Après le FPI, le MFA, le PIT : Ouattara lance sa machine de division contre le PDCI | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Après le FPI, le MFA, le PIT : Ouattara lance sa machine de division contre le PDCI
Après le FPI, le MFA, le PIT : Ouattara lance sa machine de division contre le PDCI

Après le FPI, le MFA, le PIT : Ouattara lance sa machine de division contre le PDCI

Lorsque la case de ton voisin brûle, il faut voler à son secours avec un seau d’eau, dit le dicton. De peur que la flamme qui dévore sa case n’atteigne la tienne.

Le PDCI-RDA qui a regardé placidement Ouattara semer la division au sein des partis d’opposition voit le glaive venir cette fois contre lui. Ainsi en a décidé le suzerain Ouattara. Qui déploie doucement, mais sûrement son artillerie lourde contre le vieux parti. Objectif : tuer dans l’œuf une candidature du PDCI en 2020 et mettre en orbite son poulain Gon Coulibaly, à défaut de rempiler pour un troisième mandat.

Dans le secret des dieux, le confrère «La Lettre du continent» levait déjà le voile sur le projet de Ouattara. Dans son édition n°764 du 8 novembre 2017 ce journal écrivait : «En cas de réticence trop marquée de son aîné (Bédié), Alassane Ouattara a, selon nos sources, d’ores et déjà concocté un plan B : la création d’un nouveau parti éloigné du PDCI et calqué sur La République en marche (LREM) d’Emmanuel Macron. Ce mouvement viserait à fédérer l’ensemble de ses soutiens, qu’ils appartiennent au RDR, au PDCI ou à d’autres partis satellites. Les statuts et le règlement intérieur de cette nouvelle formation seraient déjà fin prêts.»

Pourquoi Ouattara a précipité son agenda

Contre toute attente, Ouattara commence déjà à tirer ses munitions. Jusque-là peu ou prou fin, il a noué avec les méthodes propres à son parti: la manière forte. Aidé en cela par l’information parue dans les colonnes du confrère en ligne, « La Lettre du continent ». En effet, le bimensuel français annonce une prétendue visite à La Haye de Jean Louis Billon, porte-parole adjoint au PDCI. Une mission sur ordre du président du Pdci, Henri Konan Bédié, himself. Dans son édition N°772 du mercredi 7 mars 2018, le journal révèle : « l’Ex-ministre ivoirien du commerce et actuel porte-parole du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Jean Louis-Billon devrait rencontrer Laurent Gbagbo courant mars à la prison de Scheveningen, aux Pays-Bas. Ce rapprochement a été autorisé par HKB en personne, lequel est en délicatesse avec Alassane Ouattara ».

Selon ce journal, le divorce entre les deux alliés devrait être acté dans les prochains mois. «En privé, il est déjà consommé. Hkb multiplie les critiques envers la dérive hégémonique du chef de l’Etat. Cette scission, par conséquemment l’éclatement du Rhdp semble d’autant plus inévitable. Le patron du PDCI n’a pas l’intention de passer son tour contrairement à 2015. Mieux l’ex-président envisage de se présenter lui-même pour deux raisons : prendre sa revanche sur l’histoire. Et parce qu’aucun cadre du PDCI n’est, selon lui, à la hauteur de l’enjeu. La volonté d’Alassane Ouattara de rempiler ou non un troisième mandat sera fonction du positionnement du sphinx de Daoukro. L’idée de faire obstacle à son allié », révèle le confrère. « Ce n’est pas à l’ordre du jour » réagit une source proche des chancelleries à Abidjan. Le confrère a-t-elle été induit en erreur par une source proche du RDR dont le silence de Bédié dérange ? Ce n’est pas à exclure.

Pour sa part, Jeune Afrique révélait qu’ « Alassane Ouattara a dépêché mi-février son ministre des Affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh, après du patron du PDCI, Henri Konan Bédié, pour parler du parti unifié. Ce dernier a répondu qu’ADO, son allié au sein du RHDP (coalition au pouvoir), devrait afficher une position claire sur une éventuelle alternance à la tête de l’Etat. Un message qui a agacé ADO». Quand on sait l’égo surdimensionné du chef de l’Etat ivoirien, il a dû être froissé par la réponse sèche de Bédié. Ce n’est un secret pour personne, depuis 2011, après la forfaiture contre Gbagbo pour le rapt du pouvoir, Bédié est traité par Ouattara comme un président en activité. Jet privé, indemnités mirobolantes, etc. Raison de plus pour attendre de son aîné le retour de l’ascenseur.

Or, les démarches du Gourou de la rue Lepic ne sont pas toujours limpides du point de vue clarté politique envers l’allié PDCI. Toute chose qui ne manque pas de révulser le monarque de Daoukro. Et comme l’action appelle la réaction, Ouattara est piqué au vif et cède à l’émotion. D’où la mission confiée à ses thuriféraires, aussi bien au PDCI qu’au RDR, de lancer le compte à rebours contre Bédié et le PDCI.

La tension à son paroxysme

La guerre semble déclarée. La cérémonie d’hommage à Henri Konan Bédié, à Yamoussoukro, a tourné en foire aux piques en direction du RDR. « C’est grâce au PDCI » que la victoire du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a été « éclatante» en 2010, lance Jean Louis Billon du PDCI. Et de poursuivre : « Sans le PDCI, le RHDP n’est rien. Sans le PDCI, il n’y a pas de RHDP ». Non sans ajouter que « si parti unifié il doit y avoir, ça sera après l’alternance ». «Le temps des sacrifices est terminé. Nous attendons de nos partenaires le même sens du sacrifice», a conclu Jean-Louis Billon. Laissant le soin au Secrétaire exécutif de donner le dernier tour de vis. « Il y a bel et bien eu promesse de Ouattara à Bédié, 2015 Ouattara, 2020 PDCI-RDA » a-t-il révélé, non sans ajouter que «le moment venu, Bédié dira le lieu où il y a eu la promesse et le témoin». Réponse du berger à la bergère.

En meeting à Gagnoa ce même samedi, Kandia Camara Kamissoko, Secrétaire générale du parti à la case, avec un flot oratoire inédit, a dit ce qu’elle croit comme ses vérités au PDCI-RDA. «Tous ceux qui ne veulent pas du RHDP, mais profitent des postes, tout çà, c’est terminé», a-t-elle martelé. Avant de lancer cet appel : « Je lance le mouvement «Je suis RHDP» depuis Gagnoa. Il y a des gens qui ne sont pas RHDP mais qui profitent du RHDP. Que ceux qui ne sont pas Rhdp se déclarent. Un pied dedans, un pied dehors, c’est dehors». «Billon est un politicien de salon, Guikahué un homme du passé», renchérit Adama Bictogo du RDR.

Ouattara et Bédié en mode silence

Au moment où leurs lieutenants se déchirent autour du parti unifié, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié gardent un silence pesant. Comme s’ils se livraient à une guerre par procuration. Le premier s’est contenté d’envoyer un message codé au second, en ne reconduisant pas un ministre Pdci à la place de Jean Claude Brou, ministre de l’Industrie, nommé commissaire de la CEDEAO. Son intérim est assuré par Souleymane Diarassouba, ministre de Commerce, cadre Rdr. Pis, en ne reconduisant pas le Secrétaire exécutif adjoint du PDCI, Akossi Bendjo, comme Pca de la Sir. Toute chose qui fait ruminer une colère noire au PDCI.

Dans cette guerre, des cadres du parti doyen, et non des moindres, ne cachent pas leur sympathie pour Ouattara. On peut citer pêle-mêle, Jeannot Ahoussou, ministre en charge du Dialogue politique, Ahoua N’Doli de l’Inspection général de l’Etat, Adjoumani Kobenan, ministre des Ressources animales et halieutiques et Duncan Kablan Daniel, vice-président de la République. Ceux-là, assurent nos sources, sont déjà de l’autre coté de la rive, la rive Ouattara. Henri Konan Bédié qui a fermé les yeux sur les dérives de Ouattara contre les partis d’opposition voit aujourd’hui le chaume de sa case prendre feu. Et ses cadres sauter dans le bateau de Ouattara. Est-il prêt à résister pour garder en vie le PDCI ? Ou est-ce que la messe de requiem de l’héritage d’Houphouët est dite ? L’avenir nous le dira.

Pour rappel, le Front populaire ivoirien, parti fondé par Laurent Gbagbo, a été le premier à être atteint par le virus de la division. Avec la complicité du régime Ouattara, Pascal Affi N’Guessan détient aujourd’hui le « FPI légal », alors le plus gros de la troupe est resté loyal à Laurent Gbagbo, donc à son frère « jumeau », Abou Drahamane Sangaré. Suivront le MFA d’Innocent Anaky Kobenan et le PIT de Aka Ahizi. Et bien d’autres formations qui n’ont pas échappé au bistouri du régime Ouattara.

TBT

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.