Attentat meurtrier à Djibouti : la France évoque une « menace terroriste réelle »

Attentat meurtrier à Djibouti : la France évoque une « menace terroriste réelle »

Djibouti à son tour visé par les Shebab ? Selon plusieurs sources, dont l’agence Reuters, un contre un restaurant fréquenté par des Occidentaux, appelé «La Chaumière», aurait fait deux morts et 15 blessés, dans la ville capitale de ce petit état de la corne de l’Afrique. 

Selon des sources diplomatiques, les deux personnes décédées sont des employées du restaurant et plusieurs étrangers auraient été blessés.

Le restaurant, situé près de l’université de la ville, aurait été touché par un attentat . Des témoins évoquent deux femmes kamikazes qui seraient à l’origine du drame. La nationalité des victimes n’est pour l’instant pas connue.

 

Attaque contre le somalien le même jour

Cet attentat fait suite à un net regain de tension dans la région. Les insurgés islamistes ou «shebab» ont en effet attaqué, ce samedi, le Parlement somalien, pays frontalier de Djibouti, dans le centre de Mogadiscio, avec une voiture piégée et un commando de kamikazes portant des ceintures d’explosifs, faisant au moins dix morts dont plusieurs assaillants. Un corps expéditionnaire de soldats djiboutiens soutient le régime dans sa lutte contre les Shebab.

Attentat meurtrier à Djibouti la France évoque une menace terroriste réelle Attentat meurtrier à Djibouti : la France évoque une « menace terroriste réelle »

Les shebab, un groupe islamiste lié à Al-Qaïda qui cherche à renverser le faible gouvernement somalien soutenu par l’ONU et l’Occident, ont revendiqué l’opération, via leur porte-parole militaire Abdulaziz Abu Musab.

«Le soi-disant Parlement somalien est une zone militaire. Nos combattants y sont pour mener une opération sainte. Nous diffuserons un rapport complet après la fin de l’opération», a-t-il déclaré.

Cette «attaque complexe» commencée peu avant midi, selon des sources sécuritaires, a pris fin au bout de quatre heures, après l’intervention des forces somaliennes et de militaires de l’Union africaine. Selon des sources gouvernementales, au moins deux députés ont été blessés et hospitalisés.

Source: LeParisien.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.