Atouts d’un homme politique: Pourquoi préférer Gbagbo à De Gaule, Sarkozy et Ouattara | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Atouts d’un homme politique: Pourquoi préférer Gbagbo à De Gaule, Sarkozy et Ouattara
Atouts d’un homme politique: Pourquoi préférer Gbagbo à De Gaule, Sarkozy et Ouattara

Atouts d’un homme politique: Pourquoi préférer Gbagbo à De Gaule, Sarkozy et Ouattara

Au stade du combat où nous sommes, il n’y a plus de concession complaisante à faire. C’est pourquoi, pour le réveil de bien de consciences, il convient de comparer Laurent Gbagbo, le Général De Gaulle, Nicolas Sakozy et Alassane Ouattara et manifester comment Woody est préférable à tous ces hommes.
L’identité des hommes
Qui est Laurent Gbagbo ? L’homme est né à Ouragahio, centre-ouest de la Côte d’Ivoire. Il a été scolarisé en Côte d’Ivoire. Il a fait son service militaire pour la République ivoirienne et est fils de fonctionnaire ivoirien. Etudiant ivoirien, il a bénéficié d’une bourse du Gouvernement ivoirien. Enseignant chercheur, Docteur en histoire et fonctionnaire de l’Etat ivoirien, il a été syndicaliste démocrate. Marié à une syndicaliste universitaire, militante emprisonnée sous le gouvernement de Ouattara.
Le Général de Gaulle ? Il est né à Colombey-les-2-Eglises et scolarisé en France. Il a fait son service militaire pour la République française. Il a été  agent militaire de l’Etat français et élève de St Cyr.
Nicolas Sarkozy ? Il est né en 1955 en France, sorti sans diplôme de Science-Po, mais licencié en droit.  Il est fils d’immigrés hongrois et grecque. Il montera de grandes intrigues Corso-Americano-francises qui attireront l’attention de l’opinion sur lui.
Qu’en est-il d’Alassane Ouattara ? Il est né le 1er janvier 1942 à Dimbokro, Economiste, domicilié à Abidjan. Conformément aux dispositions de l’article 4 de l’ordonnance n° 2000-428 du 9 juin 2000, modifiée par les ordonnances n° 2000-475 du 12 juillet 2000 et 2000-503 du 26 juillet 2000 portant création de la Chambre Constitutionnelle, c’est-à-dire selon l’arrêt de la Cour suprême alors dirigée par son Président Tia Koné, Alassane Ouattara « reconnaît qu’après ses études secondaire au Lycée de Bobo Dioulasso et de Ouagadougou à l’époque où son père était Chef de village de Sindou (Banfora au Burkina Faso), il a bénéficié d’une bourse américaine au titre de la Haute Volta, pour effectuer ses études universitaires aux U. S. A., et qu’une fois ces études supérieures terminées, il a été recruté au Fond Monétaire International en 1968, puis par la suite comme Chargé de Mission à la Bceao en 1973 avant d’y occuper les fonctions de Vice-Gouverneur de 1982 à 1984, en étant considéré durant toute cette époque comme représentant voltaïque. » Et cet arrêt avait précisé : « l’intéressé, né en 1942 en Côte d1voire, a vécu jusqu’à sa réapparition dans le fichier juridique ivoirien en 1982 avec une carte nationale d’identité datant de cette époque ». Tout cela fait partie de l’histoire indélébile.
Le combattant
Un homme politique se distingue des autres par les actes qu’il pose dans le cadre du combat pour les libertés qu’il même. Qu’a fait Gbagbo de remarquable ? Il est le fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi). Face aux assaillants pro-Ouattara venus du Burkina Faso, Gbagbo a réussi un retour audacieux de Rome pour lancer son cri de résistance du 20 septembre 2002. Il a été emprisonné 4 fois pour sa lutte en faveur du multipartisme et a mené 30 ans de combat non armé contre Houphouët pour l’instauration de la démocratie en Côte d’Ivoire et contre Bédié et Robert Guéi. Il s’est conformé à l’application de la Constitution qui a permis à Bédié de terminer le mandat d’Houphouët. Il a bravé les militaires pour imposer la victoire du peuple aux mains nues. Son programme de gouvernement est interrompu après deux ans par un coup d’Etat qui dure huit ans puis gagne, les élections contestées par l’Onu. L’Onu qui refuse de procéder à la vérification des résultats par un recomptage, préférant désigner son adversaire qu’il a eu la générosité de rendre éligible en dépit des exigences de la Constitution. Le pays lui doit sa démocratisation. Après l’échec du putsch de 2002, il a accepté de partager le pouvoir avec la rébellion et a négocié pendant huit ans avec cette rébellion pourtant présente dans ses différents gouvernements. Pour l’amour des Ivoiriens, il a battu le record de signature d’accords de paix, jusqu’à celui de Ouagadougou sous lequel il nommera Premier ministre, Guillaume Soro, le chef de la rébellion des Forces nouvelles. Pendant les huit années de partition du pays, où il ne gérait que moins de la moitié du territoire, il a réussi à honorer les engagements de l’Etat en termes de paiements des salaires des fonctionnaires des dettes intérieures et extérieures. C’est donc grâce à sa signature que Alassane Ouattara a pu être éligible à la présidentielle de 2010. Pour éviter une guerre postélectorale, Gbagbo a proposé le recomptage des voix. Chose qui a été refusée par Ouattara et ses parrains.
