Ami de Gbagbo, Soumaïla Savané a pardonné à ses frères qui l’ont attaqué pendant la crise

Ami de Gbagbo, Soumaïla Savané a pardonné à ses frères qui l’ont attaqué pendant la crise

Originaire d’Odienné (nord-ouest), Soumaïla Savané reste profondément attaché à Gagnoa (centre-ouest). La capitale de la région du Gôh l’a vu naître et faire ses premiers pas de footballeur professionnel. Pendant la crise post-électorale de 2010-2011, il a été pris pour cible du fait de son amitié avec Laurent Gbagbo. Pourtant, il n’en veut pas à ses bourreaux.

Soumaïla Savané est né et a grandi à Gagnoa. Son enfance, il l’a faite en jouant au football dans les ruelles poussiéreuses du quartier Dioulabougou. C’est au cours de l’une de ces parties qu’il fait la connaissance de celui qui allait devenir un jour le président de la République de Côte d’Ivoire. En dehors du football, Soumaïla et Laurent partageaient un autre hobby : la pêche. « Nous allions souvent pêcher dans le fleuve Guéri et on ramenait les poissons chez mon père pour les frire et les manger ensemble ».

Rien ne semblait pouvoir séparer Soumaïla et Laurent. Jusqu’à l’adolescence où la passion de chacun prendra le pas sur ces moments de complicité. Chacun décide de se consacrer à ce qu’il sait faire le mieux : le football pour Soumaïla et les études pour Laurent. Alors que le fils de Mama (village de Laurent Gbagbo) vient à Abidjan pour rentrer à l’université, son ami intègre la Jeunesse club de Gagnoa qui deviendra plus tard le Sporting club de Gagnoa, où il devient l’une des vedettes.

« Chaque fois que Laurent était en vacances, il m’appelait… »

Avec ses primes de match, Soumaïla passe le permis de conduire. Il se convertit en chauffeur de taxi pendant ses jours de repos. Au fil des années, le footballeur-chauffeur achète plusieurs véhicules qu’il met en circulation. Soumaïla Savané devient un grand transporteur à Gagnoa. Pendant ce temps, Laurent Gbagbo est devenu député, puis président de la République de Côte d’Ivoire. La distance, et les responsabilités de chacun n’entachent en rien l’amitié du jeune Dioula et du jeune Bété. Ce, malgré certains conflits interethniques entre communautés Bété et Dioula à Gagnoa.

« Chaque fois que Laurent était en vacances à Gagnoa, il m’appelait, on se rencontrait et on se remémorait le bon vieux temps », se souvient l’ex-international ivoirien, les yeux rivés sur les photos de lui et Gbagbo accrochées fièrement dans son salon. Selon Soumaïla Savané, Laurent Gbagbo est resté le Laurent de leur enfance. Toujours aussi taquin avec son légendaire sens de l’humour.

Fort de cette amitié, en 2007, Laurent Gbagbo demande à Soumaïla Savané : « Savané, qu’est-ce que je peux faire pour les anciens du Sporting club ? » Ce à quoi ce dernier répondra qu’il souhaite qu’il offre un terrain à chaque joueur, pour que chacun puisse faire construire une maison. Le 26 juin de la même année, le président Laurent Gbagbo a décoré 78 anciens footballeurs comme chevaliers dans l’ordre du mérite ivoirien, en plus d’un lot. Cette proximité et cette intimité avec le chef de l’État d’alors va faire des jaloux au sein de la communauté Malinké dont Soumaïla est issu.

Victime d’une « amitié présidentielle »

En 2010, lors du deuxième tour de l’élection présidentielle, ceux qu’il appelle ses frères Dioula vont faire éruption chez lui une nuit aux environs de 21h. Ce soir-là, quelques heures ont suffi pour que Soumaïla Savané voie ses efforts de quatre décennies réduits à néant. La gorge noué, les yeux remplis de larmes, le vieux Savané, affaibli par le poids de l’âge, a du mal à se retenir. C’est sa femme Adja Koumba Savané qui va prendre le relais pour raconter la nuit du drame.

Victime dune « amitié présidentielle » Ami de Gbagbo, Soumaïla Savané a pardonné à ses frères qui lont attaqué pendant la crise

« On allait au lit lorsque nous avons entendu du bruit dehors. Nous avons regardé par la fenêtre et nous avons vu les jeunes du quartier. Ils criaient ‘’Savané, sors ici ! On va finir avec toi ! Dans Dioulabougou ici, c’est  toi seul tu supportes Gbagbo’’. Ils ont ensuite mis le feu aux voitures stationnées dans la cour. Le feu a alors touché un poteau électrique, qui a son tour a provoqué un court-circuit. La maison était en feu et nous étions à l’intérieur. Nous avons eu la vie sauve grâce à la promptitude de la police nationale ».

Voitures, maisons, biens matériels partis en fumée, Soumaïla Savané vit aujourd’hui isolé avec sa famille à Dioulabougou. Malgré tout ce qui lui est arrivé au nom de son amitié avec Laurent Gbagbo, il dit n’avoir aucune haine à l’endroit de ses frères. Il continue également de croire à l’amitié entre ethnies : « Ce n’est pas parce que je suis d’Odienné et Dioula que je dois forcément avoir pour ami un Dioula ».

Propos recueillis par Daouda Coulibaly et Clara Sanchiz

Source: Ivoire Justice

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*