Après 9H d’interrogatoire à la brigade de recherches, Affi N’Guessan déclare : «Quelles que soient les accusations, le FPI ne peut pas tomber sous le coup de la loi» | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France | Après 9H d’interrogatoire à la brigade de recherches, Affi N’Guessan déclare : «Quelles que soient les accusations, le FPI ne peut pas tomber sous le coup de la loi»eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France
Après 9H d’interrogatoire à la brigade de recherches, Affi N’Guessan déclare : «Quelles que soient les accusations, le FPI ne peut pas tomber sous le coup de la loi»

Après 9H d’interrogatoire à la brigade de recherches, Affi N’Guessan déclare : «Quelles que soient les accusations, le FPI ne peut pas tomber sous le coup de la loi»

Le président du fpi, Pascal Affi N’Guessan, le secrétaire général du parti, Laurent Akoun, et les deux vice-présidents Marie-Odette Lorougnon et Kodjo Richard ont regagné leurs familles respectives.

Après près de 9h d’interrogatoire, hier, à la brigade de recherche de la gendarmerie au Plateau, ces responsables du front populaire ivoirien sont ressortis libres aux environs de 19h 20mn. Mais c’est précisément à 20h 12mn qu’Affi N’Guessan et ses camarades ont été accueillis par une foule de militants qui les attendaient devant l’immeuble où habite le président du fPi. Ils ont été accueillis en héros par des militants qui ont passé toute la journée d’hier au Plateau en guise de solidarité à leurs camarades.

«prési, prési, prési, héé Akoun, Akoun…», clamaient sans cesse, les militants. Tout sourire, Affi N’Guessan est sorti de son véhicule en levant les deux doigts du formant signe de ralliement du fpi. «Merci de votre présence ! Merci de votre soutien ! Evidemment on a passé toute la journée, mais on est là », a déclare d’emblée Affi N’Guessan, s’adressant à ses militants. « Ce que vous devez retenir, est que le Fpi agit toujours dans le respect des lois. Le Fpi est pour la paix, pour la stabilité et pourla réconciliation. Donc quelles que soient les accusations qui peuvent être portées contre lui, le Fpi ne peut pas du tout tomber sous le coup de la loi », poursuit-il sous les ovations de la foule.

« Nous sommes allés nous expliquer sur les motivations de notre décision de demander à nos militants, à tous ceux qui veulent la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire de ne pas s’associer au recensement général de la population. C’est tout ! », explique affi n’Guessan aux militants finalement heureux du dénouement de cette longue journée.

UNE JOURNEE MOUVEMENTEE

Le président du fpi précise qu’il s’est rendu à la préfecture de police où sont détenus 19 militants et démocrates interpellés parce qu’ils ont commis le péché d’aller soutenir leurs leaders. a ce propos, affi a fait savoir que les autorités policières lui ont donné l’assurance que ces personnes seront également libérées.

La journée de jeudi a été mouvementée du seul fait des policiers qui ont fait preuve d’un zèle inexplicable. Ils voulaient à tout prix en découdre avec les militants du fpi en brutalisant même les journalistes comme cela a été le cas pour Sylla Arouna (soir info), Hervé Kpodion (l’inter) et de Sylvain Debahi (le Quotidien d’abidjan), interpelés et libérés à la préfecture de police. Les photographes reporters ont été pris à partie et votre serviteur n’a pas été épargné.

Source : Notre voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.