Affi N’Guessan: «Je demeure candidat, car me retirer serait illogique et irresponsable» (Vidéo)

« Il serait lâche, irresponsable et illogique que je retire ma candidature. Car, en l’état actuel, je suis la seule alternative », a lancé Pascal Affi N’Guessan, président du Fpi et candidat à sa propre succession. C’était ce mardi 9 décembre 2014, au siège provisoire du Front populaire ivoirien (Fpi), au cours d’une conférence de presse.

Donnant les raisons qui fondent le maintien de sa candidature, M. Affi a soutenu qu’après une analyse des graphologues, « il ressort que dans la lettre prêtée à Laurent Gbagbo, la signature qui y figure est le fruit d’une imitation mal maîtrisée ».
C’est pourquoi, il a indiqué avoir porté plainte pour trois raisons. D’abord pour faire annuler partiellement la décision du comité de contrôle, notamment sur le maintien de la candidature de M. Gbagbo. Ensuite faire reporter la date du congrès afin de permettre que la tempête baisse et enfin porter plainte contre X pour faux et usage de faux portant sur la signature de Laurent Gbagbo.

Pour Affi N’Guessan, il est clair que M. Gbagbo n’a pas fait acte de candidature. C’est pourquoi, dira-t-il, le comité de contrôle « est dans la forfaiture ». Selon lui, l’ex-Président ivoirien ne peut pas être élu car les textes du Fpi stipulent que le candidat élu doit être physiquement présent au congrès. “D’ailleurs, s’il est élu, nous irons à nouveau à un autre congrès et cela n’est pas bénéfique pour le parti”, a souligné Affi N’Guessan.

Poursuivant sa récrimination contre ses camarades qui soutiennent la candidature de M. Gbagbo, il a indiqué que ces derniers se classent en trois groupes. « Il y a le camp patrimonial qui pense que le Fpi doit être géré comme un bien privé, le camp des messianiques qui considèrent le parti comme une religion où la parole des gourous est considérée comme une parole prophétique. Et enfin vous avez celui des opportunistes qui veulent s’emparer du Fpi et l’utiliser à d’autres fins. »

Pour lui donc, c’est son groupe qui veut la paix, la réconciliation et un parti moderne contre ceux qui veulent persister dans les querelles, le radicalisme et le refus d’avancer. “C’est-à-dire le camp des rien sans Gbagbo”, conclut-il.
Répondant aux questions des journalistes, Affi N’Guessan a dit que le congrès sera reporté afin d’éviter la déchirure entre les militants du Front populaire ivoirien.

Ouattara Ouakaltio 

Source: Fraternité Matin

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.