Attaque de Ouaga: Les terroristes trahissent des connivences anciennes (Par Frro Bally) | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Attaque de Ouaga: Les terroristes trahissent des connivences anciennes
Attaque de Ouaga: Les terroristes trahissent des connivences anciennes (Par Frro Bally)

Attaque de Ouaga: Les terroristes trahissent des connivences anciennes (Par Frro Bally)

Les attaques du 2 mars 2018 dans la capitale burkinabé ne visaient pas à renverser le régime du président Roch-Christian Kaboré. C’est un règlement de comptes. Si cet acte terroriste est clairement dirigé contre la France et sa connexion internationale qui traquent les djihadistes au sahel, il trahit des connivences anciennes dont la nostalgie se lit derrière les revendications qui représentent la face de l’iceberg.

Le Groupe pour le Soutien de l’Islam et des Musulmans (GSIM), coalition dirigée par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly, a revendiqué le lendemain l’attaque du 2 mars 2018 qui a visé l’état-major des armées du Burkina Faso et l’ambassade de France à Ouagadougou. Le bilan officiel fait état de seize morts dont neuf assaillants.

Cet assaut que le GSIM a mené simultanément sur deux fronts aurait été conduit en réaction «à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l’armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines».

Le 15 février 2018, en effet, une vingtaine de djihadistes présumés ont été «tués ou capturés» selon l’état-major français. En réaction, le GSIM a organisé une attaque le 21 février qui a coûté la vie à deux militaires français et blessé un troisième dans le nord du Mali, dans une zone frontalière du Niger.

C’est pourquoi le timing et le lieu laissent perplexes et suscitent interrogations. Le 27 février, s’est ouvert à Ouagadougou un procès qui promet d’être retentissant: celui des généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. En compagnie de 83 coaccusés, ils doivent répondre des chefs d’inculpation suivants: «attentat à la sûreté de l’État, assassinat et recel de cadavre».

Ils sont poursuivis pour non seulement leur présumée participation dans l’affaire de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara le 15 octobre 1987, mais leur tentative, avec le Régiment de sécurité présidentielle (RSP, garde prétorienne de Blaise Compaoré), d’un putsch le 17 septembre 2015 qui a foiré dans le renversement du régime de Transition politique conduit par Michel Kafando.

Le procès des putschistes a été aussitôt suspendu, mais il va faire du bruit. En raison de l’envergure des prévenus. Gilbert Diendéré qui fut donc brièvement président du Conseil national pour la démocratie du Burkina (17 – 23 septembre 2015) est un général de l’armée burkinabé qui a été pendant de longues années le bras droit de Blaise Compaoré et le patron du RSP.

Quant à Djibril Yipènè Bassolé, il est aussi un général de gendarmerie qui a assumé de hautes fonctions politiques sous le régime de Blaise Compaoré. Il a été ministre de la Sécurité, des Affaires étrangères et de la Coopération régionale. Il a également assumé les fonctions d’envoyé spécial de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour la paix au sahel et, par délégation de Blaise Compaoré (qui en était le facilitateur), de médiateur de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dans la crise malienne.

Attaque de Ouaga Les terroristes trahissent des connivences anciennes Attaque de Ouaga: Les terroristes trahissent des connivences anciennes (Par Frro Bally)

C’est justement dans ce cadre que les autorités burkinabè ont établi des liens avec les mouvements djihadistes et leurs animateurs dont Iyad Ag Ghali. Au déclenchement de la guerre au Mali, ce dernier était le chef d’Ansar Dine, groupe salafiste djihadiste, à Kidal. Ce mouvement a toujours été mieux vu et valorisé par rapport au Mouvement de libération de l’Azawad MNLA) et au Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO, excroissance mafieuse de AQMI qui s’est spécialisé dans le narcotrafic et l’islamisme radical).

Iyad Ag Ghali sera adoubé puisque d’un, Ansar Dine a été considéré comme le mouvement clé de la guerre du désert; de deux, il est présenté comme un chef charismatique qui bénéficierait d’une légitimité historique.

Ce militaire formé en Libye est un notable et chef de guerre qui a imposé, le 26 mars 1991, les accords de Tamanrasset (développement du pays touareg et intégration des Touaregs aux forces armées maliennes) aux autorités maliennes après deux fulgurants succès militaires: la déroute de l’armée malienne dans la garnison de Ménaka en juin 1990 et la prise de Kidal une année plus tard.

De ce fait, cet acteur incontournable avait ses entrées au Burkina Faso au plus haut sommet de l’État. Ayant déserté son fief de Kidal au moment de l’opération Serval de l’armée française, il avait pris ses quartiers à Ouaga. Il a vécu dans une suite de luxe du 11 è étage de l’hôtel Laico, du Guide de la Jamahiriya libyenne, Mouammar Khadafi, à Ouagadougou.

«C’est là qu’il reçoit et consulte. Plusieurs personnalités de renom issues de la haute hiérarchie militaire, du gratin politique et du milieu des affaires défilent à longueur de journée. Djibril Bassolé, François Compaoré, Gilbert Diendéré, Moustapha Chafi le cotoient et le protègent. Chouchouté et cadeauté par l’entourage présidentiel immédiat, Iyad Ag Ghali est une pièce maîtresse du leadership du chef de l’État Blaise Compaoré dans la géopolitique du no man’s sahélien. Qui le tient contrôle la nomenclature des chefs de guerre du nord Mali. C’est le prix à payer. L’homme fort de Ouaga l’a bien compris en devenant le tuteur attitré aux petits soins de celui qui est par ailleurs très écouté à Doha et à Riyad», selon Les Afrique (hebdomadaire économique et financier panafricain) du 16 janvier 2013.

Cette histoire d’amour a pris fin depuis la chute du Beau Blaise. Et cette figure historique du mouvement touareg malien a créé, le 2 mars 2017, le GSIM affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). C’est la fusion de son mouvement Ansar Dine, du groupe Al-Mourabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, de la katiba Macina d’Amadou Koufa et d’AQMI de Abdelmalek Droukdel. En ligne de mire de leur combat, la France et la mission de l’ONU au Mali qu’il appelle «les forces d’occupation».

L’attaque de l’ambassade française peut donc s’expliquer et se comprendre. Mais ce qui l’est moins alors que les autres pays du G5 Sahel qui participent à la lutte contre le terrorisme au sahel (Mauritanie, Tchad, Mali et Niger) subissent des attaques mais pas avec la même fréquence d’assauts coordonnés et professionnels. Et c’est l’attaque particulière de l’état-major des armées burkinabé avec explosions et à l’arme lourde qui pourrait mettre les puces à l’oreille.

Depuis la perte du pouvoir de Blaise Compaoré, le Burkina Faso est la cible d’attaques répétées terroristes. Le 15 janvier 2016, Ouaga plongeait dans l’horreur terroriste: des djihadistes prenaient d’assaut la terrasse et l’intérieur du restaurant Capuccino. Trente personnes feront les frais de cette équipée meurtrière. Le 13 août 2017, des assaillants occasionnaient la mort de 18 personnes dans l’attaque du café-restaurant Aziz Istanbul.

Et comme jamais deux sans trois, le 2 mars 2018, Ouaga s’est réveillée aux bruits assourdissants de coups de feu. Après de violentes explosions, l’état-major des armées a été en feu. Coïncidant avec le premier anniversaire du GSIM et le début du procès des barons du pouvoir Compaoré déchu, cette attaque très bien organisée et qui s’est déroulée en pleine journée pourrait traduire deux messages.

L’un à l’attention des autorités françaises et des Casques bleus: nous vous combattrons jusqu’au bout. A preuve, après les deux soldats français, quatre Casques bleus bangladais ont été tués le 28 février 2018, au Mali, dans la région de Mopti, dans une attaque à l’engin explosif. L’autre à l’adresse des autorités burkinabè: vous êtes dans le collimateur des mouvements terroristes du Sahel qui sont orphelins de tuteurs et parrains. Et vous en payerez le prix.

Car le ver est dans le fruit: cette attaque montre clairement que des taupes ont infiltré la grande muette burkinabé et ont été au service des terroristes.

