Attention, danger en Côte d’Ivoire: Les casernes en ébullition ce mardi, la ville de Bouaké interdite d’accès par des mutins

Attention, danger en Côte d’Ivoire: Les casernes en ébullition ce mardi, la ville de Bouaké interdite d’accès par des mutins

De sérieux remous au sein des Frci depuis quelques jours. Selon des informations en notre possession, des ex-rebelles, au nombre de 6000 selon leur dire, réclament au au pouvoir d’Abidjan la somme de 5 millions de Fcfa par personne, promise par Ouattara et ses hommes en cas de chute de Laurent Gbagbo. Voyant cette promesse se noyer dans l’émergence, ces néo-mutins ont décidé de se faire entendre. Hier les Frci de Katiola, ce matin ceux du Camp Génie et le 3e bataillon sont entrés dans la danse. Allant même jusqu’à déchirer le drapeau national. Des militaires ont même fermé tous les axes principaux de la ville et le corridor sud. Des hommes de Chérif Ousmane, envoyés en négociation, ont été bastonnés.

Avec F.T.

Caporal Diallo Arouna du camp Genie d’Ahouanssou

Des militaires mécontents, avec des armes de guerre au point ont obstrué toutes les artères principales de l’ancienne capitale du MPCI. Selon notre contact sur place les militaires sont nerveux et certains ont le visage badigeonné de charbon de bois. Le corridor sud donnant accès à la ville depuis Yamoussoukro est fermé, il est impossible d’avoir accès à la grande ville du centre. Selon des informations, les militaires sont en colères contre leurs chefs qui selon eux ont eu leurs arriérés de salaires c’est à dire un rappel de toutes les années passées au sein de la rébellion, mais refusent de verser leur primes de deux ans… « Nos chef se moquent de revendications c’est pourquoi nous manifestons pour nous faire entendre. La haute hiérarchie doit savoir ce qui se passe sur le terrain », a fait savoir le caporal Diallo Arouna du camp Genie d’Ahouanssou.

Source: connectionivoirienne

———————————————————-

Arrêt de travail dans les camps militaires de Bouaké, les corridors de la ville bloqués

Des soldats de l’armée ivoirienne en service à Bouaké (379 km au Nord d’Abidjan) ont déclenché, mardi, un arrêt de travail en sortant des camps militaires pour fermer et occuper les corridors de la ville, a constaté APA sur place dans la métropole du Nord. 

Le centre-ville de Bouaké est également paralysé par ces mouvements d’humeur.Interrogés par un correspondant de APA, les soldats mécontents affirment réclamer le paiement de leurs arriérés de salaires qui datent depuis 2009.
 arrêt de travail dans les camps militaires de Bouaké les corridors de la ville bloqués Attention, danger en Côte dIvoire: Les casernes en ébullition ce mardi, la ville de Bouaké interdite d’accès par des mutins
“Il y a certains de nos anciens qui sont allés à la retraite sans leurs salaires bloqués sous l’ancien régime de Laurent Gbagbo (…)”, explique un soldat en poste à la 3è région militaire de Bouaké, soulignant que des “soldats actuellement en fonction ont également plusieurs arriérés de salaires”.
PIG-MC/ls/APA
Source: APA
———————————————-

Lire également “La situation sécuritaire en Côte d’Ivoire se complique d’heure en heure: La colère des militaires FRCI gagne le camp commando d’Abobo à Abidjan

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.