Après l’incarcération des deux responsables des victimes des déchets toxiques-Grève et sit-in annoncés : «Nous allons nous offrir en holocauste au domicile de Gnénéma Coulibaly pour éviter de mourir en silence»

Après l’incarcération des deux responsables des victimes des déchets toxiques-Grève et sit-in annoncés : «Nous allons nous offrir en holocauste au domicile de Gnénéma Coulibaly pour éviter de mourir en silence»

Dans un courrier adressé ce vendredi 15 mai au ministre d’Etat  ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, qui annonce des sit-in pacifiques suivis de grève illimitée de la  faim, les victimes des déchets toxiques crient leur ras-le-bol, face à l’arrestation de deux des responsables dans la lutte pour leur indemnisation.

Ils sont actuellement détenus à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, après deux jours de détention au sous sol de la préfecture de police d’Abidjan. Ils ont été écroués pour dit-on : trouble à l’ordre public pour avoir manifesté pacifiquement, devant le palais présidentiel au Plateau, le mercredi 13 mai 21015 à l’occasion de la tenue d’un conseil des  ministres.

«Trop c’est trop ! devant cette injustice sans nom, affichée par le régime du président  Alassane Ouattara contre les victimes d’une catastrophe humanitaire que constitue le déversement des déchets toxiques dans notre pays dans la nuit du 18 au 19 Août 2006 par le bateau Probo-koala affrété au port d’Abidjan par la société Trafigura, nous avons  décidé d’initier une série de manifestations pacifiques qui se solderont par une grève illimitée de la faim à partir de la semaine prochaine », écrit le 2ème vice-président du Renadvidet-ci Dai Félix, au ministre..

En effet, poursuit-il,, suite à l’action judiciaire par nous initiée courant Novembre 2006 contre cette société pollueuse devant la haute cour de justice de Grande-Bretagne pour la voir condamner à réparer ledit préjudice, nous avions, au terme d’un arrangement amiable obtenu la modique indemnisation de 22,5 milliards de FCFA à repartir entre 29.624 victimes à raison de 750 mille FCFA individuellement.

«Mais, à notre grande surprise, celle-ci a été de façon extraordinaire et méchante détournée par certaines autorités dont KONE CheickOumar et M. Adama BICTOGO. Face à cet ignoble, ignominieux et déshumanisant, convaincues également que nous serons dans  un Etat de Droit et que nous le sommes maintenant comme l’asi bien exclamé le président Alassane OUATTARA  à l’ occasion de sa campagne au deuxième de tour de la présidentielle de 2010 dont la crise postélectorale a fait plus de 3000 mille morts, à condition qu’il soit porté par nous à la magistrature suprême.

Cette condition ayant été pleinement remplie, nous avons déposé à nouveau le 27 Juillet 2011, une plainte régulière devant le procureur de la république contre GOHOUROU Claude, KONE Cheick Oumar, l’ex-ministre de l’intégration, M. Adama BICTOGO et autres portant sur le détournement de notre indemnisation.

Au terme de l’ instruction y relative, toutes ces personnes citées plus haut ont été inculpées et condamnés à 20 ans de prison ferme exception faite de M. Adama BICTOGO dont l’ assemblée nationale aurait refusé de lever l’ immunité parlementaire.

Curieusement, continue-t-il, ces individus sont encore en liberté, pire ils sont autorisés par le régime du président ALLASSANE OUATTARA à passer à la télévision ivoirienne pour laquelle nous payons des redevances et qui nous est à la limite interdite voire à effectuer des voyages à l’extérieur du pays.

Monsieur le ministre, nous n’arrivons pas à nous expliquer que c’ est sous vous votre régime que notre président Charles KOFFI qui risque sa vie pour nous a été arrêté le 6 Juin 2012 devant le palais de justice du Plateau pour trouble à l’ ordre public et dénonciations calomnieuses à l’ encontre de M. AHOUSSOU Kouadio Jeannot à l’occasion d’ une manifestation légale,  sur l’ordre de l’ ex premier et ministre de la justice M. AHOUSSOU KouadioJeannot et jeté en prison comme un délinquant, comme un malpropre pendant 6 mois soit le 8 Décembre 2012 pour par la suite le voir déclarer innocent le 11 Juin 2013 par la troisième chambre correctionnelle de la cour d’ appel du Plateau. Vous, qui, hier,  souteniez avoir pris les armes pour instaurer la justice dans notre pays ; ce qui a entraîné une crise postélectorale dans laquelle nous avons enregistré nombre de morts dans nos différentes familles ».

 Aujourd’hui encore notre tragédie continue. Nous sommes constamment battus par les forces de l’ordre à l’ occasion de nos différentes manifestations visant à réclamer la compassion de nos autorités afin de nous rétablir dans nos droits donc dans notre dignité. 

Manifestation du 13 mai 15

Aussi, le 13 mai 2015, venues à l’audience de l’affaire relative au détournement de notre indemnisation dont le jugement  avait été prévu ce jour-là  par la première présidente de la cour d’ appel du plateau, nous avons été surpris et ahuris de constater que le tableau d’ affichage de cette cour  indiquait le report de notre affaire au mercredi 10 Juin 2015. Et selon certaines indiscrétions, ce report aurait été motivé par la convocation qui a été faite ce même jour où devait se tenir un conseil des ministres à la première présidente de cette cour par le ministre de la Justice.

Devant ce énième report qui tend à ressembler aux autres scenarii où des dilatoires intentionnels ont été faits dans notre dossier dans le seul et unique but de nous trimbaler à la vacance judiciaire prévue au  30 Juillet de chaque année, laquelle vacance pourrait appeler l’affectation des magistrats en charge de notre dossier et ainsi nous confiner dans un perpétuel recommencement pour protéger KONE Cheick Oumar et AFRILAND FIRST BANK.

Devant ce report de trop, nous avons séance tenante, décidé d’initier une manifestation pacifique devant le palais de la présidence de la république pour demander la compassion du président de la république quant au règlement diligent de notre problème afin d’éviter le pire, c’est-à-dire la mort en cascade de nombreuses victimes qui ont besoin de cette indemnisation pour se prendre un tant soit peu en charge médicalement.

Arrestation des deux responsables

Mais mal nous en prit, car, après les bastonnades coutumières de toutes sortes essuyées des forces de l’ ordre , deux de nos responsables M.M GOUNI BI botty julien et GNEGNE SEYDOU, respectivement chargés de communication et à la mobilisation ont été copieusement agressés par les forces de l’ ordre de votre régime, puis arrêtés et séquestrés au sous-sol de la préfecture de police pour être enfin déférés ce jour devant le parquet de la république pendant que nos bourreaux, ces criminels contre lesquels cette manifestation était dirigée déjeunent avec nos autorités qui leur déroulent- même le tapis rouge.

Mais quel crime ont-ils commis en manifestant pacifiquement devant le palais de la présidence de la république pour demander qu’ on mette aux arrêts des individus qui ont été condamnés à 20 ans de prison ferme par notre justice ? La Côte d’Ivoire serait-elle donc  tombée sur la tête ? 

 Monsieur le Ministre, ne sachant plus à quel saint nous vouer, nous avons décidé à partir du  Mardi 19 Mai 2015 et ce, jusqu’ à nouvel ordre, d’entreprendre une série de manifestations pacifiques :

– d’ abord, il s’agira de venir devant le palais de justice du Plateau pour nous constituer toutes prisonnières du régime du président ALLASSANE OUATTARA ;

– ensuite, au cas où certaines d’ entre nouséchapperaient  à la  prison dudit régime, nous nous rendrons devant le bureau et le domicile du ministre de la justice sis respectivement au plateau et à Cocody pour nous offrir en holocauste pour éviter de mourir en silence par le fait de notre justice et du silence coupable et inquiétant de nos autorités compétentes ;

– enfin, si nous existons encore, si nous n’avons pas été toutes anéanties par le régime, nous observeros une grève illimitée de la faim dans l’enceinte de l’Administration du Territoire sis également à Cocody pour dénoncer ces actes du même type consistant à protéger KONE Cheick Oumar et AFFRILAND FIRST BANK et ainsi à démontrer au peuple de CÔTE D’ IVOIRE le peu d’ intérêt de  nos autorités que nous avons établies par notre propre choix  à son égard.

C’est donc sur ces mots de désespoir que Monsieur le Ministre, nous vous prionsd’agréer, l’expression de nos sentiments respectueux et de justice », termine le vice-président du réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire.

HM

 Source: 5mibutesinfos.net

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE