Après ses déboires au CCDO et à l’EGS, Wattao consulte l’imam de son village | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Après ses déboires au CCDO et à l’EGS, Wattao consulte l’imam de son village
Après ses déboires au CCDO et à l’EGS, Wattao consulte l’imam de son village

Après ses déboires au CCDO et à l’EGS, Wattao consulte l’imam de son village

Ouattara Issiaka dit Wattao crée toujours le buzz de l’actualité sociopolitique en Côte d’Ivoire. Après son double débarquement du Centre de commandement des décisions opérationnelles (CCDO) et de l’Etablissement général des services (EGS), l’homme fidèle à Soro Guillaume défraie toujours la chronique. D’autant que son départ le vendredi 15 août 2014, pour sa région natale n’est pas passé inaperçu à Abidjan. Il n’en était absolument rien. C’est précisément à Doropo, village situé à 70 km de Bouna, que Wattao s’est retiré avec ses hommes. Certains ont même fait croire que Wattao serait en fuite hors du pays. Pendant son séjour d’environ une semaine, Wattao est allé se ressourcer auprès de ses parents et amis. Comme, on dit dans les rues d’Abidjan, Wattao est rentré dans le bois sacré.

Très adulé dans la région, le commandant Wattao a été accueilli par une jeunesse en liesse, à Doropo. Le commandant en second de la garde républicaine a été littéralement envahi par une foule de jeunes, qui étaient visiblement heureux de le voir en chair et en os. Vu que les rumeurs l’annonçaient très loin du pays. Ces vacances, Wattao les a passées comme s’il était en pèlerinage.

Lorsqu’il met pieds dans sa région, Wattao se rend immédiatement chez le Massa de Doropo. Une figure emblématique et vénérée du village. Dont les prières et les conseils sont des bénédictions pour ceux ou celles qui les reçoivent. Wattao a vraiment besoin des conseils et prières de ce Massa. Après son double débarquement du CCDO et de l’EGS.

Après cette étape importante, Wattao ne se fait pas prier pour aller à la mosquée de son village. Où l’ont accueilli l’imam et ses collaborateurs. Des prières de bénédictions et de protection ont été adressées à son endroit par l’imam. Chapelet à la main et vêtu en boubou, Wattao a assisté religieusement à cette prière dans la soirée. Dans ce genre de séjour digne d’un pèlerinage, on ne peut se priver d’une visite aux parents. Le commandant en second de la garde républicaine en sait quelque chose. C’est pourquoi, Wattao a été heureux de retrouver son père à Doropo. Chez qui, il s’est rendu.

Le père et le fils ont longuement échangé. Pas besoin d’être un martien pour savoir que Papa Ouattara a prodigué de sages conseils à son fils. Non sans le remettre entre les mains d’Allah le tout puissant. Aussi, certainement que Papa Ouattara a-t-il conseillé à son fils eu égard à ses déboires récents, de mettre sa confiance en Allah seul. Car tout ce qu’il fait est bon, selon les principes religieux de l’Islam. Notons que la mère de Wattao n’est plus de ce monde. C’est pourquoi le lendemain de son arrivée, celui-ci s’est rendu sur la tombe de sa mère pendant son séjour. Un recueillement dans la pure tradition musulmane qui a fait du bien, dit-on à Wattao. Les autres jours, le fidèle élément de Soro Guillaume les a consacrés aux jeunes, parents et amis du village. Il a donc communié avec les villageois au marché, à la mairie et dans les quartiers.

Wattao n’a pas manqué de s’entretenir également avec les autorités préfectorales de Doropo. Ainsi qu’avec des agents de l’Onuci. Visites aux sages de Bouna, sur la tombe de sa défunte mère. Des vacances très utiles sur le plan religieux et traditionnel pour Wattao. Qui traverse une période assez difficile actuellement. Avant son retour à Abidjan, le samedi 23 août 2014, Wattao a encore pris le soin de s’en remettre aux sages de la région. C’est dans cet esprit qu’il a rendu visite aux sages de Bouna. Avant de prendre le chemin du retour. Depuis le lundi 25 août 2014, il a regagné le palais de la présidence. Où il occupe ses bureaux de commandant en second de la garde républicaine. Il est donc au travail.

Fabrice Tété

Source: Le Temps N° 3276

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.