De Gaulle ? Il a refusé l’armistice de 1940. L’appel à la résistance du 18 juin 1940 a été lancé de Londres où il est allé se refugier durant l’occupation de son pays par des assaillants allemands, Dans la nuit du 1er  au 2 décembre 1944, au camp de Thiaroye, près de Dakar, le Général de Gaulle a fait mitrailler les tirailleurs sénégalais qui réclamaient leur salaire d’après-guerre. Il a engagé puis perdu une guerre d’indépendance contre l’Algérie française. Il a écrit des ouvrages sur la stratégie militaire et la réflexion politique. Parallèlement au Gouvernement de Vichy légal et d’Alger. Il gouverna la France de 1943 à 1946 puis de 1958 à 1969 où les émeutes estudiantines, puis le rejet de la loi sur les régions, l’ont conduit à la démission. Son profil ne mentionne pas dans un dictionnaire, l’Afrique Noire, dont il a pourtant lamentablement scellé le sort à ce jour !
Nicolas Sarkozy pose d’abord problème du point de moral. Sans état d’âme, il n’a pas hésité à détruire le mariage de son ex compagne Claude Chirac devenue veuve d’un suicidédont il était pourtant  le témoin de mariage. Il a détruit également le mariage de Jacques Martin qu’il avait célébré avec Cécilia Sarkozy qu’il a épousée. Ensuite, en Côte d’Ivoire, il a soutenu la rébellion et a organisé la fraude et le hold-up électoral en faveur de son ami Alassane Ouattara. Pis, il a arraché une résolution à l’Onu pour bombarder la résidence du Président de la République ivoirienne, où se trouvait un monde. Son armée et celle de l’Onu ont alors massacré les patriotes ivoiriens. C’est par sa volonté que Laurent Gbagbo a été humilié et emprisonné à la Cpi, sa preuve contre lui. Il a également réussi à faire la guerre à la Lybie et à tuer le colonel Mouammar Kadhafi. Aujourd’hui, il pèse sur Sarkozy, une tonne d’affaires sales, liées à l’argent sale, à la corruption et au trafic d’influence. La justice de son pays ne le lâche pas et il risque 10 ans de prison.
Ouattara. Il est le père de l’ex-rébellion des Forces nouvelles selon Koné Zakaria. Il a fait emprisonner presque tous les militants de la lutte pour la démocratie. Il s’est soumis durant le règne du Président milliaire, feu le Général Robert Guéi, mais a fui durant les manifestations en sautant la clôture pour se refugier à l’ambassade d’Allemagne.  Il a lancé un appel contre l’application de la Constitution de République de Côte d’Ivoire pour empêcher le Président de l’Assemblée nationale d’alors, Henri Konan Bédié, de prendre automatiquement le pouvoir. Bédié devait organiser légalement des élections, après la mort de Houphouët en 1993.  Ouattara s’est fait établir une autorisation exceptionnelle de candidature pour contourner le code électoral incompatible avec son profil. Il se prévaut de la suprématie d’une communauté étrangère internationale, sur la Constitution ivoirienne. Il s’accommode et se félicite des déclarations et du combat de l’ex rébellion qui revendique son soutien financier. Il s’appuie sur sa désignation par l’Onu pour mépriser la Constitution ivoirienne et refuser le recomptage des voix. Il a vendu pour « 1 franc symbolique » et sans compétition, la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie). Il a choisi comme Directeur de Cabinet, un homme qui sera plus tard, Premier ministre chez lui, en guinée. Il a réduit de 40% le salaire des nouveaux enseignants. Il doit sa fortune au pillage du pays depuis son poste de Premier ministre d’Houphouët-Boigny à nos jours. Il a accepté de naturaliser trois (3) millions d’étrangers sous prétexte de faire comme des pays développés.
C’est pourquoi il faut préférer Laurent Gbagbo à tous ceux-là, réunis : Le Général de Gaulle, Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara. C’est pourquoi Gbagbo n’a pas sa place en prison, mais dans son pays, la Côte d’Ivoire.
Germain Séhoué
 IN LE TEMPS DU VENDREDI 11 JUILLET 2014

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.