Au nom de la paix, il faut débusquer les faussaires !

Au nom de la paix, il faut débusquer les faussaires !

Faussaires ! Le terme est prononcé par le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda), Henri Konan Bédié, devant les populations Akyié à Daoukro, son village natal ivoirien.

A Lafokpôkaha, dans son village ivoirien, Guillaume Kigbafori Soro, président du Comité politique (Cp), parle de menteurs. Cela a fait tic dans ma tête, surtout au moment de la réforme en profondeur de la commission électorale indépendante, couplée de recensement électoral. Cette histoire de « son village », vous vous en souvenez assurément, a créé un véritable tsunami en Côte d’Ivoire.

Le ministre de l’Intérieur du président Laurent Koudou Gbagbo, paix à son âme, le ministre Boga Doudou, pour faire taire les palabres et autres discours enflammés, proposa, vu que les élections présidentielles sont un moment exceptionnel dans la vie d’une nation, que chacun aille voter dans son village.

L’Avocat-ministre a été traité de xénophobe, de de raciste (Noir envers Noirs ?) et accusé de tous les péchés d’Israël. Mais aujourd’hui, on comprend mieux la préoccupation du ministre Boga Doudou. Rien qu’à analyser un peu ce qui s’est passé lors des élections locales du samedi 13 octobre 2018 où dans des communes, des inconnus se sont permis de tout casser et de tout brûler. Est-ce que vous pensez que quelqu’un natif d’un lieu, disons plutôt de son village, va brûler cet endroit si cher à son cœur ?

Soro Kigbafori Guillaume insiste sur cet élément important dans la vie de tout être. A l’envie, il le répète : je suis de Ferkessédougou, mieux, de Lafokpôkaha ! Le président Henri Konan Bédié, alors ! Il est si amoureux de sa terre natale que les journalistes le nomment le « Buddha » de Daoukro. Vous aurez remarqué que, comme au Plateau par exemple, ceux qui expriment leur désarroi, sont des Autochtones d’Abidjan.

Autrement dit, pour traquer faussaires et menteurs en 2020, il faut inscrire la réforme de la Cei que chacun doit voter pour la Présidentielle dans son village. Seul et unique moyen de sauvegarder la paix. « Le pape de la paix », Henri Konan Bédié, ayant claqué la porte « des adultérins de l’Houphouétisme », que voyons-nous ? Tout se règle par la violence ! Comme à Bouaké contre des enseignants qui exprimaient leur droit de grève. Il est temps de chercher à débusquer faussaires et menteurs. Entre autres pistes, nous suggérons que chacun aille voter dans son village pour la Présidentielle.

Notre Combat, l’Unité des Autochtones du Sud, de l’Est, du Centre, de l’Ouest et du Nord de la Côte d’Ivoire.

Fait à Morokro-village, le mardi 26 février 2019

Pour le Cnp,

Gnamantêh Nanankoua

Autochtone ivoirien, mieux, Ivoiritaire !

2 comments

  1. 921767 454647Hi, have you ever before asked yourself to write about Nintendo or PSP? 870575

  2. 986492 243826I favored than you may be right now. 354019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.