Bamba Ivan Souleymane, après sa libération: «Mes ravisseurs voulaient des informations sur la direction de campagne d’Essy et les officiers de l’armée qui seraient de son côté»

Bamba Ivan Souleymane, après sa libération: «Mes ravisseurs voulaient des informations sur la direction de campagne d’Essy et les officiers de l’armée qui seraient de son côté»

Enlevé le samedi à 5 heures (Gmt, heure locale) du matin, Bamba Ivan Souleymane, responsable adjoint à la communication au cabinet du candidat Essy Amara a pu regagner son domicile hier mercredi aux environs de 4 heures du matin après un supplice.

Selon M. Bamba ses ravisseurs à la recherche d’informations sur l’équipe de campagne du candidat Essy, ont voulu surtout savoir ce qui motive son combat contre le président de son parti, Henri Konan Bédié. «Quand ils m’ont pris, ils m’ont demandé pourquoi depuis 2004, je combats le président Bédié ? », nous confie-t-il avant de poursuivre son témoignage. « Ils m’ont ensuite demandé si j’avais des clés USB et un ordinateur. Après ils m’ont demandé qui est le directeur de campagne d’Essy, s’il y a des officiers supérieurs de l’armée avec le candidat. Et quand je répondais, je ne sais pas, ce sont des coups que je recevais au bas ventre et dans mes côtes », a expliqué M. Bamba Souleymane qui avoue avoir eu terriblement peur lors que, pendant leur parcourt, ses ravisseurs dont il ignore toujours l’identité et qui l’encadraient dans le véhicule, lui intima l’ordre de descendre au niveau de la prison civile.

« On était sur la voie en direction de N’dotré et au niveau de la prison civile, ils m’ont demandé de descendre du véhicule. Je croyais que c’était pour m’abattre. Mais ils m’ont simplement demandé de monter dans le coffre du véhicule. Ce que j’ai fait. Et c’est là que j’ai perdu le contrôle du chemin que nous empruntions désormais. La seule chose que j’ai pu par la suite noter, c’est que j’entendais plus tard quand nous étions arrivés à un autre endroit, Riviéra-Bingerville, Riviéra-Bingerville avec les bruit des Gbakas », a-t-il expliqué. « Nous sommes par la suite descendus dans un sous-sol où il y avait beaucoup d’autres personnes. Avant de descendre, on m’a mis un sac kaki sur la tête », a poursuivi M. Bamba qui aura passé 4 jours dans cet enfer avant d’être relâcher par ses ravisseurs hier à 3 heures du matin à l’entrée de Yopougon, sous le premier pont, dépouillé de tout : argent (163.000 FCFA) et chaussures avec plusieurs blessures.

La réaction du gouvernement

Le gouvernement Ouattara a qualifié l’enlèvement d’un proche du candidat déclaré à la Présidentielle de 2015,Essy Amara, d’épiphénomène dont l’objectif est de faire de la publicité de quelqu’un. « Des gens ont peut-être envie de faire de la publicité sur eux-mêmes donc s’amusent à ce genre d’acte », a déclaré Koné Bruno, porte-parole du gouvernement au terme d’un conseil des ministres ténu hier mercredi. Pour M. Nabagné, ce genre d’actes est un ‘‘épiphénomène’’ qui ne saurait préoccuper Alassane Ouattara assuré de remporter d’avance le scrutin présidentiel pour son second mandat. « C’est un épiphénomène. Je peux dire avec assurance, ce ne sont pas nos méthodes. Ce n’est pas ce genre de sujet qui préoccupe le gouvernement », a-t-il décliné toute responsabilité du gouvernement dans cet enlèvement.

Pour le porte-parole du gouvernement, le scrutin présidentiel étant déjà un acquis pour son candidat Alassane Ouattara, il n’y a aucune raison de s’en prendre à un membre d’une équipe adverse. « Aujourd’hui, tous les observateurs accordent au chef de l’Etat pratiquement toutes les chances de remporter ce scrutin. Nous n’avons aucune raison de nous en prendre à quelqu’un de cette équipe et même à quelqu’un d’une autre équipe », a souligné M. Nabagné insistant sur cet acte qui selon lui ne saurait être une pratique de son mentor. « Je peux vous rassurer que ce n’est pas du tout la façon de fonctionner du chef de l’Etat. S’il y a un combat, ce n’est pas à ce ‘‘pauvre monsieur’’ que nous allons nous en prendre», a-t-il précisé.

Source: artici.net

About admin

4 comments

  1. Alassane Dramane avec son régime aux abois veut encore utiliser la terreur pour opprimer ses adversaires,les terrifier et les effrayer. C’est le tout de quelqu’un qui a peur de son ombre!Dramane active tous ses dozos et ses loubards (Ahmed Bakayoko dans ses rôles des années 90,sans niveau,mais illustre en loubardise!)Kone Bruno un autre mercenaire patron du rattrapage ethnique djoula,dans bien aujourd’hui,tu finiras par rentrer chez toi au Mali quand le temps sera venu.Vous êtes chanceux d’avoir chacun son propre pays.Or donc,Dramane ne se sauvera pas au Faso,Blaise est hors jeu!Ahahahahah!

  2. Dramane est celui qui a introduit la violence,la rébellion,les tueries et les meurtres en politique en Côte d’Ivoire.De feu Houphouet jusqu’au buvard Bedie,l’Ivoirien,le vrai,ne pensait jamais voir son frère ATROCEMENT tué à coups de feu avec délectation,jouissance et enivrement. Assurément,ce Dramane est originaire du pays des tueurs, des assassins,des criminels et des braqueurs!Ces officiers que tu veux traquer,Dramane,ce sont eux qui vont te faire sauter la clôture;tu es quoi?Rien qu’un Burkinabe prévalu que Sarkozy a assis comme Blaise.Mais ce dernier est désormais apatride,chassé du Maroc comme un chien en putréfaction!Blaise était capitaine,mais ces officiers ne l’ont pas sauvé devant le peuple.Dramane,penses-y un peu!Ton temps de déchéance est arrivé et rien ne peut te sauver!même ta france coloniale d’indigènes!

  3. Pour ton information:Kone Bruno,tu es jeune et tu peux être même l’enfant de SEM Essy Amara qui a beaucoup donné à la Côte d’Ivoire et même à l’Afrique.Mais comme tu es enfant et ne connais pas l’histoire de l’Afrique et du pays pour savoir qui est M.Essy Amara,je te le concède;sinon,il n’a pas besoin de pub.Le nom seul de Essy Amara comme M.Yed Isaie devraient t’enseigner que nous sommes aux antipodes de ton patron voyou Dramane dont le PhD (en économie?)est douteux!Donnez votre bilan de vols de deniers publics et de fainéants rebelles!Les Ivoiriens vous attendent! TCHRRRRRRRRRRRRRRRRRR:je pisse sur toi,bandit!

  4. Est – ce Alassane qui en 90 a poussé des enfants de rien du tout à descendre dans la rue pour crier “HOUPHOUET VOLEUR”?
    Est – ce Alassane qui en 95 a lancé le mot d’ordre du BOYCOTT ACTIF qui a fait des centaines de morts?
    VOICI d’où est partie LA VIOLENCE en Côte d’Ivoire.
    Le Responsable, c’est GBAGBO alias le BOURREAU DE LA LAGUNE EBRIE, actuellement pensionnaire à la Haye et y élira domicile.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.