Alpha Blondy : «J’estime que la place de Laurent Gbagbo et Blé Goudé n’est pas à la CPI, mais plutôt dans leur pays en train de vaquer à leurs occupations»

Alpha Blondy : «J’estime que la place de Laurent Gbagbo et Blé Goudé n’est pas à la CPI, mais plutôt dans leur pays en train de vaquer à leurs occupations»

« L’interview, c’est pour un journal en Côte d’Ivoire où ici ?» C’est en ces termes que débute notre entrevu avec Jagger visiblement remonté contre la presse ivoirienne. Mais cette tension est assez vite dissipée quand finalement il sait que l’interview parait dans 100%culture qui est basé en Suède où il se trouve au moment de l’interview parce qu’il est en tête d’affiche de l’édition 2014 de Selam Stockholm Festival.

La reggae star ivoirienne a bien voulu se prêter à quelques questions vérités à votre magazine préféré. Interview. 

Bonjour Alpha Blondy et bienvenue à Stockholm où tu jouis finalement d’une grande notoriété.

Bonjour et merci au public de Stockholm qui m’a finalement adopté, ainsi qu’à nombreux de mes fans, ça fait la troisième fois que je viens à Stockholm et on m’y a toujours réservé un accueil chaleureux. 

Quel sentiment t’anime de savoir qu’on te considère comme une star Mondiale à Stockholm et que c’est finalement en partie à travers toi que beaucoup de suédois connaissent la Côte d’ivoire ?

C’est pour moi une grande fierté de savoir que l’Afrique et sa voix se font entendre partout dans le monde et particulièrement la Côte d’ivoire qui ne véhicule malheureusement pas en ce moment  une bonne image d’elle à cause de toutes ces crises politiques. 

En effet à propos de crises politique, comment va la Côte d’Ivoire ?

La Côte d’ Ivoire va bien. Bien même, et je pèse bien mes mots. Ce sont plutôt les politiciens qui ne vont pas bien en Côte d’ivoire. Ce ne sont pas les populations qui sont fâchées entre elles comme on veut nous le faire croire. Ce sont les politiciens qui les ont plutôt divisés. Je pense donc que le concept de la réconciliation nationale après cette grave crise est un échec au départ. Parce que pour moi,  c’est plutôt aux politiciens de réconcilier le peuple Ivoirien qu’ils ont divisé. 

La réconciliation entre le peuple n’est donc pas à l’ordre du jour pour toi ?

Si. Mais la crise a été assez grave pour qu’on pense que les choses vont s’arranger par des paroles de façade. Ma solution c’est que les politiciens se réconcilient entre eux et qu’ensuite ils réconcilient le peuple qu’ils ont divisé. C’est tout un processus qui peut prendre 10, 20, voir 30 années pour que la Côte d’ivoire retrouve sa paix d’antan où les gens du nord, du sud, du centre, de l’ouest, et de l’est vivaient en parfaite harmonie, à travers une grande diversité ethnique qui devait pourtant être un atout pour un pays civilisé comme la Côte d’Ivoire. 

On sait que tes opinions en tant qu’ambassadeur de la paix  pour l’ONU sont souvent contestées en côte d’ivoire. N’as-tu  pas finalement le sentiment d’avoir échoué dans cette mission ? 

Pas du tout. Parce que le plus important, c’est de prévenir la guerre à travers des actions de paix en période de crise, et c’est un peu ça ma mission. Par exemple, à propos de la crise postélectorale,   je pense que si on m’avait écouté, Il n’y aurait pas eu cette crise. Parce que mon message était clair au départ.

J’avais prévenu que ce n’était pas une bonne idée d’aller aux élections avec deux armées face à face. J’avais même précisé qu’en Afrique, pendant les élections il y a toujours deux vainqueurs et comme on connait bien le scénario, il y a toujours un qui dit, revendiquer sa victoire et donc si deux  candidats prétendent la victoire, alors ça donne forcément la guerre. Face à cette situation, je me retrouve finalement comme un leader d’opinion sans opinion. 

Que sous-entend  être un leader d’opinion sans opinion dans ton cas ?

Quand je dis que je suis un leader d’opinion sans opinion, ça veut dire qu’on me dit leader d’opinion. Mais en même temps on attend de moi que je donne des opinions qui arrangent les uns et les autres. Quand tu donnes une opinion qui n’arrange pas un côté, on te revendique automatiquement de l’autre côté et après on envoie des journalistes te tomber là-dessus. 

As-tu un commentaire par rapport au faite que ce soit finalement Laurent Gbagbo et Blé Goudé d’un seul camp qui soient à la Cours Internationale de justice à la Haye, alors que l’option, même internationale est formelle pour dire qu’il y a eu des exaltations dans les deux camps…

C’est un peu ce dont je parle quand je parle d’opinion. Si je donne mon opinion ça arrangera certains et pas d’autres. Cela rend parfois des sujets très sensibles et fragilise un peu plus la paix. Dans ce cas, moi, j’ai décidé de me taire et j’observe comme tout le monde.

Ce que je déplore par contre c’est que ce sont des Ivoiriens qui sont à la Haye. Je connais particulièrement Laurent Gbagbo et Blé Goudé et j’estime que leur place ce n’est pas à la CPI, mais plutôt dans leur pays en train de vaquer à leurs occupations.

Aujourd’hui, il faut se rendre à l’évidence que la classe politique Ivoirienne avec leurs différents partis politiques, le PDCI, le FPI et le RDR ont tous « merdé». Et cette grande douleur que le peuple Ivoirien ressent aujourd’hui est due au faite que les politiciens Ivoiriens n’ont pas été à la hauteur.

Et  plutôt que de demander au peuple de se réconcilier, ils feraient mieux de se réconcilier entre eux, puis réconcilier ensuite le peuple Ivoirien qu’ils ont divisé. 

As-tu envie de te prêter à des questions d’ordre international.

Pourquoi pas ? 

L’alternance politique au Burkina Faso

La rapidité avec laquelle les évènements évoluent au Burkina (ndlr l’interview et réalisée le jour de la veille de la chute du président burkinabé blaise Compaoré) montre bien que nous commençons à être en face d’un genre d’Africains nouveaux qui comprennent que les politiciens veulent, que nous travaillons pour la patrie pendant qu’ils travaillent pour eux-mêmes.

 Il faut que le peuple burkinabé trouve des moyens intelligents, pour faire comprendre à Blaise que le peuple qui l’a supporté depuis 27 ans veut le changement, afin que ce changement puisse se passer dans la paix. 

La Suède reconnait la Palestine comme un Etat

Je n’ai pas vraiment d’opinion que le Suède reconnaisse la Palestine comme un état, ça n’engage que la Suède. C’est de la haute politique (You know !). Par ailleurs,  j’invite les peuples palestinien et  israélien à la paix parce qu’une guerre fratricide qui dure depuis 70 ans, je pense que c’est trop. Et pendant ces 70 ans, combien d’enfants ont été tués de part et d’autre ? Combien vont-ils encore sacrifier d’enfants pour cette ? On ne sait quelle cause.

J’invite les concernés à revoir leurs copies. Et en même temps, J’ai l’ultime conviction qu’un jour viendra où la paix entre le peuple palestinien et israélien sera une réalité. Ce jour-là les israéliens et les palestiniens vont s’embrasser en pleurant parce qu’ils auront compris que trop de vie ont été gâchées. 

Le virus Ebola

Le virus Ebola est encore un mal qui a semé la désolation au sein des populations africaines. Je compatis et je continue à sensibiliser nos populations sur les consignes d’usage pour éviter la pandémie. Heureusement que toute la planète a compris le danger de cette maladie en se mobilisant massivement dans les zones concernées. Aujourd’hui,  on assiste à une nette accalmie due à la solidarité mondiale. 

Ton  actualité

Comme d’habitude je dois honorer des dates un peu partout dans le monde avant la fin de l’année. Mais la grande nouveauté c’est « Alpha Fm » la nouvelle radio qui fera la part belle à la musique et à la vie sociale sans la politique. 

Ton mot de fin

Je voudrais dire merci à tous mes fans dans le monde et surtout à 100%culture. Mais surtout beaucoup de paix dans le monde. 

 

Firmin Koto

Source: 100pour100culture.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.