit -tournant le dos au FPI- se décider à créer son propre parti politique !

Que les résultats des dernières élections –les législatives du 18-12-2016- sont le camouflet de trop pour l’orgueil de cet homme qui a ainsi l’occasion de se rendre compte qu’il dessert plutôt le parti et que sa lutte contre le FPI d’Abou Drahamane Sangaré s’apparente à une lutte contre les moulins à vent ou à une guerre à l’hivernage !

Et je me dis que cela devrait couler de source –normalement- pour tout bon politicien.

Qu’ayant cru –un moment- avoir la majorité des militants dans la divergence idéologique qui l’oppose à ses camarades de parti réunis autour de Abou Drahamane Sangaré, il était logique que AFFI N’Gessan s’agrippe au logo du parti en attendant que la base –le vrai décideur- tranche entre les deux camps.

Bien sûr cette base, jamais ne s’est privée de ce droit de décider qui lui est reconnu, depuis qu’ont commencé cette guéguerre fratricide et les différentes élections organisées par et sous Alassane D. Ouattara.

Partout sur le terrain, notre homme –Affi N’Guessan- a constaté qu’il était largement minoritaire : lorsque Abou Drahamane Sangaré lance un mot d’ordre de boycott lors d’une élection, il est suivi au pied de la lettre par la plupart des militants, sympathisants du FPI et démocrates de Côte-d’Ivoire qui se reconnaissent en lui. C’est la raison pour laquelle AFFI N’Guessan a pu dire –après son 01,18% aux législatives de 2016- que « Sangaré a battu campagne contre lui et que ce dernier a fait le jeu du parti au pouvoir ».

Mais, il a aussi fait le constat que seul le logo du Front Populaire Ivoirien (FPI) lui permettrait d’exister et de continuer de berner ceux de nos militants incultes nourris à la vieille école politique du « l’éléphant, c’est le PDCI de HOUPHOUËT ; la carte de l’Afrique avec la rose, c’est le FPI de GBAGBO ; la case, c’est le RDR de ADO, etc. »

Et surtout, il a fait le constat que Mamadou Coulibaly –actuel président de LIDER- depuis qu’il est parti du FPI et qu’il n’est plus porteur du logo du FPI a été réduit à sa plus simple expression.

Alors, il a décidé de ne jamais se séparer du logo du FPI qui est –en fait pour lui- une assurance-vie, plus précisément une question de vie ou de mort. Disons-le plus simplement, une assurance contre sa mort politique.

Dans sa relation avec le pouvoir de Ouattara, n’est-ce pas ce logo du FPI qui le fait passer pour représentant légal et légitime de Gbagbo ?

Pourquoi croit-on que les journaux pro-gouvernementaux ou pro-RHDP font leurs gros titres en parlant du FPI seulement lorsque AFFI s’affiche sur la scène politique nationale avec les actuels tenants du pouvoir ?

Pourquoi croyez-vous que les plateaux de télévision ou de radio de « nos ancêtres les gaulois » font les gorges chaudes en recevant AFFI ou ses « affidés » ?

N’est-ce pas ce logo qui permet à ses alliés au pouvoir en Côte-d’Ivoire de continuer de faire croire à leurs soutiens occidentaux qu’ils sont des démocrates puisqu’ils intègrent à la vie politique du pays toute l’opposition et surtout celle représentant Laurent Gbagbo ce « génocidaire et dictateur qui, voulant conserver un pouvoir qu’il a perdu dans les urnes, n’avait pas voulu reconnaitre l’indiscutable victoire de Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010, causant ainsi des morts inutiles par milliers» ?

N’est-ce pas ce logo du FPI que prostitue si allègrement AFFI N’Guessan dans des semblants de négociations avec le pouvoir qui fait dire à ce même pouvoir que Abou Drahamane Sangaré et sa clique de « Gbagbo ou rien » sont des va-t-en guerre rebelles à toute autorité et empêchant Alassane Ouattara de mener à bien la réconciliation nationale ?

N’est-ce pas ce même logo du FPI qui devrait servir d’escabeau à AFFI pour décrocher le juteux poste de « Chef de l’Opposition ivoirienne avec rang de président d’institution »?

Cessons donc de rêver : de lui-même, volontairement, AFFI n’abandonnera jamais le logo du FPI  et il ne créera point son parti !

Car, pour AFFI, se conformer –logiquement et dignement- à la volonté de la base militante ou sympathisante du FPI qui lui a retiré toute légitimité de parler et d’agir au nom du FPI, ce n’est pas là le problème !

Pour AFFI N’Guessan Pascal, il n’y a pas de dignité qui vaille là où est en jeu la cruciale question de sa survie… politique !

TAGRO Tapé Innocent, enseignant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE