Affi « satisfait et soulagé » par la décision de justice en sa faveur

Affi « satisfait et soulagé » par la décision de justice en sa faveur

Le leader du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) Affi N’guessan s’est dit lundi satisfait et soulagé après la décision de justice rejetant la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du parti, accusant des cadres de sa formation d’avoir “instrumentalisé“ le nom de l’ancien président.

“C’est une réaction de satisfaction et de soulagement“, a déclaré Affi N’guessan, à l’issue d’une audience avec le ministre ivoirien de l’Intérieur Hamed Bakayoko.

Une rencontre qui entre dans le cadre de la reprise du dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition, interrompu en mai.

Le leader du FPI réaffirme que Gbagbo « n’a pas exprimé formellement son intention de briguer la présidence » et que certains cadres du parti ont “manipulé le comité de contrôle“ du principal parti de l’opposition.

“Certains camarades qui souhaitent conquérir la direction du parti ont utilisé le nom de Gbagbo, qui aujourd’hui, est en procès à la CPI (Cour pénale internationale) et qui n’a pas besoin d’être impliqué dans nos querelles internes“, a-t-il indiqué.

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, incarcéré depuis trois ans à La Haye et Pascal Affi N’guessan, briguent la présidence FPI.

Fin novembre, M. Affi N’guessan, en poste depuis 2001, avait déposé un recours auprès du comité de contrôle, la structure chargée au sein du parti d’enregistrer et de valider les candidatures, pour invalider la candidature de son challenger.

Depuis, le leader du Front populaire ivoirien fait face à un mouvement de contestation au sein de son parti.

Lundi, la justice a ordonné le retrait de la candidature de Gbagbo, pour n’avoir pas déposé une demande manuscrite selon le statut du parti.

“Je suis candidat unique mais je ne m’engage pas dans une logique d’exclusion“, a dit Affi N’guessan, appelant ses adversaires à “se ranger autour de la décision de justice“.

“La justice a tranché dans le sens de l’apaisement, de la conciliation. La décision de justice doit nous rassembler. Si nous sommes tous responsables, nous devons tous prendre acte de la décision. Chacun a une contribution à apporter à la réhabilitation du FPI“, a-t-il conclu.

Par Jacob DJOSSOU

Source: Alerte-info.net

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.