Assassinat d’un policier par les « microbes » à Yopougon: Le FORSCI dénonce la légèreté et l’impuissance affligeantes du régime ivoirien pour la sécurité des populations sans défense

Assassinat d’un policier par les « microbes » à Yopougon: Le FORSCI dénonce la légèreté et l’impuissance affligeantes du régime ivoirien pour la sécurité des populations sans défense

La population ivoirienne fait chaque jour le constat amer qui est que sous Ouattara l’insécurité chronique s’est installée dans le pays. Mis à part les FRCI et les dozo, ce sont les « microbes », ces enfants-soldats utilisés lors de la crise de 2010 qui font aujourd’hui la loi dans le pays. Ils pillent et agressent les population en toute impunité.

Des sources anonymes au niveau de la police soutiennent que non seulement on leur interdit de tirer sur ces gamins armés de machette, tant qu’ils n’ont pas été les premiers à ouvrir le feu, mais il arrive même qu’il y ait des interventions après des interpellations de « microbes ».

Le mercredi 31 Août 2017 aux environs de 20heures, ces enfants soldats de Ouattara ont encore servi l’horreur à Yopougon. L’officier de policier, Koffi Yao Esaïe fut leur victime ce soir-là. Revenant du service cette nuit-là, Koffi Yao Esaïe ne savait pas qu’il allait à la rencontre d’une mort atroce. C’est malheureusement ce qui lui est arrive lorsqu’il a rencontré les « microbes » sur sa route.

De source policière, il apparaît que le policier Koffi Yao Esaïe fut attaqué par une bande de de jeunes appelés communément « microbes » munis d’armes blanches à la descente du service. Ces derniers se sont purement et simplemen jetés sur lui pour le battre à mort. Il n’eut même pas le temps de sortir son arme pour se défendre en sortant son arme. Cette scène scandaleuse s’est passée au quartier “sable” à Yopougon.

Devant la recrudescence de ses actes de brutalité meurtrière de la part des « microbes » et le peu d’empressement du gouvernement à y trouver une solution, le Forum des Organisations de la Société civile ivoirienne (FORSCI) a produit une déclaration, dont copie est parvenue à la rédaction de EBURNIENEWS.NET, pour dénoncer «la légèreté et l’impuissance affligeantes du régime ivoirien pour la sécurité des populations sans défense». Mieux, le FORSCI s’insurge contre le fait que «ceux de ces criminels qui sont arrêtés sont, pour la plupart, relâchés aussitôt, pour des raisons propres aux autorités supposées compétentes en la matière».

Send a Mobile Top-upto over 100 Destinations Assassinat d’un policier par les « microbes » à Yopougon: Le FORSCI dénonce la légèreté et l’impuissance affligeantes du régime ivoirien pour la sécurité des populations sans défense

Pour éviter que les populations traumatisées ne cèdent à la tentation de l’auto-défense, le FORSCI «demande au gouvernement d’œuvrer de façon sérieuse et rigoureuse à éradiquer ce mal à la racine».

Assassinat d’un policier par les « Microbes » à Yopougon Assassinat d’un policier par les « microbes » à Yopougon: Le FORSCI dénonce la légèreté et l’impuissance affligeantes du régime ivoirien pour la sécurité des populations sans défense

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE