Après les pays d’Afrique, la Russie se retire également de la CPI

Après les pays d’Afrique, la Russie se retire également de la CPI

Un nouveau coup dur vient d’être porté à la Cour pénale internationale (CPI), ce mercredi 16 novembre 2016 où s’ouvre, à La Haye, aux Pays-Bas, la 15e session de l’Assemblée des États parties au Statut de Rome.

En effet, la Russie, un des pays signataires du Statut de Rome a annoncé aujourd’hui son retrait officiel et intégral de ce statut. Le décret a été signé par le président russe Vladimir Poutine. Puis un courrier officiel a été transmis au Secrétaire général de l’ONU par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« Le président (Vladimir Poutine) a signé un décret sur l’intention de la Russie de ne pas être État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale. La notification parviendra bientôt à la Cour », a indiqué, le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Tout comme les pays africains, la Russie a décidé de retirer sa signature de la Cour pénale internationale (CPI) pour son manque d’indépendance.

« La Cour n’a pas été à la hauteur des espoirs qui ont été placés en elle et n’est jamais devenue une institution véritablement indépendante et faisant autorité en justice internationale, poursuit le ministère. De fait, en 14 ans d’activité de la CPI, elle a seulement prononcé quatre verdicts, en dépensant malgré cela plus d’un milliard de dollars », a regretté le ministère russe des Affaires étrangères.

Rappelons que le décret signé par le président Vladimir Poutine intervient deux (2) jours après la publication par le bureau du procureur de la CPI, Fatou Bensouda, le lundi 14 novembre 2016, d’un rapport portant sur la situation en Ukraine et en Crimée (annexée par la Russie en 2014) où Moscou est soupçonné de crimes de guerre.

Eburnienews.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE