Avoir un mari à Ouagadougou, un vrai parcours de combattant !

Avoir un mari à Ouagadougou, un vrai parcours de combattant !

Ce n’est pas un secret de polichinelle. De nos jours, il est de plus en plus difficile pour les jeunes de fonder un foyer- lorsqu’ils le désirent. Le phénomène ne recule pas loin s’en faut. À qui la faute ?Les avis divergent.

C’est l’un des aspects de nos sociétés dites modernisées. Pour beaucoup de jeunes, fonder un foyer ne fait pas partie des priorités. Pour ceux -et surtout pour celles -qui manifestent la volonté de s’y engager, trouver le conjoint idéal relève du parcours de combattant. Le phénomène est si préoccupant que de nombreuses radios de la place offrent des émissions pour permettre à ceux qui le désirent de tenter de trouver un conjoint.

Motos à la mode

Alors qu’es ce qui est à la cause de cet état de fait.Beaucoup de nos interviewés évoquent le fait que « les filles sont devenues matérialistes ». Pour Kouanda Abdoulaye, le foyer est loin d’être une priorité pour les filles qui ne rêvent que de la belle vie. Allant sur cette même lancée, Awa Tiemtoré estime quant à elle que le phénomène est endémique : « Elles sont nombreuses les filles qui ont trente(30) ans et plus mais qui estiment  qu’il n’est pas encore temps de chercher à se mettre sous un toit. Il en est qui attendent l’homme idéal c’est-à-dire celui qu’elles pourraient exhiber comme un trophée».

De leur côté les filles évoquent tout autre autre chose. Ouédraogo Corinne considère quant à elle que ce sont bien les hommes qui manquent de sérieux. Elle estime avec force conviction que les hommes, quand ils abordent une fille, sont loin d’avoir l’idée de l’épouser… « Ils ne pensent qu’à s’amuser. La plupart des hommes estiment d’abord qu’il au préalable ’’ tester’’ la fille avant d’envisager un quelconque mariage».

Le phénomène de moto de mode n’est apparemment pas pour arranger les choses surtout à Ouagadougou. M Dérra croit savoir que les filles prennent leurs décisions en fonction du… moyen de locomotion du prétendant :« Celui  qui aborde une fille avec une moto moins prestigieuse et avec toute la meilleure volonté du monde se fera ravir la vedette par celui qui a une Exciter 150 par exemple même si ce dernier est malintentionné ». Mais à en croire certains il y a des solutions que l’on peut envisager.

Retrouvons Kouanda Abdoulaye qui croit voir dans la foi en Dieu la solution à tous ces problèmes. Ils sont nombreux à estimer que les filles devraient voir leurs exigences à la baisse. Awa, vendeuse, analyse : « Une maison sans femme n’en ai pas une. Aussi voudrais-je inviter jeunes –filles ou garçons – à chercher à se marier parce que la belle vie n’est pas éternelle ».

Quid des hommes?

Ils sont devenus nombreux à exiger que la fille leur fasse d’abord un enfant avant d’envisager quoi que ce soit selon certaines de nos interviewées .Ceux à quoi beaucoup justifient. Ainsi Ousséini estime que c’est devenu une parade face à ce qu’il appelle « le manque de sérieux des filles ». Pour lui, une fois que la fille a un enfant, elle est obligée de se calmer. C’est une mauvaise idée bien sûr mais les hommes n’ont pas le choix. Pour Mme Fatimata Ouédraogo, tout cela est la résultante du manque de dialogue entre les conjoints. « Le dialogue est la solution à tous ces malentendus. »

Sampawendé

Source: BurkinaOnLine

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE