Au Président Laurent Gbagbo, à tous ses proches d’ici et en exil, victimes de persécution primaire | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Au Président Laurent Gbagbo, à tous ses proches d’ici et en exil, victimes de persécution primaire
Au Président Laurent Gbagbo, à tous ses proches d’ici et en exil, victimes de persécution primaire

Au Président Laurent Gbagbo, à tous ses proches d’ici et en exil, victimes de persécution primaire

‘’ Pour liquider les peuples, on commence par leur enlever la mémoire. On détruit leurs livres, leur culture, leur histoire. Puis quelqu’un d’autre leur écrit d’autres livres, leur donne une autre culture, leur invente une autre histoire. Ensuite le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est, et ce qu’il était. Et le monde autour de lui l’oublie encore plus vite ’’, a dit et écrit Milan HÜBL, écrivain et historien tchèque (1927-1989).

Plus que nous et avant nous, vous saviez cela. Et en vérité, c’est votre refus à la soumission idiote et infantile, votre grande détermination à lutter pour la justice et pour la liberté qui vous valent tout ce que vous subissez. La France, voyant sa guerre par procuration rebelle échouer, a sauvagement interrompu en 2011 la démocratie et le progrès que vous bâtissiez pour la Côte d’Ivoire.

Après une tentative foireuse, grossière et honteuse en 2004, la France et ses barbouzes coloniaux a fini par massacrer nos compatriotes (civils et militaires), mis notre pays à sac, vous a écartés du pouvoir en livrant notre pays à la jungle. Fermant les yeux sur cette indiscutable vérité, la Cour Pénale Internationale et une frange de notre justice, s’évertuent en vain à vous diaboliser, en pondant des accusations ou des sentences qui relèvent du comique. Or, plus ils s’adonnent à ce détestable exercice, plus de consciences et de cœurs tombent sous le charme irrésistible de votre sympathie, de vos idées, voire de votre grand humanisme qui, sacrilège des sacrilèges, sont combattus avec férocité et grossière maladresse.

C’est malheureux, c’est incroyable mais cela est pour nous une vérité rédemptrice : des hommes et des femmes, comme des automates, vous privent de liberté, à La Haye et à Abidjan, inscrivant davantage de ce fait vos noms dans l’Histoire, par une telle iniquité. Quel patriote ou Africain normal détesterait, comme ces hommes et femmes de loi partiale le font en ce moment, Sékou TOURE, LUMUMBA, NKRUMAH ou MANDELA ? Est-ce volontairement ou par haine de la vérité qu’ils feignent d’ignorer que vous êtes nos Marie KORE, Gabriel DADIE, LUMUMBA, NKRUMAH ou MANDELA ?

N’est-ce pas se faire hara-kiri que de refuser de reconnaître (comme le font tous ces automates) que pour notre liberté, notre progrès collectif et notre émancipation, vous n’avez rien à envier, en toute humilité, à tous ces grands noms qui précèdent, par la lutte que vous menez ? Pourquoi tous ces bourreaux et geôliers devraient-ils se sentir obligés de savourer ou de jouir d’une prétendue victoire aussi amère, voire même acide ? Comment peut-on se proclamer victorieux dans la vérité et être aussi anxieux ou angoissés, fortement angoissés comme ils sont ? Et puis, que valent toutes ces peines fantaisistes, indignement collées à AKE N’Gbo, Lida KOUASSI, Hubert OULAYE ou encore Michel GBAGBO par rapport à la douleur que ces illustres personnes souffrent devant le délabrement avancé de leur cher pays ?

Ces geôliers d’une haine primaire et notoire sont, nous en sommes certains, torturés en leurs consciences, âmes et chairs par un terrible dilemme : ils savent bien qu’eux-mêmes aussi vont grandement bénéficier de votre combat qui a atteint le seuil de la victoire finale mais tête baissée, ils foncent dans l’arbitraire par manque de courage ou par avidité. Une victoire finale qui va vous consacrer, tous autant que vous êtes, Laurent GBAGBO en tête, combattants pour la vraie justice et la liberté, vous qui, par votre supplice, aurez vraiment libéré la Côte d’Ivoire !

A vous qui avez refusé et empêché qu’on nous enlève la mémoire et qu’on nous écrive une toute autre histoire sauf la vraie, à vous tous, connus et patriotes inconnus, de Laurent GBAGBO à KONE Katinan en passant par Simone EHIVET, ASSOA Adou, DOGBO Blé, ABEHI, SEKA SEKA et David SAMBA, à vous les vrais héros de notre histoire, qui avez dévoilé à la face du monde entier toute la laideur et la grande méchanceté de l’impérialisme français, à vous qui vous êtes donnés pour nous, nous disons : très bonne et heureuse année 2018 dans l’accomplissement de la volonté du Dieu d’ABRAHAM !

Pour le collectif des victimes de Duékoué (Carrefour & Nahibly) : Emmanuel Caleb, le 17/01/201

One comment

  1. La vérité est ici tout crue et découverte! Les bourreaux rebelles ont peur.Rien qu’à entendre le nom Gbagbo il y en a qui pissent sur eux et vont se faire changer les couches en france. ce qui est certain,ils vont manger leur propre caca quand le Woddy de Mama Son Excellence Magnifique (SEM) rejoindra sa terre natale.Les mercenaires et autres agents mercantiles Ivoiriens nouveaux regretteront leur jour de naissance car c’est à peine à croire qu’ils rêvent tout debout!Le Mandela Ivoirien arrive!Il est tellement bon de cœur qu’il n’a pas besoin de se venger.Cela n’effleure pas sa tête bien faite.Ce sont les mercenaires qui ont le cœur plein de rancœur et se vengent car ils ne sont pas chez eux:ce sont des voleurs,des pilleurs.Ce sont les têtes poreuses de PhD trafiqué ou arriéré et inutile qui se morfondent et vivent un si grand malaise.Elles ne peuvent jamais cohabiter avec le vrai fils du pays tellement la honte peut les faire disparaître sous la terre!Je donne ma tête à couper:le jour où le fils de Mama débarquera sur la lagune Ebrié,de ce jour,Dramane Allassane rencontrera SEM Roch Kaboré pour exiger sa carte d’identité Burkinabè.Je cherche témoins.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.