Athlétisme ivoirien: Une relève à suivre de près

Athlétisme ivoirien: Une relève à suivre de près

Depuis quelques années le sprint ivoirien renait de ses cendres avec une relève hors pairs.  Il s’est particulièrement illustré à Marrakech lors des championnats d’Afrique d’athlétisme : Wilfried Koffi devenant double champion d’Afrique sur 100 et 200 m. Murielle Ahouré s’est rattrapée dans le 200 m en finissant sur la plus haute marche.

Lors des  championnats du monde de Moscou, elle confirme en plein air sur 100 mètres son rang de vice-championne du monde en salle du 60 mètres, en prenant la deuxième place derrière la Jamaïcaine  Shelly-Ann Fraser Pryce et devant l’Américaine Carmelita Jeter dans le temps de 10 s 93. Pour la Côte d’Ivoire, c’est la première fois qu’un de ses représentants monte sur le podium d’un championnat du monde en plein-air.

Durant ces mêmes championnats, elle monte également sur la deuxième marche du podium sur 200 mètres en 22″32, toujours derrière la Jamaïcaine Shelly-Ann  Fraser-Pryce et devant la Nigériane Blessing Okagbare (22″32 également). Le 15 février 2014, elle remporte le meeting de Birmingham en battant la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce sur 60 mètres en seulement 7 s 107.

En mai 2015, Murielle Ahouré réalise la meilleure performance mondiale au 60 mètres avec un chrono de 7 sec 05/100e à New York aux USA lors de la compétition en salle des Millrose Games. A Olso Murielle Ahouré a repris la tête de la Diamond Race en enlevant le 100m d’Oslo,  en 11”03 (vent : -0,6 m/s). L’Ivoirienne a devancé Veronica Campbell-Brown (11″08) qui n’avait encore jamais couru dans le Bislett Stadion.

La Française Stella Akakpo s’est classée 7e en 11”52 pour son premier 100m de la saison. La protégée d’Olivier Vallaeys à l’Insep représentera la France sur la ligne droite lors des Championnats d’Europe par équipes.  Sa compatriote Marie-Josée Ta Lou ne fait pas piètre figure à ses côtés.  Elle  a décroché l’argent sur le 200 m et le 4 x 100 m, et le bronze sur le 100 m. Ces athlètes sont d’ors et déjà qualifiés pour les championnats du monde de Pékin qui se dérouleront du 22 au 30 août 2015.

Derrière Ahouré, Koffi, et Ta Lou, une nouvelle génération de potentiels talents commence à éclore. « Ces trois dernières années, il y a eu un gros développement du sprint ivoirien. Les autorités du pays se sont investies dans les sports individuels comme l’athlétisme et le taekwondo. Cela me réjouit de voir tous ces jeunes se donner afin d’obtenir de bons résultats pour notre pays », salue un membre de la Dtn. Qui reconnait tout de même que pour se hisser plus haut niveau, l’athlétisme ivoirien doit encore progresser dans certains domaines spécifiques. « Nos infrastructures ne sont pas de très haute qualité comme en Europe. Nos pistes ont une trentaine d’années, rappelle Dramane Djiguiba.

La Côte d’Ivoire devrait bientôt procéder à une rénovation de ses équipements en vue des Jeux de la francophonie qu’elle organisera en 2017. Malgré ce retard, les efforts fournis depuis 2008 apportent déjà des résultats.

Noura Kamagaté, pour eburnienews.net

_________

NB: Il est permis de reprendre nos articles sous condition d’en préciser la source

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE