François Compaoré le frère cadet de l’ancien dictateur du Burkina Faso Blaise Compaoré, n’est pas au bout de ses peines.Interpellé le dimanche matin à l’aéroport de Paris Roissy Charles de Gaulle. Il est inculpé pour « assassinat » du journaliste Norbert Zongo qui enquêtait sur l’assassinat d’un travailleur de maison du frère de l’ancien président du Faso.

Gardé à vu au centre de rétention pour procédure du lancée par le procureur de la République française enguise de la suite à donner à cette affaire, François Compaoré est remis en liberté le lendemain lundi. Mais ses documents de voyage ont été confisqués par la justice pour l’empêcher de sortir du territoire français et ainsi se soustraire à la justice.

Pendant ce temps la justice du Burkina Faso n’est pas restée inactive. Satisfaite que son mandat d’arrêt international lancé contre les Compaoré est en train d’aboutir, elle a repris du poids de la bête. Depuis le même dimanche elle entreprend des démarches pour l’extradition du frère cadet de l’apprenti dictateur exilé en Côte d’Ivoire depuis sa chute. Les autorités burkinabè sont convaincues que François Compaoré doit répondre de ses actes.

Le Ministre de la Justice et le Procureur de la République intervenaient au journal télévisé de la chaîne Rt de 20h, le lundi soir jour de la mise en liberté de François Compaoré, pour en expliquer les relents. Il s’agit pour les deux responsables d’apaiser les populations du Faso qui y voient une tentative de diversion de la part de la justice française. Il ressort de leur intervention télévisée d’afficher la détermination du Burkina Faso dans la quête de la vérité et tourner définitivement cette page de la triste histoire de ce pays. Une détermination qui passe par des procédures dans un délai de 20 jours à compter du dimanche jour où François Compaoré a été interpellé. De toute évidence tout pourrait s’accélérer si l’on en croit des sources proches du dossier.

Quand le ministre de la Justice et le Procureur de la République du Faso se précipite sur le plateau de la télévision nationale -RTB- ce n’est certes pas pour une partie de plaisir. Letempsinfos.com apprend qu’ils ont l’aval du gouvernement et surtout du président Roch Marc Christian Kaboré. Au titre des mesures letempsinfos.com apprend également que la justice burkinabè s’apprête, si ce n’est déjà fait, à formuler une demande d’extradition de son citoyen François Compaoré. Dès réception du précieux document par le gouvernement du Faso, le mécanisme ainsi mis en branle atterrira sur le bureau du gouvernement français. La procédure voulant que les choses se passent de gouvernement à gouvernement.

Il ne serait donc pas surprenant que la justice française collabore avec celle du Burkina Faso, et l’étau se resserrera sur François Compaoré. Ce ne serait qu’une question de timing, renseignent les sources concordantes proches du dossier.

Simplice Allard

Source: letempsinfos.com