Attention danger!: KKB dans le viseur des pro-Ouattara. Voici une série d’articles à charge contre lui | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Attention danger!: KKB dans le viseur des pro-Ouattara. Voici une série d'articles à charge contre lui
Attention danger!: KKB dans le viseur des pro-Ouattara. Voici une série d’articles à charge contre lui

Attention danger!: KKB dans le viseur des pro-Ouattara. Voici une série d’articles à charge contre lui

C’est vrai que les suiveurs de Ouattara ne sont pas habitués à la démocratie et aux débats d’idée. Selon eux, être allié signifie qu’on s’abstient totalement d’émettre le moindre avis divergeant sur un sujet. Or c’est ce que le député de Port-Bouët ne cesse de faire. Et cela agace “ses amis” du RDR. Ils ont donc décidé de le faire savoir à travers leur presse.

Ainsi, en plus de “Le Patriote”, l’organe créé et finanancé par Hamed Bakayoko, qui ne cesse de “tirer” à boulet rouge sur KKB, c’est le tour de “Le Mentor”, un autre organe de presse proche du RDR, de s’emprendre au député de Port-Bouët à travers des articles tendancieux dont le seul but est de le discréditer au maximum et pouser, qui sait, les extrémistes du parti de Ouattara à rééditer l’exploit de Bonon lors des législatives partielles où il a en le tabassé comme un vulgaire malpropre.

Nous reprenons ici deux de ces articles tendancieux pour vous. Lisez!

Eburnienews.net

——————————————————————————————-

Graves révélations sur KKB : Depuis les élections jusqu’au Golf, il complotait contre Alassane Ouattara

Des cadres du RHDP  parmi lesquels, Touré Mamadou, les députés Gauly Antoine, Yéo Ibrahim et Da Sansan, ont fait des révélations à vous couper le souffle sur  KKB « le soldat perdu ». Au cours d’une conférence de presse qu’ils Co-animaient, ces jeunes cadres, très remontés par l’attitude malsaine de leur camarade frustré, ont décidé d’étaler son passé peu glorieux.  A en croire ces derniers, cette attitude de Kouadio Konan Bertin remonte à mars 2004. En effet, à cette période, lors de l’organisation d’une marche de la jeunesse du RHDP, une liste des manifestants a été traitreusement remise à des soldats de Gbagbo afin qu’ils massacrent les meneurs de la marche. Eh bien ! KKB est à n’en point douter, celui-là même qui a remis cette liste à Gbagbo Laurent moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes. C’est à cette date qu’une solide amitié a été nouée entre lui et Blé Goudé  si bien qu’il ne crachera pas sur la mallette d’argents que Blé lui a donné afin de lancer un mot d’ordre contraire à celui de Bédié qui appelait à voter Alassane Ouattara au second tour des élections. « KKB  vient de confirmer aux yeux de tous le deal dont Blé Goudé parlait lors du débat électoral. Aujourd’hui, nous avons la preuve que KKB et Atsé Jean Claude ont reçu de l’argent des mains Charles Blé afin de donner des mots d’ordre contraires à ceux de Bédié appelant à voter Alassane Ouattara »  a révélé Touré Mamadou. Si Atsé Jean Claude, lui avait rempli sa part de contrat, KKB, lui hésitait encore. C’est pourquoi Blé Goudé n’a pas hésité à le dire sur le plateau de la télévision nationale.

Poursuivant cette série de révélations, ils ont indiqué que durant leur séjour au golf hôtel lors du blocus, KKB a toujours refusé de prendre la parole devant les medias afin de défendre la cause du président Ouattara parce qu’il était en parfaite intelligence avec le camp Gbagbo. Notant que KKB se dit frustré parce qu’il estime ne pas avoir été récompensé à sa juste valeur après la victoire du RHDP. Touré Mamadou insiste : «  KKB avait haussé le ton dans le hall du golf en s’opposant à la nomination de Patrick Achi, d’Adjoumani et de Ahouassou Jeannot car il estimait être plus compétent que ces derniers. Il exprimait ainsi sa frustration car estimant que ces derniers n’étaient pas les seuls cadres du PDCI. »

Que KKB, ce soldat perdu comme l’avait indiqué le président Bédié, accuse Youssouf Bakayoko d’être le responsable de la crise postélectorale est une accusation grave, tendant à insulter la mémoire collective des Ivoiriens car seul Laurent Gbagbo est le responsable de cette crise postélectorale.

Pour ces jeunes cadres du RHDP  Kouadio Konan Bertin, n’est plus membre du RHDP car on ne peut prétendre appartenir à une alliance et en être le principal pourfendeur. Pour lui donc, le RHDP est le gage d’une stabilité durable malgré les calculs politiques et les postures tactiques de certains acteurs de cette coalition.

Ys Cazola

Source: Lementor.net

———————————————————————————————————–

Et si KKB prenait officiellement sa carte du FPI ?

A beau porter des vêtements autres pour cacher sa vraie nature, celle-ci finit toujours par transparaitre. Cela s’applique parfaitement à Konan Kouadio Bertin dit KKB, Président de la jeunesse du PDCI-RDA, ci-devant député de Port-Bouet à l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire. A bien observer les nombreuses frasques et les actions posées par l’homme, l’on est tenté de se demander si KKB n’est pas en mission commandée du FPI au PDCI-RDA et par extension, au RHDP ? Depuis son mandat législatif qui ne dure que 5 ans, l’homme s’est senti très puissant, avec de grandes ailes qui le font voler vers le soleil. Ignorant peut-être que les rayons du soleil brulent quand on s’y approche de trop près. Devenu tellement puissant en son fort intérieur, qu’il s’attaque à tout, jusqu’au fondement même de ‘’son parti’’, fondement incarné par le Président Henri Konan Bédié.

L’allié de son parti, le RDR dans sa ligne de mire

Quelques morceaux choisis de piques vers le RDR, l’allié de son parti le PDCI-RDA. «Je voudrais dire au RDR qu’on ne traite pas un allié comme il le fait. Nous avons un passé très récent. On ne crache pas dans la soupe qu’on a mangé hier », ou « Depuis 2001, on ne peut pas gagner une élection en Côte d’Ivoire, si on n’est pas armé, le PDCI ne fait pas bon ménage avec les armes ». De la candidature unique d’Alassane Ouattara au RHDP, le fougueux député se croit obliger d’annoncer : «  D’une manière ou d’une autre le PDCI aura un candidat. Celui qui va empêcher cela n’est pas encore né. Si Alassane Ouattara était PDCI, moi je n’aurais pas de problème à le proposer, il allait être notre candidat, mais il est RDR. Notre adversaire en 2015, c’est Ouattara ». Lorsqu’on est membre et non des moindres d’un parti politique, il y a des devoirs de réserve. Il y a aussi le respect de la discipline au sein de ce parti. Mais le Tout-puissant KKB n’en a cure. Comme Don Quichotte, il mène son combat contre tout et contre tous. N’épargnant même pas le parti qui l’a fait : le PDCI-RDA.

Se sentant assez fort, l’enfant veut terrasser le père

Je suis candidat contre Bédié ! Prenant partenaires et adversaires à contre-pied, le dimanche 14 Juillet 2013 à Londres, Konan Kouadio Bertin déclarait sa candidature à la Présidence du PDCI et la nécessité de son parti de présenter un candidat en 2015 contre Alassane Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire. Justifiant son choix parricide, KKB déclarait : « On voit bien qu’avant le congrès, certains postes comme le Secrétariat Général vont disparaître, je suis donc bien fondé à briguer le seul poste qui restera en place, c’est-à-dire la Présidence du parti ». Est-ce une raison vraiment valable pour se présenter contre Bédié, celui-là même qui l’a soutenu du bout des bras contre tous ? Sacré député KKB. Se sentant assez fort pour conduire les destinées du plus vieux parti de Côte d’Ivoire, KKB argue que « l’ancien chef d’Etat, Henri Konan Bédié devrait passer le témoin à plus jeune, d’autant qu’il est frappé par la limite d’âge (75 ans), devant lui permettre de briguer, à nouveau, le poste de Président du parti ». Doit-on parler ici d’ingratitude ou de fougue de jeunesse d’autant plus qu’à Grand-Bassam, les délégués avaient pris l’engagement solennel de « tout mettre en œuvre pour que » Henri Konan Bédié (79 ans) soit porté à la tête du PDCI, au sortir du 12e congrès ? Un tel engagement ne signifiait-il pas que les textes du parti allaient être revus ? Lui, n’en avait cure car militant pour un  dirigeant « vigoureux » (qui ne pouvait être que lui), susceptible de conduire le parti vers la reconquête du pouvoir. N’ayant pas eu gain de cause, le jeune député continue son combat solitaire.

