Avec la complicité de Affi, des cadres du FPI convoqués à la police à la veille d’un congrès pour trouble à l’ordre public

Avec la complicité de Affi, des cadres du FPI convoqués à la police à la veille d’un congrès pour trouble à l’ordre public

C’est sous cette protection policière que Dano Djédjé qui venait d’animer une conférence de presse un peu plutôt, a quitté les lieux. Avec des cadres parmi lesquels l’on a aperçu Assoa Adou, Tapé Kipré et Odette Lorougnon.

Ambiance électrique au siège provisoire du Front populaire ivoirien (Fpi), sis à la Riviera-Attoban. Pour éviter tout risque de trouble à l’ordre public, un commissaire de police a invité des cadres de ce parti, ce mercredi 10 décembre, à la préfecture de police, a constaté Fratmat.info.

Il n’en fallait pas plus pour que le siège se vide de son monde. Les militants de ce parti ont même commencé à vider les bureaux de leurs mobiliers. Selon des témoignages recueillis sur place, des militants en provenance de Yopougon s’apprêteraient à assiéger le site.

C’est d’ailleurs ce qui explique la présence d’un important détachement de la police nationale qui s’est déployé autour du siège du parti pour sécuriser le secteur.

C’est sous cette protection policière que Dano Djédjé qui venait d’animer une conférence de presse un peu plutôt, a quitté les lieux. Avec des cadres parmi lesquels l’on a aperçu Assoa Adou, Tapé Kipré et Odette Lorougnon.

Dans la matinée, M. Djédjé, président du comité d’organisation du congrès du Fpi, avait annoncé la tenue de ces assises les 11, 12, 13 et 14 décembre au Palais des sports de Treichville.

Alors que le président du Fpi, Affi N’Guessan avait affirmé, la veille que le congrès était reporté pour éviter des confrontations entre les militants. En effet, M. Affi a saisi le tribunal de première instance pour l’annulation partielle de la décision du comité de contrôle, notamment sur le maintien de la candidature de M. Gbagbo d’une part, et d’autre part, faire reporter la date du congrès et porter plainte contre X pour faux et usage de faux portant sur la signature de Laurent Gbagbo.

A la suite de cette plainte, le juge Ahmed Souleymane Coulibaly, dans l’ordonnance N° 3682, a ordonné le « report à une date ultérieure du 4ème congrès du Fpi (…) dans l’attente du jugement à intervenir sur le fond… ».

CHEICKNA D. Salif

Source: Fraternité Matin

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.