Alerte Info: QG FPI assiégé. Le palais de sports ainsi que la résidence du Ministre Danon Djédjé encerclés par les forces de l’ordre. Plusieurs cadres du parti molestés

Ce mercredi 10 decembre 2014, le QG/Siège provisoire du FPI a été assiégé par un détachement de CRS. Des militants et cadres dirigeants du parti ont été molestés et violemment dispersés. Parmi les personnalités et militants molestés, figurent le Vice Président Miaka Ouretto et la vice Présidente Mme Marie Odette Lohourignon.

Les camarades suivants, le ministre Assoa Adou, Directeur de campagne du candidat Laurent Gbagbo (contre Affi qui lui dénie le droit d’être candidat et qui veut annuler sa candidature) et le ministre Sébastien Danon Djédjé, Président du Comité d’organisation du congrès sont recherchés pour être mis aux arrêts. Actuellement la résidence du Ministre Danon Djédjé est encerclée par les forces de l’ordre.

Le Bureau du congrès dirigé par le ministre Danon Djédjé et la grande majorité des camarades du FPI n’ont pas renoncé au congrès légitime auquel leur parti a droit; il a donc été maintenu pour le jeudi 11 décembre 2014 contre l’avis de M. Affi qui a fait actionner la justice qui vient de prendre une ordonnance de report de ce congrès alors que rien ne le justifie. Ayant décidé de tourner le dos à la lutte pour les libertés et pour la libération du Président Gbagbo,

M. Affi lance aujourd’hui les forces de répression et la justice des vainqueurs du pouvoir Ouattara contre le FPI et ses anciens camarades. Son vrai visage de collaborateur du régime de Ouattara vient ainsi d’être mis à nu. La ligne rouge est franchie et l’heure de dire NON vient de sonner disent la plupart des camarades.

Des initiatives doivent être prises partout et en Europe notamment pour diffuser ses informations et expliquer l’enjeu de la lutte qui vient d’être imposée au FPI (parti souverainiste et qui entend le demeurer) par monsieur Affi N’guessan et au-delà de lui, par le pouvoir liberticide de M. Ouattara et de ses soutiens impérialistes.

L’opinion nationale et internationale doivent être prises à témoin. Au pouvoir Ouattara, nous disons:  Vous voulez prendre Affi et le FPI, vous pouvez prendre Affi qui s’est déjà offert à vous; mais il ne sera jamais question que vous preniez le FPI qui n’a pour seul propriétaire que ses militants; et ce parti-là n’est pas à vendre.

————————————————————————–

la police empêche les pro-Gbagbo d’ouvrir leur congrès du FPI

Les forces de l’ordre étaient positionnées jeudi matin à Treichville pour empêcher les militants pro-Gbagbo de tenir un congrès du FPI reporté par décision judiciaire sur demande de l’actuel président intérimaire du parti, Pascal Affi N’Guessan.

C’est un nouvel épisode de la bataille interne au FPI, qui oppose les partisans de Laurent Gbagbo à ceux de Pascal Affi N’Guessan. Des éléments des Compagnies républicaines de sécurité (CRS) et de la Brigade anti-émeutes (BAE) ont stationné jeudi 11 décembre devant le Palais des sports de Treichville, à Abidjan. Objectif : empêcher l’ouverture par les pro-Gbagbo du congrès du Front populaire ivoirien (FPI), reporté par la justice sur demande de Pascal Affi N’Guessan.

“Le congrès ne s’est pas tenu car on nous a empêché de le tenir, a déclaré Sébastien Dano Djédjé, en charge de l’organisation. Aucun militant ne s’est présenté dans la matinée aux abords de cette salle où 6 000 militants du FPI venus des quatre coins de la Côte d’Ivoire étaient attendus. “Entre 3 et 4 000 d’entre eux étaient déjà arrivés à Abidjan jeudi matin”, a déclaré M. Djédjé. “Nous avons demandé à tout le monde de repartir car le dispositif (sécuritaire) mis en place était fait pour qu’il y ait des affrontements”, a-t-il affirmé, faisant état de nombreux coups de téléphones la nuit dernière aux militants pour leur transmettre la consigne.

la police empêche les pro Gbagbo douvrir leur congrès du FPI Alerte Info: QG FPI assiégé. Le palais de sports ainsi que la résidence du Ministre Danon Djédjé encerclés par les forces de lordre. Plusieurs cadres du parti molestés

Le 9 décembre, une ordonnance prise par le juge Ahmed Souleymane Coulibaly, président du Tribunal de première instance d’Abidjan, a annulé ce congrès du FPI initialement prévu pour les 11, 12, 13 et 14 décembre et censé désigner le nouveau patron du parti. Pascal Affi N’Guesssan, qui s’oppose à la candidature de l’ancien président, avait demandé ce report à la justice en attendant qu’elle se prononce aussi sur sa demande d’invalidation de la candidature de Laurent Gbagbo pour laquelle il a assigné plusieurs cadres de son parti.

“Agendas cachés”

Dès le lendemain, Sébastien Dano Djédjé, président de ce 4e congrès ordinaire du FPI, l’avait maintenu aux dates prévues, dénonçant au passage “ceux qui s’agitent pour diviser le FPI” et qui auraient selon lui des “agendas cachés”. Dans un communiqué rendu public le 10 décembre, le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko avait quant à lui menacé de sanctions les militants qui braveraient la décision de justice pour participer au congrès.

Source: Jeune Afrique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.