Aux frères et sœurs du Nord ivoirien !

Aux frères et sœurs du Nord ivoirien !

Le Congrès national populaire (Cnp) s’adresse aujourd’hui, particulièrement à nos parents, moins jeunes et jeunes, hommes et femmes du Nord ivoirien qui, aveuglés et bernés par des envahisseurs jaloux à travers le poison de la Charte du Nord N°1 et N°2 en 2002 se sont séparés de leurs frères du Centre, de l’Est, du Sud et de l’Ouest.

En octobre 2015, à l’élection présidentielle à laquelle le leader de cette formation politique, Gnamantêh Nanankoua, a pris part régulièrement, ce qui n’était pas le cas de certains candidats qui ne se sont pas présentés à la Pisam devant les professeurs de médecine assermentés, le parti autochtoniste de Côte d’Ivoire entendait édifier les uns et les autres sur deux problèmes-clé du pays. Voyant les choses venir, les ressources lui ont été privées ainsi que les media d’Etat. Aujourd’hui que ces problèmes sont plus que d’actualité, le Cnp voudrait y revenir, à savoir, la Terre, l’Autochtonicité ou autochtonie et l’Etat civil. Terre et Autochtonicité sont liées.

Tout être est autochtone de quelque part. Tous ceux que le colon blanc a trouvés sur cette portion qu’il a baptisée Côte d’Ivoire sont des Autochtones ivoiriens. Et il en y a au Nord de la Côte d’Ivoire. D’où vient-il que du jour au lendemain ceux de la partie nord deviennent-ils des non autochtones ? Il y a des Autochtones au Nord de la Côte d’Ivoire. Soro Kigbafori Guillaume qui, berné, a écrit « Pourquoi je suis devenu rebelle » doit se mordre le doigt. Aujourd’hui, il est pourchassé comme un pestifiré. La raison principale, c’est qu’il est un Autochtone. Hélas avec leur complicité des « kaha », les « barakoros » de la Charte du Nord se sont attaqués à leur pan important, assurément le plus important, l’Etat civil.

Aujourd’hui, que se passe-t-il chez nous, gens du Nord ? Vous baissez la tête. C’est dire que le Congrès national populaire (Cnp) de Nanankoua Gnamantêh a eu tort d’avoir eu raison trop tôt ! Il est temps, grand temps d’aider les Autochtones du Nord dont Soro Guillaume, en danger, à libérer la partie septentrionale de la Côte d’Ivoire. Une question de survie ! Quand une nation est en danger comme la Côte d’Ivoire, elle fait appel à ses fils purs et durs, à savoir, les Autochtones !

Notre Combat, l’Unité des Autochtones du Sud, de l’Est, du Centre, de l’Ouest et du Nord de la Côte d’Ivoire.

Fait à Morokro-village, le dimanche 20 janvier 2019

Pour le Cnp,

Gnamantêh Nanankoua

Autochtone ivoirien, mieux, Ivoiritaire !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.