Amath Dansokho, ministre d’Etat et troisième personnage actuel du régime de Dakar révèle: «C’est un miracle si Gbagbo est encore en vie»

Le lancement officiel de l’association des amis de Laurent Gbagbo, mise sur pieds à l’initiative de Jacqueline Chamois, la première épouse de Laurent Gbagbo et présidée par Raphaël DAGBO, s’est fait ce samedi 31 mai 2014 à Paris.  La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités françaises et Africaines venues soutenir l’initiative… 
« C’est un miracle que Laurent Gbagbo soit encore en vie. Pour la France, il n’était pas question à l’origine que Laurent Gbagbo puisse diriger la Côte d’Ivoire. Je viens d’être décoré de la légion d’honneur par François Hollande. Mais au nom de cette légion d’honneur, je n’ai aucun droit de couvrir le mensonge… » 
Le témoignage du panafricaniste sénégalais Amath Dansokho, ministre d’Etat et troisième personnage actuel du régime de Dakar, ce samedi 31 mai lors de sa prise de parole à la cérémonie de lancement de l’association des amis de Gbagbo est tout un symbole. Les propos donnent froid dans le dos quand on sait ce qui est advenu au guide Libyen Mouammar Kadhafi. Et comme pour remercier le Ciel, les initiateurs de l’association des  amis de  Gbagbo, ont choisi l’importante date de ce 31 mai, jour anniversaire des 69 ans de vie de Laurent Gbagbo, la troisième commémoration du genre qu’il passe au grand dam de ses partisans à la CPI, pour lancer l’association qui porte son nom.
 
SES AMIS AFFICHENT LEUR DÉTERMINATION A PARIS
Ils étaient donc tous là. Fidèles amis de l’ex-président ivoirien du temps de son exil politique dans l’hexagone, ex-collaborateurs, mais aussi, toutes les personnalités qui, sans l’avoir fréquenté, jugent injuste sa détention à la Haye depuis plus de trois ans, alors que les preuves se font rares du côté de la procureure Fatou Bensouda. Réunis autour de Jacqueline Chamois, la première épouse du président Gbagbo, les amis de Laurent Gbagbo ont donné de la voix pour expliquer au public venu en grand nombre, les objectifs de l’association : à savoir la réhabilitation politique de l’ancien président ivoirien tout en œuvrant à sa mise en liberté. Guy Labertit, l’ami de tous les temps de Laurent Gbagbo n’a pas manqué de rappeler que le lieu choisi pour cette célébration, l’AGECA, sis au 177 de la rue de Charonne dans le 11ème arrondissement de Paris, avait déjà accueilli Laurent Gbagbo en personne, le 19 février 1984 pour une réunion qui sera finalement interdite par le régime Français de l’époque.
 
LE COUP DE FIL DE LAURENT GBAGBO POUR FÉLICITER SES AMIS…
L’émotion était donc à son comble dans la salle, lorsque Joseph Mamadou, un proche de la famille de Gbagbo a annoncé à la suite des témoignages poignants de Raphaël Dagbo, Guy Labertit, Jacqueline Chamois, le politologue Albert Bourgi, la ministre Clotilde Ohouochi, le ministre d’Etat Sénégalais, Amath Dansokho, l’écrivain panafricaniste camerounais, Mbem André Julien, que le célèbre prisonnier de la CPI, venait de passer un coup de fil pour féliciter les initiateurs de l’organisation. Qu’est ce qui pourrait expliquer l’acharnement de l’Establishment Français sur Laurent Gbagbo juste après son élection à la magistrature suprême de son pays en 2000 jusqu’à son renversement en 2011 ?
Ouvrant la série des témoignages, Guy Labertit, l’ex-monsieur Afrique du parti socialiste français confiera : « Ils n’ont pas pardonné à Laurent Gbagbo sa volonté d’autonomie » pour ainsi dénoncer les nombreuses pressions exercées sur l’ex-président Ivoirien par les gouvernements successifs de la droite Française (Chirac et Sarkozy) afin de l’obliger à se coucher. Puis de poursuivre : « Si c’est le droit qui parle dans quelques jours à la CPI, Laurent Gbagbo devrait être libéré…» Évoquant ainsi l’audience du 13 juin prochain dans l’affaire Laurent Gbagbo. Autres témoignages édifiants, ceux du ministre Clotilde Ohouochi, de l’écrivain camerounais Mbem André Julien et du professeur Albert Bourgi. On notera, vu la qualité du public et des invités présents ce samedi à la cérémonie que la cause Gbagbo aura tout simplement dépassé le cadre ivoiro-ivoirien pour s’inscrire désormais comme une lutte des intellectuels Africains et occidentaux afin que la vérité piétinée se redresse enfin dans la crise ivoirienne de 2011./.
 
AUGUSTIN Djédjé
djedjenet64@yahoo.fr
Source: eventnewstv

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE