Alassane Dramane Ouattara: Tout près de réaliser son ambition de recréer l’ex Haute Volta

Lors d’une interview à la RTI en 1992, le journaliste Abdel Khader Sangaré avait demandé au Premier Ministre Alassane Dramane Ouattara de se prononcer sur un document intitulé la Charte du Nord qui circulait sous les chemises à l’époque déjà et qui incitait les ressortissants du Nord à soutenir un projet séparatiste. Les rédacteurs de ce document appelaient à créer une république du Nord. C’etait déjà sous le président Houphouët.

Ouattara avait bien entendu reconnu qu’il était informé de l’existence d’un tel document, mais il a précisé qu’il s’agissait d’un document rédigé dans le but de le soutenir. Mais Ouattara ne s’est pas arrêté à cette réponse. En référence à une question à lui posé par Raphaël Lakpé du “Nouvel Horison”, Ouattara a précisé que «les frontières actuelles de la Côte d’Ivoire n’ont pas toujours été les frontières antérieures de la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire allait au-delà de Bobodioulasso», avait déclaré Alassane Ouattara. Il avait à cette occasion émis le voeux de voir la Côte d’Ivoire aller au-delà de Odiéné, de Bondoukou, de Bouna, etc….

25 ans après cette déclaration, Ouattara vient de se donner les moyens de réaliser son vœux. Il le fait dans l’article 124 de son avant-projet de Constitution.

LIRE AUSSI: “Longtemps avant Koaci.com, Fraternité Matin du Lundi 27 Décembre 1982 (avant même l’ère Bédié) titrait que Ouattara était Burkinabé. Le FMI certifie cela

En effet, cet article édicte que: «la République de Côte d’Ivoire peut conclure des accords d’association ou d’intégration avec d’autres Etats africains comprenant abandon partiel de souveraineté en vue de réaliser l’unité africaine».

Houphouët avait initié plusieurs projet d’intégration sous-régionale pendant son règne. Avait-il eu besoin d’abandonner la souveraineté de la Côte d’Ivoire?

En tout état de cause, une éventualité d’intégration avec le Burkina Faso est un gros problème pour Guillaume Soro. Car l’une des raisons avancées par monsieur Alioun Zanré, le Commissaire du Gouvernement près le Tribunal militaire de Ouagadougou, pour annuler le mandat d’arrêt contre Guillaume Soro était qu’«aucun Etat n’extrade son national ». En cas d’abandon de souveraineté, cette règle ne sera plus satisfaite. Guillaume Soro pourrait donc être extradé sans difficulté.

Tanoh

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE