Après la chute de Blaise Compaoré, la peur gagne Ouattara

Après la chute de Blaise Compaoré, la peur gagne Ouattara

Depuis que Blaise Compaoré a été chassé du pouvoir par le peuple burkinabè, le régime d’Abidjan a renforcé ses mesures sécuritaires avec, entre autres options, le retour des barrages anarchiques.

la chute de Blaise compaoré au Burkina Faso trouble le sommeil du régime Ouattara. La peur s’est emparée de son régime. Les mesures sécuritaires ont été renforcées aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays. Depuis le vendredi 31 octobre où les choses se sont accélérées à ouagadougou avec l’irruption des manifestants dans l’enceinte du parlement burkinabé, les barrages ont refait surface en côte d’ivoire.

A partir d’une certaine heure, la nuit, tout Abidjan est bouclée par les hommes en armes qui procèdent à des rafles. Toute personne dehors à une heure avancée est sommée de présenter ses pièces d’identité. Ceux qui les ont, sont priés de rentrer chez eux. En revanche, ceux qui ne les ont pas sont conduits au poste de police pour vérification d’identité. De même, les véhicules sont minutieusement fouillés. Le coffre arrière et le dessous des sièges sont passés au peigne fin. Les forces de l’ordre sont ainsi à la recherche d’armes.

La situation n’est pas meilleure à l’intérieur du pays. Les barrages qui avaient disparu sont revenus sur les routes. Sur l’axe Abidjan-Gagnoa en passant par Toumodi et Oumé, ce sont huit barrages que nous avons traversés le week-end. A chacun de ces barrages, notre véhicule a été fouillé à la recherche d’armes. Il en a été de même sur l’axe Gagnoa-Abidjan en passant par Divo que nous avons emprunté au retour et sur lequel nous avons dénombré six barrages. Même les pistes villageoises ne sont pas épargnées.

Sur les 21 kilomètres qui séparent Gagnoa de notre village, nous avons traversé trois barrages de FRCI : «Ce sont des mesures préventives de dissuasion par rapport à un éventuel soulèvement que pourrait provoquer l’arrivée de Blaise Compaoré de la part des Ivoiriens et même de la part de la forte colonie burkinabè qui vit dans notre pays et qui, dont certains membres, sont très hostiles à l’ex-président burkinabé», nous a expliqué un agent des forces de l’ordre.

Quand on n’est pas arrivé au pouvoir par des moyens démocratiques,on dort la peur au ventre.

Boga Sivori

Source: Notre Voie

About admin

One comment

  1. En vain le cheval est préparé pour le jour de la guerre; la victoire appartient à l’Eternel !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.