AQMI révèle: L’attaque de Grand-Bassam a été menée par « Hamza al-Fulani, Abdul Rahman al-Fulani, et Abou Adam al-Ansari », affirme l’organisation

AQMI révèle: L’attaque de Grand-Bassam a été menée par « Hamza al-Fulani, Abdul Rahman al-Fulani, et Abou Adam al-Ansari », affirme l’organisation

Selon un communiqué publié lundi 14 mars sur SITE, le centre de surveillance des sites Internet islamistes, Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) affirme que l’attentat de dimanche à Grand-Bassam est une réponse à l’opération antidjihadiste au Sahel menée par la France.

Selon ledit communiqué, l’attaque de Bassam visait principalement la France « et ses intérêts dans les pays participant dans les opérations Serval et Barkhane ». L’attentat de dimanche en Côte d’Ivoire est, précise l’organisation terroriste, une réponse à l’opération anti-jihadiste au Sahel menée par la France. Elle fait donc partie « d’un plan visant les foyers des Croisés et leurs lieux de rassemblement ».

L’attentat de dimanche à Bassam s’expliquerait, selon AQMI, par le fait que les autorités ivoiriennes ont livré quatre membres d’AQMI aux autorités maliennes, précise le communiqué.

Cette attaque fut menée par « Hamza al-Fulani, Abdul Rahman al-Fulani, et Abou Adam al-Ansari », informe AQMI dans le communiqué publié sur SITE. Le communiqué ne mentionne cependant pas la nationalité des auteurs de l’attentat.

Pour information, il est utile de préciser que dans la terminologie djihadiste, le nom « al-Ansari » désigne des combattants autochtones et le terme « Fulani » signifie Peuls.

Rappelons que l’agression revendiquée par le mouvement El Mourabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar affilié à Aqmi a fait officièlement 21 personnes tuées, dont 15 civils, trois éléments des forces spéciales et trois terroristes. Précisons que quatres des civiles mentionnés sont des français. Une Volontaire des Nations Unies en service au sein de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a également trouvé la mort dans l’attaque terroriste perpétrée dimanche.

Ce nouveau bilan est quelque peu en contradiction avec le bilan précédent communiqué par le gouvernement ivoirien et selon lequel 22 personnes tuées, dont 14 civils – parmi lesquels un seul français –, et (seulement) deux membres des forces spéciales et six terroriste. Un rétropédalage qui fait planer le doute dans les esprits des ivoiriens. Un doute qui s’est d’ailleurs amplifié après l’annonce d’un rescapé (sauveteur à la plage de Bassam) selon laquelle «aucun terroriste n’a été neutralisé par les forces speciales».

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.