KKB a été bastonné. En meeting le week end dernier à Bonon pour soutenir le candidat indépendant aux législatives partielles de Bonon Attention danger!: KKB dans le viseur des pro Ouattara. Voici une série darticles à charge contre lui

En meeting à Bonon pour soutenir le candidat indépendant aux législatives partielles de Bonon, KKB fut bastonné par les militants du RDR.

KKB : « La CEI est une structure partiale et déséquilibrée »

Une fois de plus, le revoilà qui s’insurge contre la nouvelle Commission Electorale Indépendante (CEI). «  Je n’ai jamais fait mystère de mon opposition au caractère non indépendant de la CEI qui est en train d’être mise en place progressivement. J’ai pointé avec force détails les points potentiellement confligènes du projet gouvernemental », déclarait-il avant de voter contre le projet avec 28 autres députés. Ils sont allés plus loin en introduisant une requête visant à empêcher la promulgation de la nouvelle loi sur la CEI. A la mi-juin, ils ont été déboutés par le Conseil constitutionnel. A qui veut l’entendre, KKB continue de crier sur tous les toits : « Une Commission Electorale Indépendante (CEI) “déséquilibrée et partiale qui créera beaucoup de problèmes aux ivoiriens », que « la CEI est structurellement partiale et en mission commandée pour un camp ». Et de s’insurger contre le Président Bédié qui affirmait : « La Commission Electorale Indépendante est “une bonne structure“, la meilleure que la Côte d’Ivoire ait connue ». Et de conclure impuissant : « Le Conseil Constitutionnel a préféré valider la position du gouvernement, laissant toute entière la menace que fait planer sur nos compatriotes l’action future d’une commission à ce point déséquilibrée ». Ses piques n’ont pas non plus raté Youssouf Bakayoko, Président sortant de la CEI. « Youssouf Bakayoko aurait du être démis de ses fonctions et contraint à rendre des comptes à la nation après la présidentielle de 2010. Dans n’importe quel pays soucieux de sa respectabilité internationale, où de surcroît, les dirigeants sont au service du bien-être de leurs compatriotes, Youssouf Bakayoko ne devrait plus jamais être associé à l’organisation d’opérations électorales ». Lorsqu’on sait que l’opposition, précisément l’Alliance des forces démocratiques dont le Front populaire ivoirien (FPI), dénonce “une surreprésentation du pouvoir“, refusait encore d’y siéger, le pas est vite franchi pour penser que KKB est vraiment en service commandé. KKB n’était-il pas en Côte d’Ivoire pour ne pas savoir comment la CEI a été gérée et bien gérée par Youssouf Bakayoko ?

KKB : « Le FPI devient de plus en plus un parti national »

« Le FPI devient de plus en plus un parti national ». Cette phrase n’est ni de Pascal Affi N’guessan ni d’un membre du FPI, ex-parti au pouvoir. Elle est bel et bien de Konan Kouadio Bertin dit KKB, ex-Président de la jeunesse du PDCI-RDA. Il ne reste plus à KKB qu’à prendre officiellement sa carte de membre du FPI surtout lorsqu’on observe bien, lors de sa tournée européenne, les invités et membres de son staff. Il y avait entre autres, l’avocate Habiba Touré, conseil de Michel Gbagbo, Jo Mamadou, neveu de Gbagbo, le DG de l’intelligent D’Abidjan Alafé Wakili, Ismaël Agana fils d’Alpha Blondy, Gnali Geneviève, le député de Bocanda, Kramo Kouassi. Bon vent, Monsieur le député.

Khalil Ben Sory

Source: Lementor.net

 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.