Avant son voyage ‘’privé’’ en France : Ouattara redoute de nouvelles attaques et mutineries

Avant son voyage ‘’privé’’ en France : Ouattara redoute de nouvelles attaques et mutineries

A chacun son plan de sécurisation. Aux Français la ‘’Vigipirate’’, aux Ivoiriens l’opération ‘’Ceinture’’. Le chef de l’Etat ivoirien est certes obligé de tenir ses rendez-vous internationaux privés, ce qui ne l’empêche pas de voyager l’œil rivé sur ses troupes d’où peuvent partir des coups de feu à tout moment.

Alassane Dramane Ouattara (ADO) est à Paris, selon le communiqué de presse de la présidence ivoirienne dont Letempsinfos.com a reçu copie dimanche 27 août, pour un séjour privé au cours duquel il aura « un déjeuner de travail » le 31 août, à l’Elysée, à partir de 13h, avec le président français, Emmanuel Macron. Mais avant de déchirer les airs, lui dont on ne sait plus exactement le nombre de voyages à l’étranger depuis avril 2011 qu’il est aux affaires, M. Ouattara a réuni un Conseil national de sécurité (Cns). Toute chose qu’il avait l’habitude de faire juste après une attaque ou une mutinerie. Objectif de cet Conseil national de sécurité illico-presto, se prémunir contre toute d’éventualité qui ferait parler une fois encore la poudre dans ses casernes. Ordre a donc été donné à ses différents chefs de commandement de « ceinturer » les zones sensibles. D’où l’opération ‘’Ceinture’’ proposée par les chefs de l’armée, de la gendarmerie et de la police et qu’il a arrêtée comme décision, avant de déposer ses valises dans son hôtel parisien 140 avenue Victor Hugo dans le 16ème arrondissement.

Le chef suprême des Forces armes armées de Côte d’Ivoire (Faci) voudrait dire qu’il y a dans son pays des villes sensibles parce que au cœur de toutes les violences militaires qu’il ne procéderait pas autrement. Il s’agit entre autres localités, de Bouaké, Korhogo, Fresco, Adzopé, certains points stratégiques du District d’Abidjan comme les commissariats, brigades de gendarmerie et casernes militaires. Ces villes et cibles doivent être surveillées comme de l’huile sur du feu par des patrouilles pédestres et motorisées. La zone de vigilance couvre jusque dans un rayon de 100km. Plusieurs rapports de ses sécurocrates ont en effet relevé le fait que les assaillants ont un faible pour les poudrières qu’ils n’hésitent pas à casser pour se servir. Le domicile de Bouaké du chef de protocole de Guillaume Soro, Souleymane Kamaraté alias Soul To Soul cache d’armes, pillé par les 8400 ex-combattants en mai dernier illustre parfaitement que les poudrières attirent les mutins ivoiriens comme l’os attire le chien.

Si partir en ‘’voyage privé’’ en France et se retrouver à la même table que le président de ce pays peut résoudre certains soucis économiques, le fait d’assurer ses arrières par soi-même l’est davantage. L’Ivoirien avait été reçu pour la première fois le dimanche 11 juin 2017 par son homologue français avec qui il évoquait business et sécurité. Signe que la sérénité n’est toujours pas totale du côté d’Abidjan en dépit de la profession de foi et certaines garanties obtenues au forceps en première intention, Alassane Ouattara a préféré plutôt miser sur la capacité interne de faire feu sur l’ennemi. On n’est jamais mieux servi que par soi-même dit l’adage

 Simplice ALLARD-GUIGREI

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE