Angola : la guerre d’indépendance

Angola : la guerre d’indépendance

Une guerre civile internationalisée

La guerre d’indépendance se transforme donc rapidement en une guerre civile internationalisée, tributaire d’une logique de guerre froide, mais surtout nourrie par les profondes divisions sociales et historiques entre les trois mouvements nationalistes. Rapidement abandonné par ses alliés zaïrois, le F.N.L.A. disparaît pratiquement de la scène politico-militaire angolaise. La guerre se réduit à un affrontement entre le M.P.L.A. et l’U.N.I.T.A., et leurs alliés respectifs, c’est-à-dire Cuba et U.R.S.S. pour le premier, États-Unis et Afrique du Sud pour le second.

Le M.P.L.A., alliance complexe et fragile entre différents groupes sociaux angolais, ne sort pas indemne des années de lutte nationaliste, même si c’est à son président Agostinho Neto qu’échoit le pouvoir dès l’indépendance. Le 27 mai 1977, Nito Alves, à la tête d’une branche dissidente du M.L.P.A., tente de prendre le pouvoir. Son coup d’État échoue et une sanglante répression s’abat sur tous les dissidents potentiels et déclarés au président Neto, dont le pouvoir sort renforcé. En décembre de la même année, le M.P.L.A. devient officiellement M.P.L.A.-Parti du travail (M.P.L.A.-P.T.), et Neto instaure un régime de parti unique à la soviétique. Deux ans plus tard, en 1979, il meurt à Moscou et est remplacé par José Eduardo Dos Santos.

Président jeune, sans grande expérience du pouvoir et sans réel poids face aux ténors du parti, Dos Santos parvient toutefois à renforcer peu à peu son autorité, puis à concentrer entre ses mains et celles de sa garde rapprochée tous les leviers importants du pouvoir angolais. Il s’appuie, pour cela, sur les immenses ressources pétrolières, dont l’exploitation en off-shore ne souffre que très peu de la guerre. Dans les années 1980, le M.P.L.A.-P.T. et l’élite dirigeante de Luanda se transforment en une nomenklatura profitant de l’argent du pétrole et du vaste réseau clientéliste mis en place par la présidence, et qui contrôle étroitement la société angolaise.

Lire la suite sur “Universalis.fr

———————————————


Fevrier 1961, une longue guerre civile commence en Angola. Ce n’est pas seulement une lutte d’indépendance nationale, c’est également un combat contre la dictature salazariste. Après plusieurs années de combats, l’équipe de 9.000.000 visite les camps d’entraînement des rebelles du mouvement d’Holden Roberto.

Source: sonuma.be

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.