Ferro M. Bally

One comment

  1. M. Ferro M. Bally,

    -Votre analyse passe sous silence la coopération étroite entre la France (Sarkozy, Hollande, Macron) avec les groupes terroristes en Libye, Syrie, Tunisie, Irak, Nigeria, Mauritanie,…

    -A Alep en décembre 2016, des soldats français ont été capturés par l’Armée Arabe Syrienne dans le QG des terroristes. Des militaires britanniques, israéliens, états-uniens, saoudiens, tunisiens, qataris, un officier supérieur marocain,… y ont été capturés également.

    En 2011 à Bab Amr en Syrie, des soldats-terroristes français avaient déjà été capturés. Deux ont été tués dans le feu de l’action (un faux journaliste, et un lieutenant, beau-frère de Laurent Fabius l’ancien chef de la Diplomatie française). C’est Poutine qui a négocié et obtenu la libération de ces mercenaires sionistes français. Ils ont été relachés à la frontière avec le Liban. Sarkozy a pris des engagements que F. Hollande va reniés plus tard en face de Poutine à Paris. Ainsi, la France a relancé la guerre terroriste contre le peuple syrien en 2012 au profit d’Israël.

    Dans la Ghouta orientale, on sait que des contras occidentaux, israéliens, saoudiens, russophones,… y sont. Raison pour laquelle, l’AAS et ses alliés (Iran, Russie, Hezbollah, Milices divers,…) veulent les décimer tous et régler une fois pour toute le problème.

    Les attaques terroristes en 2014 et 2015 en France sont le fait des Frères Musulmans, notamment la Turquie de R. Erdogan. Ils résultent d’un problème interne. En effet, la France (Sarkozy et Alain Juppé) avait pris l’engagement dès 2006-2011, de couper le territoire syrien pour que la Turquie y expulse tous ses kurdes au nom d’un Kurdistan syrien. En retour, la Turquie devrait déstabiliser la République Arabe Syrienne au maximum. Les britanniques Cameron et Tony Blair en arrière, ont également pris part à cela. Mais, leur agenda a été bousculé par les Etats-Unis de B. Obama et totalement détruit, par la Russie de l’Ours-Poutine. On ne peut donc compter cela dans le terrorisme au Sahel.

    -Dire donc que ces terroristes-macaques qui ont attaqué Ouagadougou le 2 mars.18 s’en prennent à la France me parait exagéré, à faux. En effet, ces derniers sont équipés indirectement depuis le Nigeria (moyens de télécommunication, véhicules blindés mobiles à Boko Haram, cartes électroniques, supports satellitaires, fusils d’assaut Famas, formation du personnel terroriste, informés des mouvements de l’armée nigerianne,…) par la France.
    Les Falses Flags, vous en savez ? Combien de victimes françaises ce 2 mars.18 ? Le gendarme qui a été tué devant l’ambassade n’est même pas évoqué dans la presse française. Pourquoi ?

    -Dire que ces bêtes à visage humain (les terroristes) s’en prennent au Burkina, est vrai. Mais les raisons que vous avancez aussi, sont fausses. Ni le président Compaoré, ni les généraux Diendéré et Bassolet n’ont a voir quelque chose. Ils étaient eux-mêmes instruits et contrôlés par les américains et Israël, via la France.

    -En effet, selon les services de Renseignement russes en 2015 (officiel à la télévision d’Etat russe), le califat de ces macaques barbus qui insultent l’Islam par leur mauvaise conduite et blasphèmes, englobe la moitié supérieure de l’Afrique jusqu’au Machrek.
    Deuxièmement, selon la théorie du MOE des Etats-Unis depuis Georges Bush Junior, l’Afrique au Nord de l’Equateur devrait aussi être totalement recomposée au profit exclusif des Etats-Unis. Le “belier” qui devrait leur ouvrir les portes africaines est Al-Qaïda et ses filiales. Selon Hillary Clinton (devant plusieurs commissions du Sénat américain) et Donald Trump (2016), Al-Qaïda et ses ramifications ont été mis en place par elle-même Hillary Clinton (qui a ordonné l’assassinat du Colonel Kadaffi) et Barack Obama. Il se trouve que les terroristes ont leur propre agenda nommé Califat ; et les Etats-Unis, le leur, appelé Moyen-Orient Elargie dans le contexte du Nouveau Siècle Américain.

    Fraternellement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.