Après l’avis de l’expert en ADN, que va dire Joël N’Guessan maintenant ? (Par Germain Séhoué)

Après l’avis de l’expert en ADN, que va dire Joël N’Guessan maintenant ? (Par Germain Séhoué)

La thèse effroyable du complot s’est écroulée ! Le coup de tonnerre s’est produit ce lundi 29 mai 2017 à La Haye. On est à l’audience du procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé contre le Procureur de la Cpi.

Heureux, celui par qui arrive le bonheur ! L’étonnante nouvelle, pour ceux qui se refusaient d’y croire depuis le début, est donnée par le témoin du jour, de l’Accusation même. Un témoin à charge ! Le 46ème témoin de Fatou Bensouda que reçoit la Chambre de première instance 1 depuis le commencement de cette affaire. Son nom ? Até Kloosterman. Ce Hollandais de 66 ans est un scientifique achevé. Spécialiste de l’étude médico-légale. Notamment des questions de l’Adn au sein de Nfi depuis 38 ans.

On sait à peu-près à qui on a affaire. Mais on ne sait pas vraiment de quoi il est capable. Le Rassemblement des républicains (Rdr) d’Alassane Ouattara, chef de l’Etat, a bâti un grand pilier de son complot contre Gbagbo sur la marche des femmes d’Abobo le 3 mars 2011. Une marche qui aurait été attaquée par les Forces de défense et de sécurité (Fds) sous Laurent Gbagbo. Et sept (07) femmes auraient été tuées. C’est ce dossier qui a avait ému la communauté internationale et précipité le renversement du régime Gbagbo.

Laurent Gbagbo serait donc un criminel. Un homme qui n’aurait pas hésité à faire massacrer des femmes aux mains nues. C’est le fonds de commerce du Rdr et de ses dirigeants. Chaque année, ils commémorent cette date du 3 mars et ravivent leur haine contre Laurent Gbagbo qu’ils ont réussi, par ce plan, à faire emprisonner à la Cour pénale internationale (Cpi).

Certaines consciences s’étaient donc confortablement installées dans cette version de la crise ivoirienne. Il y aurait eu 7 femmes tuées le 3 mars 2011 à Abobo. Mais 7 ans plus tard, ce 29 mai 2017, que dit le spécialiste en Adn ? Celui-là, présenté par la Cpi-même. Celui-là qui a examiné les corps, les vêtements que portaient ces corps supposés être ceux des personnes massacrées à cette marche. Celui-là qui a examiné l’Adn des parents supposés de ces victimes pour attester de l’effectivité de leurs liens de parenté. Que dit-il ?

Eh bien, l’expert Até Kloosterman tranche : «Nous avons fait des tests pour déterminer s’il y avait des traces de sang. Nous avons vu des tâches suspectes sur le tee-shirt et nous avons fait des tests pour déterminer si c’était du sang. Et tous les tests étaient négatifs». En clair, sur le tee-shirt porté par une victime d’un obus, il n’y a eu aucune trace de sang humain ! Aucune ! Comme si la victime avait été déchirée par l’engin, sans avoir saigné une seule goutte ! Une victime qui, de surcroit, a séjourné dans une fosse commune avec d’autres corps, où le sang des uns devrait se mélanger à celui des autres, et ne laisser aucun corps intact.

L’expert est catégorique. Le test d’Adn ne montre aucune trace de sang humain. De même, selon lui, «12 sur les 15 victimes présumées ne correspondaient pas à des parents biologiques des disparus…» En d’autres termes, les personnes présentées comme étant les parents des victimes brandies, n’ont pas de lien, selon les tests d’Adn, avec celles-ci. Alors que s’est-il passé ? C’était donc quoi ce qu’on voyait dans la vidéo, comme du sang humain dans lequel baignaient ces femmes par terre à Abobo, ce 3 mars 2011 ? De quel sang s’agissait-il ? Celui d’un mouton ? D’un bœuf ? De quoi ? Ou alors de quelle substance s’agissait-il ? Du Mercurochrome ? Du jus de « Bissap » ?

Toutes ces questions s’adressent à Joël N’Guessan, l’inusable répondeur automatique du Rdr. Porte-parole du parti au pouvoir. Que dit-il maintenant après les conclusions de l’expert en Adn ? Là où des obus auraient frappé, il n’y a pas eu de sang humain versé. Comment le Rdr explique-t-il ce miracle ? Est-ce à dire qu’il n’y aurait pas eu mort en réalité ? Et que tout n’était qu’un montage diabolique du camp Ouattara pour exercer sa méchanceté contre Laurent Gbagbo ? Que dit-il maintenant, Joël N’Guessan ?

Germain Séhoué

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE