Avant l’audience du 1er octobre à la CPI: Voici la position de la France sur le procès Gbagbo | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Avant l’audience du 1er octobre à la CPI: Voici la position de la France sur le procès Gbagbo
Avant l’audience du 1er octobre à la CPI: Voici la position de la France sur le procès Gbagbo

Avant l’audience du 1er octobre à la CPI: Voici la position de la France sur le procès Gbagbo

Il a fallu quatre mois au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères du gouvernement français pour répondre à la question N° 6910 du député Michel Larive de La France insoumise. Sa question était relative à la situation politique en Côte d’Ivoire.

Eh bien, la, réponse de cette question cruciale publiée dans le journal officiel français du 27 mars 2018 à la page 2492 a trouvé réponse le 17 juillet 2018 dans le même journal officiel à la page 6390. Il ressort de cette réponse que le gouvernement Macron suit très attentivement la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire et a une idée claire sur le procès de Laurent Gbagbo et Blé Goudé à la Cpi. Indiquant également que la justice doit équitable et impartiale. «La situation politique actuelle en Côte d’Ivoire fait l’objet d’un suivi attentif de la part des autorités françaises.

La page de la crise semble définitivement tournée et de nombreuses avancées positives ont pu être observées: de nouvelles institutions ont été mises en place, plusieurs cycles électoraux se sont déroulés sans violence, l’opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) a pris fin en juin 2017, le travail de réconciliation a été entamé, et le gouvernement a créé les conditions pour un retour progressif des réfugiés de la crise post-électorale, avec des résultats tangibles. L’indemnisation des victimes est en cours. La ministre ivoirienne en charge de la solidarité, le Pr Mariatou Koné, a récemment annoncé que près de 4500 victimes (essentiellement des ayant-droit de personnes décédées et des blessés), recensées par la Commission nationale d’enquête et la Commission nationale pour la réconciliation et l’indemnisation des victimes, avaient été indemnisées pour un montant total de 5,8 millions d’euros.

La France encourage les autorités ivoiriennes à poursuivre dans cette voie et à faire aboutir, dans les délais requis, le processus judiciaire à l’égard des personnes poursuivies, à quelque bord politique qu’elles appartiennent. La consolidation de la justice, domaine essentiel à la réconciliation nationale, fait partie des priorités de l’aide française. Cela a notamment permis la mise en œuvre, par des Ong affiliées à la Fidh, d’une assistance judiciaire aux victimes de crimes graves. Au travers du Contrat de désendettement et de développement (C2d), ce sont au total 85 millions d’euros qui devraient être consacrés, entre 2012 et 2020, au renforcement de la justice et de l’Etat de droit en Côte d’Ivoire.

S’agissant des procédures judiciaires en cours devant la Cour pénale internationale, il n’appartient pas à la France de les commenter. La France respecte l’indépendance et les procédures de la Cour pénale internationale, et est attachée à ce que les décisions de la Cour soient fondées sur les plus hautes exigences en termes de respect des droits et de procédure équitable », a répondu le ministère de l’Europe et des affaires étrangères de la France. Avec cette réponse sur le procès de Gbagbo à la Cpi, on se rend compte que le pouvoir Macron veut se distinguer des régimes français qui l’ont précédé. On se souvient de l’implication flagrante de plusieurs diplomates français du temps de Nicolas Sarkozy dans l’arrestation et le transfèrement du président Gbagbo à la Cpi. Aujourd’hui, la France de Macron préfère observer de très loin ce qui se déroule à La Haye.

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.